Conflit avec un proche

Table des matières

  1. Demeurer calme
  2. Ignorer les offenses mineures
  3. Renoncer au ressentiment
  4. Être diplomate
  5. Se remémorer les conflits passés
  6. Considérer la flexibilité de votre proche
  7. Éviter de faire des concessions abusives
  8. Utiliser « Je » plutôt que « Tu »
  9. Distinguer la personne du conflit
  10. Éviter les moments non propices à la discussion
  11. Écouter pour mieux comprendre
  12. Écrire au besoin
  13. Considérer le rythme de l’autre
  14. Reconnaître les sentiments de l’autre
  15. Penser avant de parler
  16. Prendre une pause au besoin
  17. Utiliser la médiation au besoin
  18. Entente sur l’évitement du sujet de conversation
  19. Donner une chance à la relation
  20. Se concentrer sur la relation
  21. Ne pas ressasser inutilement le passé
  22. Prévenir le prochain conflit
  23. Conclusion
  24. Sujets complémentaires

« Les conflits avec nos proches sont inévitables. »

Les relations avec nos proches sont d’une importance capitale. Les conflits avec ceux-ci sont donc risqués. Voici différentes façons de réduire ce risque :

  1. Demeurer calme
    Dans un conflit, il y a parfois des discussions émotionnelles ou même orageuses. Alors, certains sont tentés de dire des choses qui dépassent leur pensée. Pour mieux résister à cette tentation, il est préférable de faire des efforts dès le début de la conversation pour garder notre calme, car une fois que le ton a monté, il devient plus difficile de faire marche arrière.
  2. Ignorer les offenses mineures
    Avant de vous laisser entraîner dans un conflit avec un proche, demandez-vous si c’est vraiment justifié. Nous avons parfois tendance à faire des montagnes avec des riens. Si le sujet du désaccord n’en vaut pas vraiment la peine, considérez simplement d’abandonner la bataille.
  3. Renoncer au ressentiment
    Nous avons parfois tendance à nous cramponner à des rancœurs nées d’un simple malentendu. Il est important de faire des efforts pour pardonner. Sinon, nous serons tentés de ressasser les gestes ou les paroles qui nous ont offensés. Et ceci empêchera la résolution du conflit.
  4. Être diplomate
    Lors d’un conflit, les gestes et paroles sont parfois mal interprétés parce que l’atmosphère est porteuse d’une charge émotive. Conséquemment, il est avantageux d’être diplomate afin d’éviter que certaines de nos paroles, qui seraient anodines en temps normal, ne soient mal perçues à cause du conflit. En particulier, nous devons être très prudents lorsque l’on tente de faire de l’humour pour détendre l’atmosphère. Lors d’un conflit, une blague, normalement sans conséquence, peut facilement être mal interprétée.
  5. Se remémorer les conflits passés
    Si la relation avec votre proche a une longue histoire, il se peut que vous ayez déjà résolu auparavant d’autres conflits avec cette personne. Essayez de vous rappeler comment ces conflits ont été résolus. De plus, gardez en tête que le soleil a brillé à nouveau sur votre relation après ces conflits du passé.
  6. Considérer la flexibilité de votre proche
    Est-ce que votre proche a toujours été intransigeant dans le passé au sujet du différend en question ? Si oui, sachez que vos chances de le faire changer d’idée maintenant sont faibles. Conséquemment, ce conflit est particulièrement risqué pour votre relation avec cette personne.
  7. Éviter les concessions abusives
    S’il s’agit d’une relation à laquelle vous tenez à tout prix, vous aurez tendance à faire d’importantes concessions. Mais soyez prudent. Si vous faites une concession qui va à l’encontre de vos valeurs profondes, vous créez une bombe à retardement. C’est-à-dire que vous accumulerez avec le temps de la frustration à cause de cette concession. Et tôt ou tard, le conflit refera surface. Par ailleurs, il est important d’être flexible. Donc, faites preuve d’équilibre et choisissez bien vos concessions.
  8. Utiliser « Je » plutôt que « Tu »
    Les phrases qui commencent par « Tu », tel que « Tu ne fais jamais…» ou « Tu es toujours…» peuvent être perçues comme des offenses ou même des menaces. Pour éviter ce malentendu, il est préférable d’utiliser des phrases qui commencent par « Je » plutôt que « Tu ». De cette manière, nous exprimons nos sentiments sans donner l’impression d’attaquer.
  9. Distinguer la personne du conflit
