235 citations de Bouddha en 23 sections

Table des matières

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:BuddhaHead.JPG

Gandhara Bouddha, Musée Guimet, Photo de Phg, domaine public, Wiki

1) Citations de Bouddha sur l’amour et amitié :

Il est difficile de rencontrer un ami de la vertu. (Sûtra XI)

En cultivant l’amour, on aide chaque âme dans l’univers.

Laisse grandir en toi un amour sans bornes de toutes les créatures. (Nipatta Sûtra)

Ne recherche pas la perfection dans un monde aussi changeant. Perfectionne plutôt ton amour.

Laissons notre amour infini se répandre dans le monde entier, au-dessus, en dessous, et dans chaque direction. (Metta Sutta, Sutta Nipata)

Certains jours, nous nous sentons tels des étrangers dans ce monde. Mais lorsque notre cœur s’ouvre, nous comprenons que notre place est précisément ici.

Ne prends pas comme amis ceux qui font le mal ou ceux qui sont bas. Fais ta compagnie des bons, recherche l’amitié des meilleurs parmi les hommes. (Dhammapada)

2) Citations de Bouddha sur le bonheur et la joie :

Que tous les êtres soient remplis de joie et de paix.

Le bonheur est né de l’altruisme et le malheur de l’égoïsme.

La santé est le plus grand gain, le contentement est la plus grande richesse. (Dhammapada)

Si, avec un mental pur, quelqu’un parle ou agit, alors le bonheur le suit comme l’ombre qui jamais ne le quitte.

Afin d’ouvrir notre cœur tel un Bouddha, nous devons accueillir les dix mille joies et les dix mille peines de la vie.

Celui qui cherche son bonheur doit arracher de lui-même la flèche de ses lamentations, de ses plaintes, de ses chagrins.

Tout bonheur en ce monde vient de l’ouverture aux autres ; toute souffrance vient de l’enfermement en soi-même. (Les sentences bouddhistes)

Une seule bougie peut en allumer des milliers, et la durée de vie de la bougie n’en sera pas écourtée. Le bonheur n’est jamais diminué du fait d’être partagé.

Lorsqu’une personne agit mal elle ne doit pas récidiver ni s’en délecter, car le malheur est un cumul de mal. Lorsqu’une personne agit bien elle doit recommencer et s’en délecter, car le bonheur est un cumul de bien. (Dhammapada)

3) Citations de Bouddha sur le changement et se transformer :

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement.

Sous le ciel, il n’y a rien qui soit stable, rien qui ne dure à jamais.

Le changement n’est jamais douloureux. Seule la résistance au changement est douloureuse.

L’enseignement est semblable à un radeau qui est fait pour traverser, mais auquel il ne faut pas s’attacher.

Peu parmi les hommes vont à l’autre rive, le reste des humains court çà et là sur cette rive. (Dhammapada)

Ce que nous cultivons dans nos périodes sereines devient une force que nous engrangeons pour nos périodes de changement.

Si tu ne trouves pas d’ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant, marche seul, comme un roi après une conquête, ou un éléphant dans la forêt.

Dans la vie, nous ne pouvons échapper au changement ou à la perte. La liberté et le bonheur sont à la mesure de la souplesse et de l’aisance avec lesquelles nous accueillons le changement.

Imagine que chaque individu dans l’univers est éveillé, sauf toi. Tous sont tes maîtres et font exactement ce qu’il faut pour t’aider à apprendre la patience, la parfaite sagesse, la parfaite compassion. (Le Petit Manuel du Bouddha de Jack Kornfield, p90)

À des degrés divers nous sommes tous des aveugles, guidés par des aveugles, qui guidons des aveugles. Et pourquoi un aveugle ne pourrait-il en guider un autre ? Jusqu’au jour où, comme les véritables aveugles, nous réalisons avec émerveillement que l’on peut se diriger seul, guidé par sa lumière intérieure, et que maîtres et enseignements sont de simples points de repère comme les bruits du monde extérieur.

4) Citations de Bouddha sur la connaissance :

Une sagesse troublée par l’ignorance ne peut se développer.

Il est difficile de ne pas mépriser ceux qui manquent d’instruction. (Sûtra XI)

Ne suivez pas mon enseignement aveuglément, éprouvez-le par vous-même.

Deux choses participent à la connaissance : le silence tranquille et l’intériorité.

Il est difficile de comprendre la bonne loi aux enseignements multiples. (Sûtra XI)

Il est difficile, même après avoir beaucoup appris, d’atteindre le terme (désiré de la science). (Sûtra XI)

L’homme ignorant vieillit à la manière du boeuf ; son poids augmente, mais non pas sa sagesse. (Dhammapada)

Mieux vaut une seule journée de clarté et de concentration qu’un siècle entier d’ignorance et de distraction. (Dhammapada)

Un sot a beau demeurer des années en contact avec la science, il ne connaîtra pas plus le goût de la science que la cuiller plongée dans la sauce ne connaît le goût de la sauce. (Dhammapada)

5) Citations de Bouddha sur la compassion et la générosité :

Seul un être épanoui peut faire du bien.

Si vous allumez une lampe pour quelqu’un d’autre, elle égaiera aussi votre chemin.

Bonne est l’action qui n’amène aucun regret et dont le fruit est accueilli avec joie et sérénité.

