Header image alt text

Stratégies de la vie quotidienne : Evolution-101.com

Des idées et des suggestions pour vivre pleinement.

Erreurs de pensées démoralisantes

Résultat de la recherche par mots clefs:

Erreurs de pensées démoralisantes

« Ne vous contentez jamais d’accepter les faits qui correspondent à votre seule façon de voir. »

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:A_woman_thinking.jpg

De ÁWá (Own work), CC-BY-SA-3.0, Wikimedia

L'évaluation que l'on fait d'une situation est influencée par nos croyances. Les personnes déprimées sont généralement sous l'emprise d'un certain type de croyances, dont voici un échantillon :

  • Je ne peux pas être heureux si je n'obtiens pas ce que je veux.
  • Les erreurs que j'ai commises prouvent que je suis un incapable.
  • Je dois nécessairement être aimé de tous.
  • Certaines personnes m'ont rejeté, donc je suis sans attrait pour les autres.
  • Je ne peux être heureux si j'ai des problèmes.
  • Je dois me comporter de manière à être approuvé de tous.
  • Ce que je veux est un minimum. Il est inacceptable que je ne l'ai pas.
  • Mon bonheur ne dépend pas de moi. Il dépend plutôt d'événements et de conditions extérieurs.  
  • La vie doit être facile.

Nos croyances sont à la base de notre perception de la réalité. Chez les personnes déprimées, ce phénomène est à l'origine d'interprétations erronées. Ces interprétations sont cohérentes par rapport à leurs croyances, mais illogiques par rapport à la réalité objective. Le processus de pensée qui biaise ainsi la réalité est appelé distorsion cognitive. Voici un exemple :

« Le Filtre : Distorsion cognitive qui consiste à se concentrer exclusivement sur une petite partie d’une situation ou d’un évènement. En d’autres termes, il s’agit de focaliser sur un détail et en déduire tout le contexte. Par exemple : un athlète gagne une compétition, mais au lieu de s’en réjouir, il passe plusieurs jours à ressasser les petites erreurs qu’il a commises pendant la compétition. »

  Il existe plusieurs autres distorsions cognitives. Elles sont décrites à l'adresse suivante :
    Influencer nos émotions par nos pensées

Chez une personne sévèrement déprimée, les distorsions cognitives se produisent de façon automatique. Pour contrer ce phénomène, l'approche cognitive propose une démarche de conscientisation, c'est-à-dire d'observation des pensées dans les moments de stress ou de tristesse. Ceci afin de déterminer si ces interprétations correspondent à la réalité. L'évaluation d'une interprétation peut être facilitée en utilisant les questions suivantes :

  1. Est-ce que j'ai adopté cette opinion trop rapidement ? Est-ce que je me suis donné suffisamment de temps pour y réfléchir ?
  2. Est-ce que j'ai suffisamment d’informations pour avoir cette opinion maintenant ? En d'autres termes, est-ce que je devrais plutôt reconnaître mon ignorance pour l'instant ?
  3. Est-ce que mes opinions sont souvent orientées dans la même direction ? Si oui, est-ce possible que mes conclusions soient influencées par mes préjugés ?
  4. Si je n'étais pas émotionnellement impliqué, est-ce que je serais d'accord avec mon opinion actuelle ?
  5. Est-ce possible que mes peurs influencent mon interprétation de la situation ?
  6. Est-ce que d’autres personnes dans la même situation sont moins alarmistes que moi simplement parce qu’elles une vision différente des choses ?
  7. Qu'est-ce que je dirais à un ami qui serait déprimé à cause de cette façon de voir la situation ?
  8. Les informations dont je dispose me permettent-elles réellement d’aboutir à cette seule conclusion ? Existe-t-il d’autres interprétations de la situation ? Si oui, est-ce que j'ai suffisamment évalué la validité de ces autres conclusions ?
  9. Quelle sera ma perception de cette situation dans un an ? Est-ce possible que ma frustration ne soit plus alors qu’un vague souvenir disparu depuis longtemps ?
  10. Est-ce que j’ai une vision trop pessimiste de la situation ? En d’autres termes, est-ce que je surévalue la probabilité que les choses tournent mal parce que je les vois en noir ?
  11. Que se passera-t-il si je continue à penser de cette façon ?
  12. Quelle autre façon de penser serait plus encourageante et plus utile ?

Si vous êtes déprimé, utilisez les questions précédentes pour ralentir vos pensées négatives et ainsi voir la vie d'une façon plus réaliste.

Limite : consultation de thérapeutes professionnels
Cet article ne remplace d’aucune façon la consultation de thérapeutes : psychologues, médecins, psychiatres… Les gens déprimés qui en ont besoin doivent consulter ceux-ci.

« Le pessimiste se plaint du vent, l’optimiste espère qu’il va changer,
le réaliste ajuste ses voiles. »
William Arthur Ward

Sujets complémentaires :
    Dédramatisez vos problèmes
    Prendre du recul
    Questions pour apprendre de nos épreuves
    Ne créez pas vous-même votre souffrance
    Pensées sur les épreuves, la souffrance et l’espoir
    L'Association Française des Thérapies Comportementales et Cognitives

Comment aider un proche déprimé

Résultat de la recherche par mots clefs:

Comment aider un proche déprimé

Table des matières

  1. Écouter et s’intéresser à ce que la personne vit
  2. Prendre sa souffrance au sérieux
  3. Montrer son affection
  4. Comprendre autant que possible
  5. Être tolérant
  6. Respecter le point de vue de la personne déprimée
  7. Éviter certains sujets de conversation
  8. Éviter les blâmes et les reproches
  9. Ne pas être moralisateur
  10. Conseiller avec une extrême prudence
  11. Éviter la répétition
  12. Favoriser l'intimité
  13. Offrir de l'aide sans qu'on vous le demande
  14. Être préparé au rejet
  15. S'engager et rassurer
  16. Comment savoir si notre aide est adéquate ?
  17. Se coordonner avec les autres intervenants
  18. Pourquoi est-ce que votre proche dépressif a besoin de votre aide ?
  19. Voici des comportements à éviter
Stimuler la personne déprimée
  1. Favoriser les contacts sociaux
  2. Changer de lieu
  3. Favoriser les activités de loisirs
  4. Favoriser l'exercice physique
  5. Faire renaître l'estime de soi
  6. Faire renaître l'espoir peu à peu
  7. Amener votre proche à explorer des solutions
  8. Aider votre proche à trouver et participer à un groupe de soutien

Créer un environnement favorable

  1. Établir un climat de paix
  2. Favoriser une bonne alimentation
  3. Aider votre proche dans ses tâches domestiques
  4. Faire confiance de la bonne façon
  5. Montrer l’exemple
  6. Être raisonnablement positif
  7. Savoir quoi dire à un être cher déprimé

Consulter un professionnel de la santé au besoin

  1. Au besoin, amener la personne à consulter
  2. Au besoin, trouver un médecin ou un thérapeute
  3. Évaluer le risque de suicide et agir en conséquence
  4. Reconnaître ses limites
  5. Si la personne suit un traitement, ne pas semer le doute
  6. Si la personne suit un traitement, continuer à la soutenir
  7. S'informer sur la déprime et la dépression

Prendre soin de soi en tant qu’aidant

  1. Ne pas s'oublier
  2. Ne pas se blâmer
  3. Connaître les difficultés pour mieux les surmonter
  4. Déterminer clairement son rôle

Fin de cet article

  • Limite de cet article
  • Conclusion
  • Sujets complémentaires

  • Si l'un de vos proches souffre de tristesse profonde, il est important de le convaincre que vous tenez à lui et que vous êtes prêt à l'aider. Et pour bien soutenir cette personne, il est utile de savoir comment s'y prendre :

    1. Écouter et s’intéresser à ce que la personne vit :
      http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Towards_Light.jpg

      De Fabin [CC-BY-SA-3.0]


      Pour une personne déprimée, la plus grande qualité d'un aidant est sa capacité d’écoute. Pour encourager votre proche à parler, vous devez avoir une attitude d'ouverture, de douceur et de patience. De cette façon, votre soutien sera d’un réconfort immense. Laissez la personne déprimée parler à coeur ouvert. Exprimer ses sentiments est parfois difficile. Les personnes déprimées ne veulent pas être bousculées ou se sentir sur la défensive. Écoutez attentivement, parlez peu et maintenez constamment un contact visuel. Ainsi, la personne souffrante se sentira en confiance et acceptée telle qu’elle est.
    2. Prendre sa souffrance au sérieux :
      La personne déprimée a besoin que l'on prenne son état émotionnel au sérieux. Donc ne banalisez pas sa souffrance. Et surtout, évitez de prononcer des phrases telles que :
        - Tu en fais des histoires pour un problème qui n'est pas si grave.
        - Bien des gens vivent des choses plus tragiques que toi et ne sont pas déprimés.
        - Chacun a ses propres problèmes.
        - Ton problème n'est pas si sévère. J'ai vécu des choses bien pires et j'ai survécu.
    3. Montrer son affection :
      Une des meilleures choses que vous puissiez faire pour aider votre proche est de lui montrer par vos gestes que vous tenez à lui. Il est également très utile d'affirmer votre soutien inconditionnel, en disant par exemple :
        - Je t'aime inconditionnellement, peu importe ce que tu dis ou fais.
        - À mes yeux, tu es tellement important(e).
        - Je ne t’abandonnerai jamais.