    Il est utile de se rappeler les qualités de la personne avec laquelle nous sommes en conflit. Par exemple, votre époux(se) est la même personne qu’avant le conflit. Il a les mêmes qualités, ces qualités qui ont fait en sorte que vous l’avez choisi comme partenaire de vie. Ne laissez pas un conflit devenir un écran entre vous et la personne que vous aimez.
  10. Éviter les moments non propices à la discussion
    Il est déconseillé de discuter :
         – devant les enfants,
         – dans une réunion sociale,
         – après avoir pris trop de vin,
         – lorsque nous sommes épuisé,
         – dans un lieu trop bruyant.
    Pour entamer le dialogue, il est préférable de se retirer dans un endroit paisible et loin de tous. Si vous avez un terrain approprié, il peut être bénéfique de sortir pour aller discuter calmement dans la cour ou tout autre coin de nature tranquille.
  11. Écouter pour mieux comprendre
    Ne pas écouter peut être une source importante de conflit. Et l’inverse contribue à régler n’importe quel désaccord. Écouter implique de faire des efforts pour comprendre l’autre. Donc, être à l’écoute passivement est insuffisant. Il faut faire écho à ce que nous entendons. Pour s’assurer de bien interpréter ce qui a été dit, il est utile de reformuler dans nos propres mots et de demander à notre proche si c’est bien ce qu’il voulait exprimer. Un grand nombre de conflits ont pour origine une communication inadéquate, dans ce contexte la reformulation est particulièrement avantageuse.
  12. Écrire au besoin
    Parfois la communication verbale devient trop difficile pour différentes raisons : nervosité, gêne, frustration ou émotion intense. N’hésitez pas alors à vous exprimer par écrit. Choisissez un médium avec lequel vous êtes tous les deux confortables : papier, carte, courriel/email ou SMS/texto. Relisez attentivement avant d’envoyer. Si approprié, demandez à un ami de relire ce que vous avez écrit afin de savoir comment votre message peut être interprété. Finalement, ne demandez pas de réponse rapide et faites preuve au besoin de patience.
  13. Considérer le rythme de l’autre
    Certains veulent absolument régler les conflits rapidement. D’autres préfèrent réfléchir longuement. Il est important de considérer le rythme de notre proche afin de ne pas le brusquer. Sinon le conflit risque de s’envenimer.
  14. Reconnaître les sentiments de l’autre
    Il est important d’accepter ce que votre proche ressent. Si les rôles étaient inversés, vous auriez peut-être le même sentiment. Par exemple, s’il se sent délaissé, acceptez ce sentiment même si vous croyez qu’il a tort de voir la situation de cette façon. Son sentiment d’abandon est un fait qu’il faut considérer pour résoudre le conflit. Pour ce faire, il est souvent utile de lui de demander pourquoi il ressent cette émotion. Finalement, voici des phases à éviter dans ce contexte :
        – « Tu n’as aucune raison de réagir d’avoir cette émotion. »
        – « Tu prends les choses trop au sérieux. »
        – « Tu as tort, alors pourquoi en faire un plat. »
  15. Penser avant de parler
    Plusieurs conflits éclatent parce qu’on ne sait pas tenir sa langue. Par exemple, lors d’une dispute avec un proche, vous laissez échapper par inadvertance quelques mots insultants. Et votre proche s’en offusque sévèrement. Alors, vous venez peut-être d’envenimer votre relation avec cette personne pour un bon moment. Il est donc avantageux d’être attentif à nos paroles afin de ne pas blesser les gens. Trop de désaccords initialement sans conséquence tournent au vinaigre à cause de quelques mots maladroits.
  16. Prendre une pause au besoin
    Observez-vous pendant une discussion tendue et vous verrez que votre bonne volonté et votre patience diminuent après un certain temps. Donc, évitez les longs entretiens avec votre proche. Au besoin, décrétez une trêve et dites poliment à votre proche que vous devez vous retirer pour mieux discuter plus tard. Mais, ne le faites d’une façon abrupte. Utilisez par exemple la phase suivante : « Je suis fatigué. Est-ce que l’on pourrait prendre une pause et en reparler sans faute ce soir ou demain ? » Pendant ce temps, essayez de changer d’air et de vous reposer. À votre retour, vous verrez les choses un peu différemment. Vous pourrez alors prendre un certain recul par rapport au conflit.
