Les travaux pénibles

Travaux pénibles

« Si vous avez un travail où il n’y a pas de complications, vous n’avez pas de travail. »
Malcolm Forbes

Périmètre : l’article suivant s’applique seulement aux personnes qui contrôlent (au moins en partie) leur travail.

Introduction :
Tout travail comporte au moins quelques tâches désagréables. Observez comment vous exécutez ces tâches déplaisantes : est-ce vous vous lamentez, est-ce que vous critiquez votre employeur, est-ce que vous vous sentez injustement traité ? Nous avons parfois tendance à réaliser ces tâches désagréables dans un état d’âme négatif. Une telle attitude sape notre moral et augmente indûment notre fatigue. Voici quelques suggestions pour rendre ces tâches moins pénibles :

  1. La matinée
    Plusieurs personnes ont davantage d’énergie le matin. Si c’est votre cas, il est préférable de réaliser vos tâches difficiles le matin. Elles seront ainsi peut-être un peu moins pénibles.
  2. Gratification conditionnelle pour vaincre la procrastination
    Vous devez exécuter une corvée. Mais vous reportez constamment cette tâche déplaisante à plus tard. Alors, vous avez donc besoin d’une greffe psychologique. Le principe de ces greffes est d’utiliser une situation négative à des fins positives. Cette approche consiste à identifier une gratification que vous pouvez vous offrir au travail et de vous accorder ce plaisir seulement à condition de terminer (au moins en partie) une tâche pénible. Par exemple, vous vous offrez un repas coûteux seulement lorsque le rapport hebdomadaire ennuyeux est terminé. Le désir d’obtenir une gratification devient l’énergie qui combat votre résistance à accomplir la corvée.
  3. L’harmonie de votre lieu de travail
    Si possible, rangez votre lieu de travail avant d’effectuer vos corvées. Le simple fait de se trouver dans un endroit en ordre a un effet positif sur notre état d’âme. Évidemment, ceci ne peut transformer vos corvées en activités passionnantes, mais l’harmonie de votre lieu de travail peut rendre celles-ci un peu moins pénibles.
  4. La musique
    Si votre emploi le permet et si vous êtes amateur de musique, n’hésitez pas à réaliser vos corvées en écoutant votre musique préférée. Le plaisir d’écouter de la bonne musique rendra ces tâches un peu moins désagréables.
  5. Focaliser sur les avantages personnels de son travail
    Pendant que vous réalisez vos tâches pénibles, essayez de penser à ce que ce travail vous apporte, par exemple : un revenu régulier, des défis, des choses à apprendre, un milieu social. Ceci pourrait changer un peu la perception que vous avez de votre emploi et ainsi faciliter l’exécution d’activités « désagréables » mais nécessaires.
  6. Focaliser sur l’utilité collective de son travail
    Votre emploi rend des services directs ou indirects à une clientèle ou à la société en général. En mettant l’accent sur la valeur de votre travail pour les autres, vous contribuez à changer la perception que vous avez de celui-ci.
  7. La fatigue
    Autant que possible, évitez d’effectuer vos corvées lorsque vous êtes fatigué. Sinon, la fatigue amplifiera le sentiment de frustration associé à celles-ci.
  8. Utiliser la situation difficile comme un défi de croissance personnelle
    Si vous focalisez constamment sur les aspects négatifs de votre travail, alors ce dernier ne vous apporte rien intérieurement. Mais si vous percevez vos tâches difficiles comme des opportunités de progresser intérieurement, alors vous changez votre façon de voir les choses et ces tâches vous paraîtront un peu moins pénibles. Pour bien utiliser les opportunités que représentent vos défis au travail, assurez-vous d’identifier clairement au préalable les avenus d’amélioration. La vie entière (incluant le travail) peut être transformée en occasions de progresser vers un mieux-être.
  9. Attentes illusoires
    S’attendre à ce que le travail soit toujours intensément passionnant est irréaliste. Tout travail comporte quelques tâches moins intéressantes ou simplement désagréables. Sans être pessimiste ou défaitiste, il est utile de reconnaître qu’il est normal d’avoir à réaliser certaines tâches moins agréables.

Limite :
Les paragraphes précédents ne couvrent aucunement les conditions extrêmes dans lesquelles il est simplement préférable de changer d’emploi. Si vous croyez être dans cette situation et que vous avez BIEN MÛRI toutes les conséquences de cette décision importante, alors il peut être préférable de changer d’emploi plutôt que de focaliser sur les paragraphes précédents. Encore une fois, avant d’aller dans cette direction, assurez-vous d’avoir pris la bonne décision.

Personnalisation :
Les paragraphes 1 à 9 ne sont que des exemples. Certains seront pertinents pour vous, d’autres pas. Nous sommes tous différents, conséquemment chacun doit trouver l’approche unique qui lui convient.

Conclusion :
Lorsque je suis confronté à une tâche pénible, je relis parfois les paragraphes précédents et généralement je réussis à améliorer un peu ma perception de la situation. Évidemment, ces approches ne sont pas magiques. Mais, elles me font progresser pas à pas vers une meilleure compréhension. Et ceci fait de moi quelqu’un qui tente sincèrement de transformer les situations difficiles en opportunité de cheminer.

« La souplesse et la capacité d’adaptation sont des outils indispensables pour grandir lors de situations difficiles. »

Sujets complémentaires :
    La procrastination
    Êtes-vous vraiment débordé de travail ?
    Gestion du temps
    Sachez discriminer l’important du banal
    Ne créez pas vous-même votre souffrance
    Pensées sur le travail

Leave a Reply

Your email address will not be published.