      Le soutien d'une personne de confiance est capital, en particulier lors d’angoisses profondes. Même si votre proche semble indifférent, sachez qu'il apprécie vos efforts pour l'aider. Donc, n'en doutez pas, si votre proche est sévèrement déprimé, votre soutien est une aide précieuse.
    4. Comprendre autant que possible :
      La personne déprimée agace parfois ses proches quand elle se plaint, quand elle n'arrive pas à travailler ni à participer à la vie de tous les jours. Ce n'est pas de la mauvaise volonté, mais l'effet de sa condition. Faites l'effort de comprendre la situation de votre proche affligé. Voici les symptômes typiques des gens déprimés :
        - Tristesse
        - Insomnies et fatigue au réveil
        - Intolérance aux petites contrariétés de la vie
        - Perte d’intérêt générale
        - Renfermement sur soi
        - Indifférence affective
        - Comportement parfois agressif
      Pour vous aider à mieux comprendre votre proche, remémorez-vous vos propres périodes sombres. Rappelez-vous jusqu'à quel point tout devenait difficile sinon pénible dans cet état de tristesse. Imaginez jusqu'à quel point il vous serait difficile de vivre de cette façon pour une longue période.
    5. Être tolérant :
      Évitez de répondre à l’agressivité par l’agressivité. À cause de leur souffrance, les personnes déprimées prononcent parfois des paroles blessantes sans raison apparente. Ne prenez pas ces offenses trop à coeur. Reconnaissez que la personne en question ne vous veut aucun mal. Ses sautes d'humeur ne sont pas personnelles. Si une autre personne avait été à votre place, c'est elle qui aurait été offensée. Au nom de l’affection que vous avez pour votre proche, soyez tolérant et pardonnez.
    6. Respecter le point de vue de la personne déprimée :
      Certains croient à tort que le meilleur moyen d'aider les gens déprimés est d'être débordant d'enthousiasme. En général, les choses ne sont pas complètement roses. Objectivement on ne peut pas nier la présence de certaines situations difficiles. Une personne profondément déprimée focalise exclusivement sur les aspects négatifs de sa vie. Donc si le contexte s'y prête, reconnaissez la présence des difficultés. Mais exprimez-les d'une façon réaliste, en présentant le positif et le négatif. Voici quelques exemples :
        - Souffrir est humain, s'en sortir et ne plus souffrir l'est aussi.
        - Certaines choses sont pénibles, mais le temps vient à bout de tout.
        - Un bon nombre de personnes sont déprimées. Sans que ce soit facile, plusieurs s'en sortent.

        - En faisant référence au problème de votre proche : C'est vrai qu'il y a ce problème, mais il est surmontable.
    7. Éviter certains sujets de conversation :
      La plupart des gens ne se rendent pas compte des conséquences d’un simple sujet de conversation. Un mauvais choix de votre part peut empirer momentanément la condition d’une personne déprimée. Certes, il est parfois nécessaire d’aborder des sujets difficiles, par exemple la nécessité de consulter
      (voir Consulter un professionnel de la santé au besoin ci-dessous). Mais à moins d’avoir une très bonne raison, évitez les sujets de conversation qui pourraient aggraver la condition de votre proche. Évidemment, il est très important d'écouter celui-ci avec intérêt. Donc, lorsque votre proche aborde lui-même sa condition de personne déprimée, respectez son choix et prêtez une oreille attentive. Surtout, n'essayez pas d'éviter le sujet comme s'il était honteux d'être déprimé. Parlez de cette condition librement, si c'est le bon moment et si votre proche est ouvert.
    8. Éviter les blâmes et les reproches :
      Culpabiliser ou blâmer votre proche pour son état dépressif n’aidera en rien. Au contraire, cette attitude peut accentuer sa conscience de ses faiblesses ou de ce qu’il perçoit
      el. Pire encore, elle peut fermer votre proche à la communication, si nécessaire à la guérison. Il est donc nuisible d'accabler celui-ci en le critiquant et en essayant de le motiver brutalement avec des phrases telles que :
        - Moi dans ta situation, je ferais preuve de courage.
        - Bouge-toi un peu au lieu de traîner au lit tous les matins.
        - Tout ça, c'est dans ta tête que ça se passe, c’est donc facile à régler.
        - Tu es si égoïste, tu ne penses qu’à toi.
        - Je suis déçu de toi.
        - C’est de ta faute.
        - Tu ne devrais pas commencer à te sentir mieux depuis tout ce temps ?
    9. Ne pas être moralisateur :
      Si la condition de votre proche est sévère, il ne peut pas quitter son état dépressif par la force de sa volonté, tout comme un asthmatique ne peut pas guérir sa maladie en faisant preuve d'une grande détermination. Dans ce contexte, il est inutile de lui demander de réagir promptement et de se secouer. Donc, éviter les phrases telles que :
        - Tu ne sembles pas avoir suffisamment de volonté pour t’en sortir.
        - Tu pourrais faire un peu d'efforts.
        - Tu es entièrement responsable de tes émotions, prends-toi en main.
        - Réagis, tu n’as qu’à te secouer.
        - Arrête d'agir bêtement.
        - Quand on veut, on peut.
        - Crois-moi, je sais exactement ce que tu ressens, je sais qu'il suffit de vouloir pour s'en sortir.
        - Nous sommes le résultat de nos pensées, donc ton problème est facile à régler.

      La plupart du temps, ces phrases sont inutiles et parfois dangereuses. Elles peuvent aggraver la situation, car la personne dépressive se sentira incomprise ou culpabilisera, ce qui augmentera sa souffrance. Le résultat final sera probablement qu'elle prendra encore plus conscience de ses faiblesses et elle se repliera davantage sur elle-même.
    10. Conseiller avec une extrême prudence :
      Il est contre-productif d’accabler votre proche de « bons conseils », car les personnes déprimées ont généralement beaucoup plus besoin d'être écoutées que d'être conseillées. Mais, si la situation s'y prête, un conseil bien choisi peut-être utile. Gardez cependant en tête que certains conseils (même prononcés avec les meilleures intentions) peuvent être offensants, par exemple :
        - À ta place, je ferais ceci ou cela...
        - Bouge-toi un peu et ça ira mieux.
        - Ne te laisse pas aller de cette façon !

