function itsg_allow_nbsp_in_tinymce( $init ) { $init['entities'] = '160,nbsp,38,amp,60,lt,62,gt'; $init['entity_encoding'] = 'named'; return $init; } add_filter( 'tiny_mce_before_init', 'itsg_allow_nbsp_in_tinymce' );

Pensées sur le dévouement

Un éléphanteau est nourri au biberon par un homme.

RobertNiemann [CC BY-SA 4.0], via Wiki

Le vrai nom du dévouement, c’est désintéressement.

Victor Hugo (Les misérables, 1862)

Qui sert avec dévouement en est bientôt récompensé.

Félix Lope De Vega (Les travaux de Jacob, 1630)

Le dévouement d’un homme va souvent plus loin que lui.

Jean Jules Richard

Du dévouement à la reconnaissance, il y a infiniment loin.

Mirabeau

La vie n’a de prix que par le dévouement à la vérité et au bien.

Ernest Renan

Il y a quelque chose de plus fort que l’intérêt, c’est le dévouement.

G. de Lévis

Il n’y a de dévouement que le dévouement qui obéit à l’amitié sans la juger.

Honoré de Balzac (La fille aux yeux d’or, 1834)

Le véritable dévouement est motivé par l’amour dépourvu de tout égoïsme.

Rick Hocker

Le dévouement change nos qualités en vertus, l’égoïsme les change en vices.

Alfred Auguste Pilavoine (Pensées, mélanges et poésies, 1845)

Ce qui caractérise la véritable dignité morale de l’homme, c’est le dévouement.

Germaine de Staël

Une âme admirable, et un cœur bien tendre, est capable de tous les dévouements.

Henri-Frédéric Amiel (Journal intime, le 3 septembre 1880)

La vie doit être divisée entre l’intimité avec l’amour, et le dévouement avec l’amitié.

George Sand

Pour comprendre le dévouement chez les autres, il faut en être susceptible soi-même.

Jean-Napoléon Vernier (Les fables, pensées et poésies, 1865)

L’amour, le sacrifice, le dévouement, cette aide mutuelle doit être le but de l’humanité.

Maurice Donnay (Théâtre, 1919)

Ce qui fait une vie manquée, ce n’est point l’absence de bonheur, c’est l’absence de dévouement.

Henri-Frédéric Amiel (Journal intime, le 5 décembre 1872)

L’amour maternel est un sentiment fait de dévouement et d’égoïsme. La mère ne sent que son dévouement. Les étrangers sentent son égoïsme.

Diane de Beausacq (Les maximes de la vie, 1883)

Le dévouement perpétuel à ce qu’un homme appelle son entreprise ne peut être soutenu que par une négligence perpétuelle de bien d’autres choses.

Robert Louis Stevenson

Que nous cherchions le bonheur dans l’affection, dans le dévouement, dans le devoir, nous ne le trouverons que dans ce qui nous arrache à nous-même.

Eugène Marbeau (Les remarques et pensées, 1901)

Rien ne remplace l’attachement, la délicatesse et le dévouement d’une femme ; on est oublié de ses frères et de ses amis ; on est méconnu de ses compagnons : on ne l’est jamais de sa mère, de sa sœur ou de sa femme.

François-René de Chateaubriand (Les mémoires d’outre-tombe, 1841)

En tout temps, le dévouement qui brilla par les grandes phrases ne fut jamais celui qui brilla par les grands sacrifices. Le véritable dévouement attend pour s’exalter les jours d’épreuves. Ce qui le distingue du faux zèle, c’est le soin avec lequel il évite de tomber dans aucune exagération.

Emile de Girardin (Les pensées et maximes, 1867)

Que les généreux n’attendent rien des malheureux qu’ils secourent, leur dévouement doit se suffire à lui-même. Le fait que tant d’individus ou de peuples, en situation difficile, refusent de se laisser traiter en victimes signifie qu’ils ne veulent pas de la miséricorde du monde. N’espérons pas d’eux qu’ils disent merci. Nous leur devons assistance, quoi qu’il arrive.

Pascal Bruckner (La sagesse de l’argent, 2016)

Sur un sentier raide et pierreux, j’ai rencontré une petite fille qui portait sur le dos son jeune frère. ”Mon enfant, lui dis-je, tu portes un lourd fardeau”. Elle me regarda et dit ; ”Ce n’est pas un fardeau, c’est mon frère !” Je restais stupéfait. Le mot de cet enfant s’est gravé dans mon coeur. Et quand la peine des hommes m’accable, que tout courage me quitte, le mot de l’enfant me rappelle. Ce n’est pas un fardeau que tu portes, c’est ton frère !

Sagesse Africaine

Les exemples de bienfaisance propagent dans la société, comme une heureuse contagion, le goût de faire le bien. La vue d’un acte de dévouement sublime, spontané, provoque une généreuse émulation, et l’on se précipite au secours de ses semblables comme à une victoire dont on veut sa part ; on se jette au milieu des flammes de l’incendie, des flots où roulent les naufragés, des ruines qui engloutissent des familles ; ou bien on se dépouille de ce qu’on possède pour relever une soudaine infortune.

Louis-Auguste Martin (L’esprit moral du XIXe siècle, 1855)

Un équipage d’hélicoptère de la Croix rouge embarque pour une mission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.