  17. Utiliser la médiation au besoin
    Parfois, la situation est tellement intense que les personnes en conflit ne peuvent en arriver seules à un accord. Il devient alors nécessaire de faire appel à un médiateur. La médiation a principalement pour but de faciliter le dialogue. Le médiateur doit maintenir une position neutre et impartiale. Dans cette position favorable, il doit amener les personnes concernées à trouver elles-mêmes une solution satisfaisante pour les deux parties. Seule une personne impartiale non impliquée dans le conflit peut jouer le rôle de médiateur.
  18. Entente sur l’évitement du sujet de conversation
    Parfois, ce n’est pas le conflit lui-même qui est particulièrement pénible, mais plutôt le fait de devoir en discuter fréquemment. Dans cette situation, il peut être approprié de s’entendre pour éviter le conflit comme sujet de conversation à certains moments. Par exemple, des personnes vivant ensemble peuvent convenir de ne pas discuter du sujet de discorde les jours de semaine. Cela leur donne cinq journées où le sentiment de frustration associé au conflit disparaît en partie.
  19. Donner une chance à la relation
    Si le contexte s’y prête, faites des activités de loisirs avec votre proche. Par exemple, assistez à un spectacle ou à un film humoristique avec cette personne. De tels divertissements ont pour effet de détendre l’atmosphère et de faciliter les échanges agréables. Évidemment pendant ces activités, évitez de parler du conflit, à moins que votre proche n’aborde le sujet lui-même.
  20. Se concentrer sur la relation
    Faites savoir à la personne que vous tenez à elle en lui montrant de l’affection, si c’est ce que vous ressentez pour elle. Cette attitude favorisera grandement la résolution du conflit. En effet, votre proche sera plus motivé à négocier et à faire preuve de souplesse s’il se sent aimé. Au contraire, s’il perçoit que vous vous distancez émotionnellement de lui, il aura tendance à devenir plus négatif face au conflit et face à vous.
  21. Ne pas ressasser inutilement le passé
    Les relations de longue date ont souvent une histoire parsemée de moments difficiles. Évitez de déterrer les disputes du passé pour en faire des reproches. Bien sûr, il est nécessaire de discuter du conflit en cours dans le but d’en arriver à une réconciliation. Mais laissez en terre les squelettes du passé lointain et votre relation aura un meilleur avenir.
  22. Prévenir le prochain conflit
    Lorsque nous sommes en conflit avec un proche, il est utile de se remémorer les mérites de celui-ci pour apaiser nos émotions. Mais cet exercice mental devient difficile lorsque le conflit est intense. Alors prenez de l’avance, dressez par écrit la liste des qualités de vos proches avant d’être en conflit avec eux. Écrivez également ce que vous ressentez pour chacune de ces personnes. Et lorsqu’une relation devient difficile, relisez la liste du proche en question. Elle stimulera votre motivation pour éviter ou régler le conflit.
Conclusion :
Une fois le conflit terminé, que se passe-t-il ? La vie continue. Vous avez peut-être été blessé par votre proche. Malgré tout, il faudra autant que possible vivre la suite des événements avec sérénité. En dépit de tout, vous devez continuer à aimer votre proche. Même si ce dernier vous a fait mal, ne perdez jamais votre amour, parce qu’alors vous perdriez votre inspiration et votre joie de vivre. Évidemment, certains cas sévères (relations avec violence par exemple) ne s’appliquent pas à cette recommandation d’amour inconditionnel.

« Les querelles ne dureraient pas longtemps, si le tort n’était que d’un côté. » La Rochefoucauld

« Lors d’un conflit, rappelez-vous que l’autre aussi mène un dur combat dans la vie. » Auteur inconnu


Sujets complémentaires :
    – Questions pour désamorcer une dispute avec un proche
    – Provoquer la réconciliation
    – Prendre du recul
    – Mieux aimer un être cher
    – Conflits entre parents et adolescents
    – Liste d’articles sur les conflits
    – Pensées sur les conflits, les désaccords, le respect, se taire, l’amour et la réconciliation

3 Responses

  1. Merci pour ces conseils, j’en avais vraiment besoin.

  2. Severine says:

    Bravo c’est très généraliste et pourtant comme si c’était écrit pour nous. Merci

Leave a Reply

Your email address will not be published.