      De telles observations ont souvent pour effet d'accentuer le sentiment d'impuissance de la personne déprimée. Finalement, si vous jugez qu'un conseil est vraiment pertinent, commencez par demander à votre proche ce que vous pouvez faire pour lui. Écouter attentivement sa réponse et faites ce qu'il demande (si c'est pertinent). Cela aura pour effet de le rendre plus réceptif. Par la suite, si vous jugez que le moment est approprié pour exprimer votre conseil :
        - Présentez-le comme votre point de vue, non pas comme la vérité absolue.
        - Ne lui demandez pas immédiatement ce qu'il pense de votre conseil.
        - Donnez-lui du temps pour réfléchir à ce que vous venez de dire.
    11. Éviter la répétition :
      Les gens déprimés ont horreur que l'on répète toujours les mêmes suggestions ou conseils. Malheureusement, cette tendance est présente chez plusieurs aidants. Lorsqu'ils n'ont pas persuadé la personne déprimée la première fois, certains tentent de corriger la situation simplement en répétant. La personne déprimée peut voir dans cette façon d'insister un manque de respect. Certains ont même l'impression qu'on les traite comme des enfants. Cela peut affaiblir votre relation avec la personne déprimée au moment où vous avez particulièrement besoin de communiquer efficacement avec elle.
    12. Favoriser l'intimité :
      Passez régulièrement du temps de qualité avec votre proche, entre autres seul à seul. Proposez des sorties ou trouvez des activités que vous pouvez faire ensemble. Cela donne à votre proche l'occasion de se confier sur ce qui ne va pas. L'important est de créer une atmosphère chaleureuse dans laquelle votre proche a envie de partager ses sentiments.
    13. Offrir de l'aide sans qu'on vous le demande :
      Il est rare que les individus dépressifs demandent de l’aide. Plusieurs d'entre eux ont honte et se referment sur eux-mêmes. Pourtant dans leur condition, l'aide de leur famille et/ou de leurs amis est extrêmement importante. C'est souvent grâce au soutien de ceux-ci qu'ils réussissent à se sentir moins isolés et qu'ils trouvent ainsi la motivation d'améliorer leur condition. En résumé, si l'un de vos proches est déprimé, n'attendez pas qu'il vous le demande pour lui offrir votre aide.
    14. Être préparé au rejet :
      Parfois, la personne déprimée ne veut tout simplement pas parler. Elle pourrait même rejeter agressivement l'aide que vous proposez en disant par exemple : «  ça ne changera rien », «  tu ne peux pas comprendre » ou « tu ne peux pas m’aider ». Donc attendez-vous aux refus, surtout lors des premiers essais. Votre proche changera peut-être d'idée plus tard. L'important est de manifester votre présence, d'offrir votre soutien et d'être respectueusement tenace.
    15. S'engager et rassurer :
      Note : ce qui suit est pertinent seulement si vous êtes prêt à vous engager à aider votre proche jusqu'à sa guérison. Si la condition de votre proche est sévère, il a besoin d'être rassuré. Alors, dites-lui clairement que vous êtes là pour de bon et que vous lui donnerez tout le soutien dont il aura besoin aussi longtemps qu'il en aura besoin. De cette façon, votre proche se sentira aimé et il saura qu'il peut se concentrer sur son rétablissement sans se soucier du temps que cela prendra. Cela est un élément important qui contribue à sa guérison.
    16. Comment savoir si notre aide est adéquate ?
      Il y a deux façons de répondre à cette question. Premièrement, observez attentivement le comportement de votre proche dans diverses situations. Deuxièmement, si celui-ci est ouvert, n'hésitez pas à le questionner sur votre façon d'agir. Si vous vous y prenez de la bonne façon, votre proche ne sera pas offensé. Il sera plutôt heureux de l'intérêt que vous lui portez.
    17. Se coordonner avec les autres intervenants :
      Si la personne déprimée a d'autres proches autour d'elle, essayez de coordonner votre soutient avec ceux-ci. Sinon, vos efforts pourraient être contrecarrés sans le vouloir par un autre proche, qui agit tout comme vous, pour le bien de la personne déprimée. De plus, si cette personne est traitée par des professionnels de la santé, assurez-vous que votre façon d'aider est en harmonie avec les approches thérapeutiques de ceux-ci.
    18. Pourquoi est-ce que votre proche dépressif a besoin de votre aide ?
      Des études indiquent que certaines personnes dépressives n'obtiennent pas d’assistance pour les raisons suivantes :
        - Elles ne reconnaissent pas les signes de la dépression ou sont dans le déni.
        - Elles craignent d’être jugées.
        - Elles ne veulent pas être un fardeau.
      Cela explique pourquoi votre aide est importante.
    19. Voici des comportements à éviter :

    Stimuler la personne déprimée

    1. Favoriser les contacts sociaux :
      De nombreuses personnes déprimées se coupent de leur entourage. Si c'est le cas pour votre proche, encouragez-le à maintenir ses activités sociales. En particulier, encouragez-le à faire des efforts pour garder le contact avec ses amis. Proposez-lui d'aller au centre commercial, au cinéma, au restaurant avec les copains. Sans être autoritaire, soyez un peu directif au besoin. Ne dites pas « Préfères-tu sortir ou rester à la maison ? », dites plutôt « Allez, je t’emmène manger dans un bon restaurant. » Finalement, encouragez les amis et la famille de votre proche déprimé à le rencontrer et le soutenir dans son épreuve.
    2. Changer de lieu :
      Il peut être intéressant pour quelques heures de changer de lieu. Donc, proposez à votre proche une nouvelle destination. Et visitez un lieu touristique local, si possible un endroit qui offre une vue sur de beaux paysages. Pour plusieurs personnes, les grandes étendues d'eau calme sont une source d'inspiration, donc la mer ou un grand lac pourrait être une destination intéressante.
    3. Favoriser les activités de loisirs :
      Votre proche déprimé se sent peut-être trop fatigué pour participer aux activités qu’ils trouvaient agréables auparavant. Moins il est actif, moins il sera motivé à le devenir. C'est un cercle vicieux qui alimente le sentiment de dépression. Alors sans le harceler, encouragez votre proche à reprendre les activités qui lui procuraient du plaisir : passe-temps, divertissements, activités sportives, artistiques ou culturelles. Rappelez-vous cependant qu’il peut être contre-productif de brusquer votre proche ou de lui imposer trop d’activités trop vite. Une personne sévèrement dépressive s’épuise rapidement, car elle lutte constamment contre sa fatigue accumulée et ses idées noires.
    4. Favoriser l'exercice physique :
      Il est très utile d'encourager votre proche à faire de l’exercice physique, quitte à en faire avec lui. Bouger libère des substances en nous qui contribuent à diminuer la tension et à améliorer notre sommeil. De plus, l’exercice physique régulier favorise une certaine valorisation personnelle, ce qui est très utile pour l'estime de soi.
    5. Faire renaître l'estime de soi :
      Les gens déprimés ont typiquement une piètre opinion d'eux-mêmes. Une bonne façon d'améliorer l'estime de soi est de réaliser des choses dont nous sommes fiers. Donc, encouragez votre proche (au besoin accompagnez-le) à participer à de telles activités, par exemple :
        - création d'oeuvres artistiques : peinture, sculpture, écriture…
        - bénévolat,
        - être membre d'une chorale, participer à un groupe s'il joue d'un instrument de musique,
        - planification et réalisation d'une bonne action.
    6. Faire renaître l'espoir peu à peu :
      Favorisez le renouveau de l'espoir chez votre proche en l'aidant à trouver des projets ou activités qui contribueront à diminuer sa tristesse. Commencez par des choses simples. Par exemple, un premier projet pourrait être :
        - la visite d'un ami de longue date,
        - un weekend à l'extérieur de la ville,
        - une semaine de vacances à l'étranger.
      Après une activité de courte durée, si votre proche a fait du progrès, suggérez-lui de s'investir (avec votre soutien au besoin) dans un projet de plus grande ampleur, par exemple :
        - retourner aux études,
        - faire un séjour de bénévolat dans un pays en voie de développement,
        - démarrer sa propre petite entreprise.
    7. Amener votre proche à explorer de nouvelles solutions :
      Essayez de trouver avec lui ce qui pourrait diminuer sa souffrance. Par exemple, demandez à votre proche :
        - Quelles activités te donnent un plaisir immédiat ?
        - Quels sont les éléments positifs de ta vie ?
        - J’ai des idées pour t’aider à gérer ta tristesse. Aimerais-tu les entendre ?
        - Dans le passé, qu'est-ce qui a soulagé efficacement ton découragement ?

      Pour faire passer la crise, incitez (sans exagérer) votre proche à faire une activité de soulagement immédiat. Une fois la crise apaisée, explorez avec lui comment changer son quotidien. Sinon, le même contexte pourrait donner le même résultat.
    8. Aider votre proche à trouver et participer à un groupe de soutien :
      Si vous jugez que cela peut lui être utile, encouragez votre proche à participer à un groupe d’entraide, mais ne l’obligez pas. Il ira quand il sera prêt. Entre-temps, vous pouvez faciliter les choses, faire des recherches, vous renseigner sur le lieu, la date et l’heure des rencontres et même communiquer avec l’animateur. Pour identifier les groupes de soutien de votre région, faites une recherche avec Internet. Utilisez comme clef de recherche « groupe de soutien dépression » suivie du nom de votre localité, par exemple « groupe de soutien dépression Montréal ».

    Créer un environnement favorable

    1. Établir un climat de paix :
      Pour mieux aider votre proche, essayez d’instaurer un climat de paix et d'harmonie à la maison. À tout le moins, essayez de réduire ou d'éviter les conflits inutiles.
    2. Favoriser une bonne alimentation :
      Pour une personne déprimée, il est difficile de maintenir une bonne alimentation. Les carences et des déséquilibres alimentaires peuvent avoir des effets négatifs, à court terme (perte ou prise de poids, troubles digestifs, douleurs musculaires, fatigue, troubles de la concentration…) et à plus long terme (diabète, maladies cardiovasculaires…). Ces malaises physiques peuvent avoir à leur tour un impact négatif sur l’état dépressif. Pour prévenir ces différents risques, une alimentation équilibrée est de première importance. Donc, si approprié, faites le marché de votre proche et cuisinez pour lui. Ne lui interdisez pas les gâteries qui sont parfois bonnes pour le moral. L'approche à adopter est de commencer les repas avec des aliments sains, et au besoin de terminer avec le dessert de son choix.
    3. Aider votre proche dans ses tâches domestiques :
      Les personnes déprimées vivent généralement une baisse d'énergie, donc offrir ses services pour les tâches ménagères peut être très précieux. Même si elles n’en donnent pas l’impression, les personnes qui souffrent de tristesse profonde sont sensibles à toutes les formes d'aide. Mais attention à ne pas être trop envahissant. Si votre proche se sent surprotégé, vous risquez de renforcer son sentiment de dévalorisation. Donc, observez attentivement la façon dont il réagit à vos offres d'aide.
    4. Faire confiance de la bonne façon :
      Il ne faut pas prendre en pitié votre proche déprimé. Le fait d’être perçu comme une victime diminuera son estime de soi. Votre proche doit sentir que vous avez confiance en sa capacité d'affronter des difficultés. Cela demande un certain équilibre, car il ne faut ni dramatiser ni banaliser (Paragraphe 2 au tout début de cet article) la condition de votre proche. Le discours à adopter est : « Je sais que ce n’est pas facile, mais je suis là pour toi et j’ai confiance en ta capacité à surmonter ce défi ».
    5. Montrer l’exemple :
      Sans exagérer, essayez d’avoir un comportement équilibré et paisible devant votre proche. Par exemple : mangez sainement, allez dormir tôt, levez-vous tôt, évitez de fumer et de trop boire, essayez d'être toujours calme et souriant, gardez votre résidence propre et bien rangée, soignez raisonnablement votre apparence, etc.
    6. Être raisonnablement positif :
      Les personnes dépressives ont une vision négative d'elles-mêmes, du monde et de l'avenir. Vous pouvez les aider en leur montrant doucement le côté positif des choses et en les rassurant sur leur capacité de s'en sortir. Votre proche est déprimé parce qu'il focalise à outrance sur les choses négatives. C’est donc à vous de présenter la vie différemment. Parlez-lui de ce que vous vivez, de vos occupations, partager avec lui vos défis, vos moments de joie et montrez-lui le côté positif des choses. Surtout, encouragez-le doucement à garder espoir. Il ne s'agit pas de suggérer bêtement à celui-ci de garder le moral. En fait, il est contre-indiqué de dire avec désinvolture que tout ira bien toujours ou que tout sera facile. Ne minimisez pas les épreuves que votre proche perçoit. Mais autant que possible présenter avec conviction les joies et opportunités que l’avenir lui réserve. Soyez celui qui voit la vie du bon côté et en parle avec crédibilité.
    7. Savoir quoi dire à un être cher déprimé :
      Il est parfois difficile de savoir quoi dire à un proche déprimé. Il est important d’aborder une personne dans cette situation sans la fâcher ni l’insulter. Si vous ne savez pas par où commencer, les questions suivantes (pour votre proche) peuvent être utiles :
        - Comment puis-je t’aider ?
        - Quand as-tu commencé à te sentir comme ça ?
        - Quel événement a déclenché ce changement ?
        - As-tu pensé à demander de l’aide
       ?
      Encouragez la personne déprimée à parler de ses sentiments et encore une fois écoutez sans la juger. Finalement, ne vous attendez pas à ce que votre proche s’ouvre immédiatement. Donnez-lui le temps de comprendre ses sentiments. Soyez respectueux, patient, mais persistant.

    Consulter un professionnel de la santé au besoin

    1. Au besoin, amener la personne à consulter :
      Si la situation est grave, il est dans l’intérêt de votre proche de consulter rapidement un médecin ou un autre professionnel de la santé. Mais attention, la dernière chose à faire est de lui répéter constamment de se faire soigner. Amenez-le plutôt à s'exprimer sur sa douleur et à lui faire progressivement comprendre qu’il souffre peut-être inutilement. Proposez-lui alors de l’accompagner chez le médecin. Certes, il se fera prier, mais insistez respectueusement sur le fait que plusieurs personnes s'en sortent avec, entre autres, de l'aide médicale. Il faut donc insister prudemment. Si votre proche refuse, proposez une rencontre avec un omnipraticien en prétextant une consultation pour ses maux physiques, par exemple, son épuisement et son manque de sommeil. Rendez-lui la tâche facile en recherchant un médecin pour lui, et en l'accompagnant s'il accepte, voir le paragraphe suivant.
    2. Au besoin, trouver un médecin ou un thérapeute :
      Si la condition de votre proche est sévère, il est probablement incapable de trouver un professionnel de la santé qui répond à ses besoins spécifiques. Vous lui rendrez un grand service en faisant ce travail pour lui. Dans le cadre de ces recherches, assurez-vous de mentionner tous les symptômes qui vous inquiètent et surtout ne minimisez pas l'ampleur de la souffrance de votre proche. De plus, il est parfois frustrant de ne pas obtenir l’aide nécessaire à cause de longues listes d’attente, de contraintes financières, de distances géographiques… Le lien suivant présente notamment des organisations qui vous aideront dans vos recherches : S'informer sur la déprime et la dépression. Finalement, il est parfois nécessaire d'agir immédiatement, voir le paragraphe suivant.
    3. Évaluer le risque de suicide et agir en conséquence :
      Si vous apprenez par confidence que proche pense au suicide, vous devez agir immédiatement. Puisque ce dernier pense à mettre fin à ses jours, il a probablement certains maux physiques qui accompagnent sa dépression profonde, à tout le moins une grande fatigue. Faites-le parler à ce sujet. Et utilisez au besoin ce prétexte pour l’amener sur-le-champ consulter un médecin avec vous (si possible son médecin traitant). S’il refuse, il n’y a pas de secret à garder, puisqu’il y a une personne est en danger. Il faut plutôt alerter de façon efficace son entourage, un médecin, ou toute personne susceptible d’intervenir afin d’éviter qu'il ne passe à l’acte.
      Mais, parfois la situation n’est pas claire en ce qui concerne les intentions d’un proche déprimé. Voici un extrait du site de la Fondation des maladies mentales sur les signes avant-coureurs du suicide :
        - Il adopte une attitude négative la plupart du temps.
        - Il n’a plus d’intérêt pour les activités qu’il aimait.
        - Il s’isole et sort très peu de chez lui.
        - Il a grandement diminué ses contacts sociaux.
        - Il est plus agressif et se met fréquemment en situation de danger.
        - Il parle souvent de la mort ou de sujets qui y sont reliés.
      Si vous doutez du niveau d'urgence, n'hésitez pas à appeler un service d'urgence de prévention du suicide.
    4. Reconnaître ses limites :
      Vous ne pouvez pas diagnostiquer la dépression, entre autres parce qu'il existe plusieurs variantes de cette maladie liées à des causes différentes, parfois très complexes. Pour cette raison et bien d'autres, seul un professionnel de la santé peut poser un diagnostic fiable. De plus, évitez le piège de croire que l'on peut guérir une personne souffrant de cette maladie simplement avec beaucoup d’efforts, de l'amour et de bonnes intentions. Il faut beaucoup plus que cela. Une personne en dépression a besoin d’aide bien au-delà de ses proches.
    5. Si la personne suit un traitement, ne pas semer le doute :
      Soyez positif par rapport au traitement. Surtout, évitez de faire en sorte que votre proche doute de ses décisions ou de la compétence de son médecin. Par exemple, si vous n'êtes pas d'accord avec l'utilisation d'antidépresseurs, ne faites pas de commentaires à ce sujet. Au contraire, faites en sorte (sans mentir) que votre proche ait confiance dans les soins qu'il reçoit, par exemple en approuvant le choix de son médecin.
    6. Si la personne suit un traitement, continuer à la soutenir :
      Le fait que votre proche suive un traitement ne signifie aucunement que vous devez moins vous occuper de lui. De plus au besoin, aidez respectueusement votre proche à prendre ses médicaments régulièrement et à se souvenir des dates de ses rendez-vous médicaux.
    7. S'informer sur la déprime et la dépression :
      Divers organismes actifs en santé mentale diffusent de l’information sur ces sujets. Voici quelques exemples :
       &fvnbsp;- Services d'urgence de prévention du suicide
        - Revivre
        - France-Dépression
        - Info-depression.fr
        - Mediagoras
        - La dépression fait mal
        - La Fondation des maladies mentales, section sur la dépression
        - Répertoire des centres de crise du Québec
        - La Société pour les troubles de l'humeur du Canada
        - L’Association canadienne de la santé mentale, section sur l'humeur
        - Déprimés anonymes : Soutien téléphonique sur la détresse émotionnelle (Canada)
        - Mental Health America : Réseau américain de soutien pour personnes aux prises avec la maladie mentale
        - La dépression en savoir plus pour en sortir (PDF)
        - Guide d’autosoins pour la dépression, Simon Fraser University et BC Mental health and Addiction Services (PDF)

      Information pour les aidants :
        - Association d'aidants en France : Association Française des aidants
        - Association d'aidants en France : Union nationale des amis et familles de personnes malades et/ou handicapées psychiques
        - Association d'aidants au Québec : Regroupement des Aidantes et Aidants Naturels
        - Vaincre la dépression ensemble
        - L’aide à apporter à votre enfant ou à votre adolescent dépressif
        - Vivre avec une personne atteinte d'une maladie mentale

        Suggestions de lecture :
          - Vivre avec la dépression: comment vivre avec un dépressif, Matthew & Ainsley Johnstone Paris: Dauphin 2014
          - La dépression: 100 questions pour comprendre et guérir, Florian Ferreri. Paris: O. Jacob, 2012, 176 p.
          - La dépression en 60 questions: comment s’en sortir, Jean-Luc Ducher. Paris: O. Jacob, 2011, 273 p.
          - 10 étapes pour sortir de la dépression, Sue Atkinson. Paris: Empreinte temps présent, 2012, 149 p.
          - Dépression: s’enfermer ou s’en sortir, Antoine Pelissolo. Paris: le Muselier, 2015, 125 p.
          - Dépression: reconnaître et comprendre pour enfin se reconstruire, Marc Lucas. Paris: F. Lanore, 2015, 107 p.
          - La dépression, une épreuve pour grandir?, Moussa Nabati. Paris: LGF, 2010, 278 p.
      Vous trouverez beaucoup d'informations en effectuant des recherches Internet. Sélectionnez en priorité les sites web non commerciaux. Si vous lisez l'anglais, certains sites web américains sont particulièrement bien documentés sur ce sujet.

    Prendre soin de soi en tant qu’aidant

    1. Ne pas s'oublier :
      La personne qui soutient un proche ne doit pas oublier de penser à elle afin de conserver son énergie. Elle doit être à l’écoute de ses besoins et de ses limites. Une des meilleures choses que vous pouvez faire pour votre proche en difficulté est de rester en bonne santé physique et psychologique. L'incertitude, la fatigue et le stress de cette situation, peuvent vous affecter, n'oubliez donc pas de bien vous nourrir, de dormir suffisamment et de vous réserver du temps pour continuer vos activités de loisirs. Surtout, ne vous isolez pas avec votre proche. Se replier sur soi, s’enfermer dans une bulle seul avec cette personne n'est pas une solution. Il est important que vous preniez le temps de vous reposer et de pratiquer des activités personnelles dans lesquelles VOUS trouvez du plaisir.
    2. Ne pas se blâmer :
      Les causes de la tristesse profonde sont complexes et inconnues en grande partie. Conséquemment, à l'exception des cas d'abus évidents, il est impossible de déterminer qui ou quoi a causé l'état dépressif. Vous n’êtes donc pas responsable de ce qui arrive à votre proche. Et culpabiliser ou vous blâmer pour sa condition ne peut que lui nuire.
    3. Connaître les difficultés pour mieux les surmonter :
      Vivre avec un proche en dépression, c’est vivre avec une personne qui possède certaines des caractéristiques suivantes :
        - est parfois hyper sensible et devient facilement irritable,
        - a tendance à accentuer les difficultés de la vie,
        - ne peut plus gérer son stress,
        - vit d’échec en échec selon elle,
        - n’a plus de plaisir de vivre,
        - n’a plus de but ni d’idéal à atteindre dans la vie,
        - est continuellement en déficit d’énergie,
        - fait de crises de temps à autre et peut même devenir accusatrice,
        - compte parfois sur ses proches pour diminuer sa douleur de vivre.
    4. Déterminer clairement son rôle :
      Votre rôle est celui d’accompagner votre proche dans son rétablissement et non pas d’agir à sa place. Avec l’entraide, la patience et la chaleur humaine, il devient possible de faire équipe avec celui-ci (et son médecin s'il y a lieu) pour travailler à son rétablissement. Finalement, bien que votre rôle soit important, ne tentez pas de remplacer les professionnels de la santé auprès de votre proche.
    Limite, consultation de thérapeutes :
    Le contenu de ce site web ne remplace d’aucune façon la consultation de thérapeutes (psychologues, médecins, psychiatres…). Les gens qui en ont besoin doivent consulter des spécialistes accrédités.

    Conclusion :
    Que recherche essentiellement une personne déprimée ? Quelqu'un :
      - à qui parler, qui prendra le temps d'être réellement à son écoute,
      - qui ne la jugera pas et ne cherchera pas à lui donner des conseils,
      - qui saura la soutenir sans l'infantiliser ni l’étouffer,
      - qui sera prêt à lui consacrer toute son attention,
      - qui se sentira concerné,
      - qui la respectera,
      - en qui elle a confiance et qui gardera le secret (si elle demande la confidentialité),
      - qui sera disponible,
      - qui saura la rassurer et qui acceptera son point de vue.
    La chose la plus importante que vous pouvez faire pour votre proche est de lui montrer que vous êtes prêt à l'aider et que vous l'aimez inconditionnellement. Certaines personnes déprimées prennent un bon moment pour remonter la pente. Donc ne soyez pas déçu s'il y a peu de progrès à court terme. Soutenir votre proche efficacement demandera de votre part non seulement du dévouement, mais aussi bonne dose de patience.

    « Il n'existe pas de meilleur exercice pour le coeur
    que de se pencher pour aider quelqu'un à se relever. »
    John A. Holmes

    Sujets complémentaires :
        -
    Services d'urgence de prévention du suicide
        - Réconfortez
        - Encourager les autres
        - Influencer nos émotions par nos pensées
        - Le découragement ne durera pas
        - Dédramatisez vos problèmes
        - Ne créez pas vous-même votre souffrance
        - L'inquiétude : on ne sait jamais
        - Épreuves ou opportunités
        - Douleur chronique
        - Pensées sur les épreuves, les malheurs et la souffrance

    Gestes de générosité pour soulager les gens déprimés

    Résultat de la recherche par mots clefs:

    Gestes de générosité pour soulager les gens déprimés

    « Rien ne nous aide autant à relativiser les choses que de poser des gestes de générosité. »

    Puisqu'on ne peut ressentir deux émotions contraires en même temps, il est possible de chasser temporairement un sentiment de déprime en le remplaçant par une émotion opposée. Pour ce faire, le meilleur choix de sentiment opposé est le désintéressement. Dès que vous élevez vos pensées vers la bonté et la générosité, la lumière se fait en vous. Et celle-ci chasse le sentiment de déprime pour un certain temps.

    « En prenant conscience des besoins des gens autour de nous,
    nous détournons notre attention des causes de notre sentiment de déprime. »

    Le simple fait d’occuper vos pensées à planifier sincèrement un geste de générosité changera votre état d’âme. Mais je vous encourage à être sceptique. Ne me croyez pas. Faites plutôt l’expérience de planifier en détail une bonne action. Par exemple, si votre bonne action est d'envoyer une lettre de remerciement, alors composez dans votre tête une partie du texte de la lettre. Et observez par la suite si votre humeur à changé.

    Voici des suggestions de bonnes actions. Elles ont été choisies pour leur simplicité et rapidité d'exécution :

    1. Écrire une lettre ou un courriel ("email") de remerciement
      Dans votre passé récent, il y a probablement quelqu'un qui vous a rendu service. Cette personne est un candidat à qui dire merci. Ne croyez pas que vous devez écrire un long texte de remerciement. Quelques mots suffisent.
    2. Dire un compliment sincère
      Tout le monde est sensible aux compliments. Et nous sommes particulièrement sensibles aux compliments qui portent sur une activité ou un projet qui nous est cher. Alors pour chacun de vos proches, prenez le temps d’identifier d’avance un compliment pertinent. Et lors de votre prochaine rencontre avec ces personnes, mentionnez ceux-ci si le contexte s’y prête.
    3. Faire un don financier
      http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Free_Child_Holding_Happy_Colorful_Rainbow_Taffy_Candy_(unedited)_Creative_Commons_(3354087435).jpg

      DE Pink Sherbet [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons


      Donnez de l'argent à l'organisme de charité de votre choix. Même les dons les plus petits peuvent être une grande source d’inspiration. L'effet désiré est causé par la pensée et le geste de donner, non pas par dans la taille du don.
    4. Faire un don de livres ou des vêtements
      Nous avons tous des livres qui ne font qu'amasser de la poussière, ou des vêtements que nous ne portons plus. Ils sont une occasion de faire un don utile à une œuvre de charité. Tapez simplement "donner livre" ou "donner vêtements" dans Google pour trouver la meilleure façon de faire ces dons près de chez vous.
    5. Rendre service à quelqu’un
      Si l’on cherche un peu, il est toujours possible de trouver un service à rendre à quelqu'un. Si vous manquez d’inspiration, trouver une personne qui vit une épreuve (une maladie, une période de chômage, un deuil…). Et dites à cette personne que vous êtes disposés à l’aider et qu’elle n’a qu’à vous dire comment.
    6. Envoyer une carte d’anniversaire ou une carte de souhaits
      Ceci est un geste simple qui est grandement apprécié. Autant que possible, prenez le temps d’écrire quelques mots personnels sur la carte en question. Si vous manquez d’inspiration, utilisez les sites Internet de cartes de souhaits pour vous donner des idées.
    7. Offrir un cadeau sans raison particulière à l’un de nos proches
      Donner un cadeau est une preuve que vous avez pensé à l'un de vos proches. Et cette attention est toujours appréciée. Autant que possible, prenez le temps de trouver un cadeau qui ferait particulièrement plaisir à la personne visée. N’hésitez pas à acheter un cadeau peu coûteux si vos finances sont limitées, car c’est l’intention qui compte.

    « Les bonnes actions réveillent en nous des forces qui sommeillent dans les profondeurs de notre âme. »

    Limite : consultation de thérapeutes professionnels
    Cette page web n’a aucune connotation thérapeutique. Son contenu ne remplace d’aucune façon la consultation de thérapeutes professionnels (psychologues, médecins, psychiatres…). Les gens qui en ont besoin (en dépression par exemple) doivent consulter des spécialistes accrédités.

    Conclusion :
    La générosité accroît notre sentiment de gratitude. C'est-à-dire qu'en offrant notre aide, nous ouvrons notre cœur et nous accroissons notre reconnaissance envers la vie. Cette même vie qui nous a donné entre autres la capacité de poser des gestes de générosité.

    « Donner c'est jeter sur la vie une passerelle vers le bonheur. »

    Sujets complémentaires :
        Donner pour se transformer
        Souhaiter du bien aux autres
        Dédramatisez vos problèmes
        Découragement : ça ne durera pas
        Services d'urgence de prévention du suicide
        Liste d'articles sur la dépression et le découragement
        Pensées sur les épreuves, Pensées sur la générosité

    Se remonter le moral

    Résultat de la recherche par mots clefs:

    Se remonter le moral

    Table des matières

      1. Se distraire
      2. Faire de l’exercice
      3. Passer du temps avec des gens qui nous aiment
      4. Se confier
      5. Donner de l’amour
      6. Ne pas se replier sur soi-même
      7. Écouter sa musique
      8. Enlacer un proche
      9. Rire
      10. Sourire
      11. Reconnaître nos pensées erronées
      12. Lire des phrases inspirantes
      13. Garder son environnement en ordre
      14. Rechercher la présence des gens positifs
      15. Parler d’une façon encourageante du futur
      16. Mieux dormir
      17. Réduire la quantité d’informations négatives
      18. Prendre un bain
      19. Satisfaire sa gourmandise
      20. S’exposer au soleil
      21. Démontrer sa gratitude

      Il arrive tôt ou tard des moments où notre moral est en chute libre. Les causes possibles sont nombreuses : problème au travail, maladie, conflit personnel, etc. Mais peu importe l'origine de notre découragement, nous pouvons toujours réagir. Vous trouverez ci-dessous différentes approches pour améliorer votre état d’âme. Évidemment, la bonne humeur ne peut pas s'installer du jour au lendemain. Cependant, par la pensée et avec certains gestes, nous pouvons améliorer sensiblement notre moral :

      1. Se distraire :
        Lorsque nous sommes tristes, les activités de distraction nous éloignent de nos pensées négatives, par exemple :
        - Assister à un spectacle ou aller au cinéma
        - Lire un roman particulièrement intéressant
        - Parler à un bon ami
        - Faire une promenade à pied, si possible en nature et lors d’une journée ensoleillée
        - Participer à un jeu qui demande beaucoup d’attention, par exemple un jeu vidéo rapide
        - Regarder une émission de télévision ou un film divertissant
        - Organiser entre amis un marathon de films ou d'épisodes d'une série
      2. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sadness_(2119063838).jpg

        Skhakirov de Donetsk, Ukraine [CC BY-SA 2.0], Wiki

        Faire de l'exercice :
        Bouger libère des substances en nous qui contribuent à notre bien-être. De plus, l’exercice physique régulier favorise une certaine valorisation personnelle. Toutes les formes d'exercice peuvent contribuer à améliorer votre humeur. Si votre santé le permet, faites de l’exercice cardio-vasculaire (natation, vélo, jogging…) et observez l’effet presque immédiat de ce type d’activité sur votre moral.
      3. Passer du temps avec des gens qui nous aiment :
        Lorsque les choses vont mal, gardez en tête que vous pouvez toujours compter sur vos proches. Être en compagnie des gens qui nous aiment est une bonne façon de se remonter le moral. Donc saisissez toutes les occasions raisonnables de passer du temps avec l’un d’entre eux. Lors de vos rencontres, posez des questions sur des sujets qui vous intéressent tous les deux. Et prenez le temps de bien écouter leurs réponses. Pendant que vous serez concentrés sur eux, vous oublierez un peu ce qui vous attriste.
      4. Se confier :
        Le fait d'expliquer ce que vous ressentez peut vous aider à avoir un regard plus objectif sur vos problèmes. Tournez-vous vers une personne digne de votre confiance, par exemple choisissez un membre de votre famille ou un ami fiable que vous connaissez depuis longtemps.
      5. Donner de l’amour :
        Utilisez votre situation difficile pour faire quelque chose d’utile : devenez plus généreux. Tous les gestes désintéressés sont des semences de bonne humeur. Pour de plus amples informations à ce sujet, cliquez ici : Gestes de générosité pour soulager les gens déprimés.
      6. Ne pas se replier sur soi-même :
        Ne vous isolez pas. Sortez de chez vous. Allez quelque part avec un membre de votre famille, un ami ou même tout seul. Allez voir un film, faites une promenade, allez manger au restaurant, etc. Rester enfermé vous donnera l’impression d’être emprisonné dans une cage de mauvaise humeur. Ne repoussez pas vos amis et participez à des activités sociales. Ne vous trouvez aucune excuse pour justifier votre isolement.
      7. Écouter sa musique :
        La musique peut avoir un effet antidépresseur important. Nous connaissons tous des pièces musicales qui ont le pouvoir de nous émouvoir positivement. Lorsque vous sentez votre moral baisser, il est temps d'écouter ou de chanter ces pièces.
      8. Enlacer un proche :
        Faire des câlins aux gens que vous aimez est une manière simple d'améliorer votre humeur. Lorsque la personne est dans vos bras, fermez les yeux et profitez pendant quelques instants de l'amour qu'on vous offre.
      9. Rire :
        Rire aux éclats a des effets bénéfiques immédiats sur notre moral. Vous trouverez à l’adresse suivante des conseils pour provoquer le rire : Rire davantage.
      10. Sourire :
        Le simple fait de sourire contribue significativement à améliorer notre humeur. Lorsque nous sourions, nous stimulons certains nerfs qui envoient à notre cerveau des signaux l’informant de la présence de choses plaisantes ou drôles. Si vous n’êtes pas d’une nature souriante, alors faites l’effort dans un premier temps de sourire pendant quelques minutes. Au début, vous aurez peut-être l’impression de grimacer, mais avec le temps vous vous surprendrez peut-être à sourire pour de bon.
      11. Reconnaître nos pensées erronées :
        Certaines pensées erronées sont mauvaises pour le moral. Ce sont des interprétations incorrectes ou exagérées de la réalité. Vous trouverez à l'adresse suivante des conseils pour repérer et contrecarrer ce type de pensées : Influencer nos émotions par nos pensées.
      12. Lire des phrases inspirantes :
        Il est utile de se laisser influencer par des énoncés optimistes. Alors, lisez des textes ou des citations qui vous inspirent, par exemple : Pensées positives. En cherchant sur Internet ou ailleurs, vous trouverez des écrits qui vous remontent le morale. Créez un répertoire de ces textes et citations qui vous font du bien. Et chaque fois que vous êtes tristes, faites la recherche de nouveaux écrits "anti-découragement". Le simple fait d'ajouter de nouvelles phases à votre répertoire est déjà une activité qui remonte le moral. Finalement, relisez le contenu de ce répertoire aussi souvent que vous en avez besoin. À titre d'exemple, voici une liste de citations et pensées sur l'optimisme.
      13. Garder son environnement en ordre :
        Être dans un lieu bien rangé contribue à améliorer notre moral. Donc, faites des efforts pour garder votre lieu de travail et votre résidence propres et en ordre. Si vous en êtes temporairement incapable, demandez à un proche de vous aider.
      14. Rechercher la présence des gens positifs :
        Faites le tri dans votre réseau social. Réduisez les contacts avec les gens négatifs. Et inversement, recherchez la présence de personnes positives, car celles-ci contaminent leur environnement avec leur enthousiasme et leur joie de vivre.
      15. Parler d’une façon encourageante du futur :
        Certaines personnes ont tendance à ne parler que du côté négatif des choses et cela est démoralisant. Soyez de ceux qui parlent du futur d’une manière encourageante. Il ne s’agit pas de minimiser les défis et les épreuves de la vie. Il s’agit simplement de présenter aussi les joies et opportunités que l’avenir nous réserve. Soyez celui qui voit la vie du bon côté et en parle.
      16. Mieux dormir :
        Les problèmes associés au sommeil sont une cause et un effet d'un moral négatif. Vous trouverez à l’adresse suivante des conseils efficaces pour mieux dormir.
      17. Réduire la quantité d'informations négatives :
        • Si les actualités télévisées vous attristent, éteignez votre télévision ou passez à une autre chaîne.
        • Si les emails de certaines personnes vous rendent nerveux, programmez votre outil de messagerie (p. ex. Outlook ou Gmail) pour rediriger automatiquement (sans vous déranger) ces messages dans un répertoire différent. Et si nécessaire, lisez ceux-ci seulement une fois par jour.
        • Si les appels téléphoniques inutiles de certaines personnes vous affectent, programmez votre téléphone intelligent pour diriger automatiquement (sans vous déranger) ces appels vers votre messagerie vocale. Et si nécessaire, écoutez ces messages seulement une fois par jour.
      18. Prendre un bain :
        On se sent mieux après avoir pris calmement un bain. C'est un peu comme si l'eau absorbait notre mauvaise humeur. Si possible, rendez l'expérience encore plus agréable en y ajoutant des chandelles, de la mousse, des huiles et une musique relaxante.
      19. Satisfaire sa gourmandise :
        Offrez-vous votre repas préféré, autant que possible en bonne compagnie. Ou, achetez les bonbons ou les chocolats que vous aimiez dans votre enfance. Le simple fait de les savourer fera resurgir de bons souvenirs. Évidemment, cette approche ne peut être utilisée fréquemment, sinon votre santé pourrait en souffrir.
      20. S'exposer au soleil :
        Le simple fait de voir la lumière du soleil contribue à nous remonter le moral. En effet, la lumière solaire nous rend plus énergiques en bloquant la synthèse de la mélatonine, ce qui a un effet stimulant. L'astre lumineux contribue également à mieux régler notre horloge intérieure. Ce qui facilite un bon sommeil et par le fait même un meilleur moral.
      21. Démontrer sa gratitude :
        La gratitude est la reconnaissance que nous exprimons en pensées ou en paroles. Elle s’accompagne d’un sentiment positif qui contribue à nous rendre heureux. Que vous soyez riche ou pauvre, vous gagnerez en appréciant ce que vous avez. Vous trouverez à l'adresse suivante différentes raisons d'être reconnaissant : Raisons de dire merci à la vie.

      Conclusion
      Nous n’avons pas besoin d’être victimes des circonstances. Même s'il est parfois impossible de changer les éléments extérieurs d'une situation difficile, il est toujours possible de changer notre attitude et notre perception de ceux-ci et ainsi améliorer notre moral.

      Sujets complémentaires :
          - Dédramatisez vos problèmes
          - Ne créez pas vous-même votre souffrance
          - L'inquiétude et les soucis
          - La paix intérieure
          - Découragement : ça ne durera pas
          - Raisonner pour transformer les épreuves
          - Questions pour apaiser le découragement
          - Poème sur le bonheur de Mère Teresa
          - Conseils pour être heureux, être malheureux
          - Articles à lire lors d'une épreuve
          - Pensées sur la bonne humeur et l'espoir

    Des questions pour apaiser votre découragement

    Résultat de la recherche par mots clefs:

    Des questions pour apaiser votre découragement

    « Les jours se suivent, mais ils ne se ressemblent pas.
    Même si aujourd’hui le soleil est caché par de gros nuages,
    bientôt il brillera à nouveau. »

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Frustration.jpg/320px-Frustration.jpg

    De Cubmundo (Flickr: Frustration) [CC-BY-SA-2.0], via Wikimedia

    Lorsque nous sommes découragés par une épreuve difficile, il est possible de modifier ce sentiment en percevant la situation différemment. Voici des questions qui ont pour objectif d'attirer votre attention sur d'autres façons de voir les choses. Prenez le temps de répondre à celles-ci sincèrement et vous ébranlerez les croyances qui sont à l'origine de votre découragement :

      Questions sur les épreuves :

      • Dans le passé, est-ce que j’ai surmonté des épreuves similaires ?
      • Est-ce que d’autres personnes dans la même situation sont moins découragées que moi simplement parce qu’elles ont une meilleure attitude que moi ?
      • Quelle sera ma perception de cette épreuve dans un an ? Est-ce possible que ma souffrance actuelle ne soit plus alors qu’un vague souvenir d’une difficulté du passé ?
      • Est-ce que je nourris l’illusion qu’il est possible de vivre sans épreuves ? Est-ce que je reconnais qu’il est normal d'être confronté à des difficultés de temps à autre ?
    • Questions sur les exigences :

      • Est-ce que ma vie doit être parfaite pour que je sois satisfait et heureux ?
      • Est-ce que j’ai des attentes ou objectifs exagérés qui contribuent sans raison valable à mon sentiment de découragement ?
      • Est-ce que je me compare aux autres pour déterminer mon « niveau de réussite » ?
      • Est-ce que je suis plus exigeant envers moi-même qu’envers les autres ?
    • Questions sur les opportunités :

      • Est-ce possible que cette situation comporte des avantages ou même des opportunités ?
      • Est-ce possible que cette situation soit une occasion d’apprendre des choses sur moi ou sur la vie en général ?
      • Est-ce que je peux utiliser cette épreuve pour développer davantage certaines qualités, par exemple le courage, l'équilibre et la persévérance ?
    • Questions sur le pessimisme :

      • Est-ce que je surévalue la probabilité que les choses tournent mal ?
      • Est-ce que je perçois avec trop de sévérité l'impact du pire des scénarios possibles ? En d’autres termes, si le scénario le plus sévère se réalise, est-ce que ce serait si catastrophique ?
      • Pour apaiser temporairement mon découragement, est-ce qu’une activité de distraction (cinéma, sport, rencontrer mes amis, etc.) pourrait m’éloigner de mes pensées pessimistes et ainsi diminuer mon sentiment de découragement ?
    • Questions sur l’optimisme :

      • Quels sont les bienfaits de ma vie pour lesquels je suis particulièrement reconnaissant ? Voici quelques exemples : santé, famille, amis, liberté, nourriture abondante et paix.
      • Quels sont les défis que j’ai surmontés ou les choses que j’ai réalisées, dont je suis fier ?
      • Est-ce possible que je devienne de plus en plus heureux avec le temps ?
    • Questions globales :

      • Quels amis ou membres de ma famille auraient pour effet de m’encourager, simplement en étant présent ?
      • Est-ce que cette épreuve fait le poids si je la compare à toutes les bonnes choses dont j’ai bénéficié depuis ma naissance ?
      • Globalement, est-ce que la situation est vraiment négative ou est-ce que j’exagère sa gravité ? Si oui, de quelles façons ?

    Écrire ses réponses :
    Afin de les approfondir, il est utile de mettre sur papier vos réponses aux questions précédentes. De cette manière, vous contribuez davantage à combattre votre découragement.

    Une bonne habitude :
    Si les questions précédentes vous ont fait du bien, sélectionnez les meilleures et relisez celles-ci chaque matin jusqu'à la fin de votre période de découragement.

    Obtenir une copie des questions :
    Pour des raisons de sécurité, la copie des questions à partir du web n’est pas possible. Mais écrivez-moi et je vous les ferai parvenir rapidement : Denis.st-pierre@evolution-101.com

    Limite de cet article :
    Cet article ne vise pas les périodes de découragement extrême. Si vous êtes profondément déprimé, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

    « Le découragement est une route qui ne mène nulle part.
    Ne le laissez pas vous diriger. »

    Conclusion :
    Le but de cet article est de faire renaître l’espoir. Il ne suggère aucunement d’ignorer votre sentiment de découragement. Il est plutôt question d’examiner la situation sous différents angles afin de changer votre perception de celle-ci.

    « Vous connaîtrez la paix non pas lorsque vous n’aurez
    plus de problèmes, mais plutôt lorsque vous aurez changé
    votre façon d'aborder ceux-ci. »

     
     
    Sujets complémentaires :
        - Découragement : ça ne durera pas
        - Se donner droit à l'erreur
        - Services d'urgence de prévention du suicide
        - Pensées pour combattre le découragement
        - Pensées sur le découragement, les épreuves, la souffrance et l’espoir

    Pensées, citations et proverbes pour combattre le découragement

    Résultat de la recherche par mots clefs:

    Pensées, citations et proverbes pour combattre le découragement

    Tout évènement négatif contient la semence d’un bienfait,
    au moins égal, sinon supérieur, aux inconvénients
    immédiats qui l’accompagnement.
    Napoléon Hill
     
    Qui s'embarrasse à regretter le passé perd le présent et risque l'avenir.
    Francisco de Quevedo
     
    Il est des moments où il faudrait oublier les vieux espoirs
    et s'en créer de nouveau.
    Johann Friedrich Von Schiller
     
    Le moment présent est la piste désignée à tout nouveau départ.
    Louis Marie Parent
     
    Tout homme a connu des moments où il s'est imaginé, de bonne foi,
    toucher le fond du désespoir ou du découragement.
    Stanislas-André Steema
     
    Ne jugez pas chaque journée par votre récolte,
    mais par les graines que vous avez plantées.
    Robert Louis Stevenson
     
    Les temps sont mauvais, les temps sont difficiles, voilà ce que disent les gens…
    Vivons bien, et les temps seront bons ! C'est nous qui sommes les temps !
    Tels nous sommes, tels sont les temps.
    Saint Augustin
     
    Ce n'est pas en broyant du noir qu'on fabrique la lumière.
    Guy Erick
     
    Notre plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber,
    mais de nous relever à chaque fois que nous tombons.
    Maria Marshall
     
    Il existe des réponses à tout ce que la tristesse et le découragement peuvent
    objecter. Encore faut-il accepter de regarder autrement les choses, de raisonner
    autrement : devant chaque événement, chaque situation, arrêtez-vous un
    moment pour considérer les deux aspects : négatif mais aussi positif.
    Omraam Mikhaël Aïvanhov
     
    L’homme sage n’en voudra jamais à la vie,
    car à travers son non-sens apparent, il y découvre un sens plus profond.
    Il accepte ce qui le contrarie, et la fermeté de son âme lui donne la force
    de faire de l’épreuve une opportunité.
    Auteur anonyme pour cette citation et les suivantes
     
    L’étudiant dit : Je suis très découragé. Que devrais-je faire ?
    Le Maître répond : Encourager les autres.
     
    Si vous traversez une période difficile en ce moment,
    sachez que la vie se prépare à vous bénir d’une façon
    dont vous ne pouvez imaginer.
     
    Vie pour ce que demain aie à t’offrir et non pour ce que hier t’a enlevé.
     
    Tourne-toi vers le soleil et l'ombre sera derrière toi.
     
    Une route facile devient souvent difficile,
    et une route difficile devient souvent facile.
    Robert T. Kiyosaki
     
    La prochaine fois que tu te sentiras à l'étroit et que tout sera sombre
    autour de toi, souviens-toi de la chenille. Salue la venue de cette
    nouvelle métamorphose et sers-toi de l'enveloppe de protection que
    tu t'étais fabriquée pour augmenter l'amplitude de tes ailes
    avant de t'envoler dans un nouvel espace de possibilités.
    Dominique Allaire
     
    Ne laisse pas une mauvaise période te faire croire que tu as une mauvaise vie.
     
    Un mur infranchissable est une porte dont on n’a pas encore trouvé la clé.
     
    Notre sourire est souvent le reflet de la joie que nous ressentons.
    Mais inversement, notre joie peut être le résultat de notre sourire.
     
    La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent,
    c'est d'apprendre à danser sous la pluie.
     
    Ne vous découragez pas ;
    c’est souvent la dernière clé du trousseau qui ouvre la porte.
     

    Sujets complémentaires :
        - Pensées sur le découragement, les épreuves, le courage et l’espoir
        - Découragement : ça ne durera pas
        - Questions pour apaiser le découragement
        - Se remonter le moral
        - Ne créez pas vous-même votre souffrance
        - L'inquiétude : on ne sait jamais
        - Épreuves ou opportunités
        - Raisonner pour transformer les épreuves
        - Dédramatisez vos problèmes
        - Articles à lire lors d'une épreuve

    Pensées, citations et proverbes sur le découragement

    Résultat de la recherche par mots clefs:

    Pensées, citations et proverbes sur le découragement
    http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hanging_the_head.jpg

    De Alex (CC-BY-2.0) Flickr et Wikimédia

    Il faut se concentrer sur ce qu'il nous reste et
    non sasur ce qu'on a perdu.
    Yann Arthus-Bertrand
     
    Il faut une âme forte et riche en générosité pour
    résister au découragement qui naît de la déception.
    George Sand
     
    Le découragement est l’enfant illégitime des attentes injustifiées.
    Lloyd Ogilvie
     
    C’est dans les moments les plus sombres
    qu’on voit le mieux les étoiles.
    Charles A. Beard
     
    Lorsque tout semble aller contre vous, souvenez-vous
    que les avions décollent toujours face au vent.
    Henri Ford
     
    C'est parce qu'on imagine simultanément tous les pas qu'on devrait faire
    qu'on se décourage, alors qu'il s'agit de les aligner un à un.
    Marcel Jouhandeau
     
    Même dans les pires moments, le découragement contient les éléments qui,
    si vous savez comment les saisir et les utiliser,
    vont vous servir à reprendre courage.
    Omraam Mikhaël Aïvanhov
     
    Le découragement est un faux-pas. Ne le laissez pas devenir une chute.
    Philippe de Lyon
     
    La valeur d'un homme se mesure au temps que l'on met à le décourager.
    Robert C. Savage
     
    La créativité est une fleur qui s’épanouit dans les encouragements mais
    que le découragement, souvent, empêche d’éclore.
    Alex F. Osborn
     
    Dans ces moments d'intense découragement,
    une phrase maladroite peut achever les plus vaillants.
    Un message sincère peut, en revanche, ressusciter les volontés moribondes.
    Olivier de Kersauson
     
    Détournez-vous de ceux qui vous découragent de vos ambitions.
    C'est l'habitude des mesquins. Ceux qui sont vraiment grands vous font
    comprendre que vous aussi pouvez le devenir.
    Mark Twain
     
    Ne te laisse pas décourager par la vie ; tous ceux qui se sont rendus où ils sont,
    ont dû partir d’où ils étaient.
    R.L. Evans
     
    La source de nos découragements est souvent dans notre impatience.
    Ernest Naville
     
    Je ne me décourage pas, car chaque tentative infructueuse qu'on laisse derrière
    soi constitue un autre pas en avant.
    Thomas Edisson
     
    C'est au cours de nos moments les plus sombres que
    nous devons nous concentrer pour voir la lumière.
    Aristote Onassis
     
    N’accordez pas de crédit aux personnes négatives
    qui ne font rien et tentent de vous décourager.
    Theodore Roosevelt
     
    Ne vous laissez pas envahir par le découragement,
    et vous êtes sur de réussir.
    Abraham Lincoln
     
    Le découragement est beaucoup plus douloureux que la patience.
    Hafiz
     
    Notre plus grande faiblesse est de céder au découragement.
    La façon la plus sûre de réussir c'est toujours d'essayer encore une fois.
    Thomas Edison
     
    Quand on n'a plus rien à perdre, il faut y voir la chance de pouvoir tout tenter.
    Alexandra Julien
     
    Celui qui travaille avec conviction profonde pour un
    idéal plus grand que lui ne se décourage jamais.
    Denis St-Pierre
     
    Lorsque votre moral se trouve être au plus bas, remontez le moral d'un moins
    heureux que vous. Vous trouverez pour lui des arguments auxquels vous
    n'aviez pas songé pour vous et dont vous ferez votre profit.
    Sacha Guitry
     
    Le fond du gouffre est devenu la fondation sur laquelle j’ai refait ma vie.
    JK Rowling
     
    À celui qui ne voit pas d’issue à l’extérieur, il reste toujours la
    possibilité de chercher une issue en lui-même en travaillant
    sans relâche par la pensée, l’imagination, la volonté.
    Omraam Mikhaël Aïvanhov
     
    La vraie grandeur est l’habileté de choisir l’accomplissement personnel
    alors que d’autres choisissent le découragement dans les mêmes circonstances.
    Auteur anonyme pour cette citation et les suivantes
     
    Le pessimisme prend souvent les proportions que nous lui donnons,
    et en se laissant aller au découragement, nous le renforçons.
     
    Quand la vie te présente des centaines de raisons de pleurer,
    montre-lui que tu as mille raisons de sourire.
     
    Ce n'est pas ce qui nous arrive, mais notre perception de ce
    qui nous arrive, qui nous décourage parfois.
     
    La gaieté chasse la fatigue, or de la fatigue provient le découragement.
     

    Sujets complémentaires :

    Pensées pour combattre le découragement Pensées sur le courage, les épreuves, la souffrance et l’espoir
    Se remonter le moral Questions pour apaiser le découragement
    Découragement : ça ne durera pas Articles à lire lors d'une épreuve
    Dédramatisez vos problèmes Ne créez pas vous-même votre souffrance