Mettez-vous à la place des autres. Si vous y arrivez, vous ne serez plus capable de faire du mal à autrui.

La douceur triomphe sur la colère, la générosité triomphe sur la méchanceté, la vérité triomphe sur la tromperie.

Celui dont les bonnes actions effacent le mal qu‘il a fait, illumine la terre comme la lune émergeant des nuées. (Dhammapada)

La compassion peut être développée envers une personne qui vous irrite : c’est ainsi que l’agacement peut également être surmonté.

En affaires, réinvestis une part de tes profits, garde une part pour ton usage personnel, réserve une part pour ceux qui sont dans le besoin.

Quiconque protège un être en quête de bonheur, tout en cherchant lui-même le bonheur, le trouvera au moins après sa dernière heure. (Dhammapada)

Enseignez cette triple vérité à tous : un cœur généreux, un discours aimable, une vie de service et de compassion sont les choses qui renouvellent l’science.

De même qu’une mère aime et protège son unique enfant au risque de sa propre vie, cultivons l’amour bienveillant et offrons-le à tous les êtres vivants. (Metta Sutta, Sutta Nipata)

Si l’on n’a point de blessure à la main, avec la main on peut prendre le poison. Il est sans action quand il n’y a point de blessure. De même le mal n’a point de prise sur celui qui ne le fait pas. (Sutra IX)

Qu’on ne fasse point peu de cas du bien, en disant : « Il ne m’en reviendra rien ». L’eau, tombant même goutte à goutte, finit par remplir la cruche. Le bien, fait même petit à petit, finit par remplir l’âme du sage. (Sutra IX)

Ceux qui apprennent à pratiquer (la loi) doivent s’appliquer avec énergie à l’amour et à la compassion (et) surtout (ils doivent) faire des dons. Les avantages du don sont fort grands. Lorsqu’on pratique bien la loi avec un cœur pénétré du sentiment de l’obligation, les mérites religieux qui en dérivent sont très grands. (Dhammapada IX)

6) Citations de Bouddha sur les croyances et le doute :

Doutez de tout et surtout de ce que je vais vous dire.

Soyez votre propre lampe, votre île, votre refuge. Ne voyez pas de refuge hors de vous-même.

Ne prenez pas pour vrai, tout ce qui vous est dit, même si ces paroles proviennent d’un maître.

Ne crois que ce que tu juges toi-même être vrai après avoir été éprouvé à la flamme de ton expérience. Sois toi-même ton propre flambeau.

Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c’est ainsi qu’on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l’on doit honorer en autrui la croyance qu’on ne partage pas.

Il ne faut pas croire une chose simplement parce qu’on l’entend dire ; ni croire aux traditions car elles nous ont été transmises depuis l’Antiquité ; ni croire aux rumeurs en tant que telles ; ni aux écrits des sages, parce que les sages les ont écrits ; ni aux imaginations inspirées, pensons-nous par un Déva (inspiration supposée spirituelle) ; ni croire aux conclusions tirées de quelques suppositions faites par nous au hasard ; ni croire une chose parce qu’elle semble devoir être vraie par analogie ; ni croire sur la simple autorité de nos instructeurs et maîtres. Mais nous devons croire la chose écrite ou parlée, ou la doctrine, si elle est corroborée par notre propre raison et notre propre conscience.

7) Citations de Bouddha sur les défauts et vices :

Pureté et impureté sont personnelles, nul ne peut purifier autrui.

Il est difficile de surmonter l’orgueil qui dit toujours « moi ! ». (Sûtra XI)

De l’avidité vient le chagrin, de l’avidité vient la crainte. (Dhammapada)

La vigilance est le chemin du royaume immortel. La négligence celui qui conduit à la mort.

Comme revient la poussière jetée à contrevent, il revient au tortionnaire le mal fait à l’innocent. (Dhammapada)

Vaincs les coléreux par le calme. Les méchants par la bonté. Les avares par la générosité. Les menteurs par la vérité.

Vraiment la connaissance d‘un insensé le mène à sa ruine. Elle détruit son bon côté en brisant sa tête. (Dhammapada)

Hâte-toi vers le bien, garde ton esprit du mal. L’esprit de celui qui est lent à faire le bien, se réjouit du mal. (Dhammapada)

Il en est qui s’emprisonnent dans leur propre filet d’acharnement au plaisir, comme l’araignée dans sa toile. (Dhammapada).

Ainsi que l’orfèvre raffine l’argent brut, ainsi, peu à peu et d’instant en instant, l’homme sage se purifie de ses impuretés. (Dhammapada)

Si quelqu‘un commet le mal, qu‘il se garde de recommencer. Qu‘il ne s‘y complaise. Douloureuse est l‘accumulation du mal. (Dhammapada)

Le méchant même goûte le bonheur, tant que le mal qu’il a fait n’est point arrivé à maturité. Dès qu’il y est arrivé, le malheur alors fond sur lui. (Sutra, IX)

Un être malfaisant peut être heureux tant que sa mauvaise action n’a pas mûri, mais quand elle est mûre, le malfaisant connaît le malheur. (Dhammapada)

Qu’on se hâte vers le bien ! Qu’on détourne sa pensée du mal ! Si l’on fait le bien paresseusement, c’est que l’esprit se complaît dans le mal. (Dhammapada, IX)

Le poison ne peut entrer que par une plaie exposée. Une main indemne peut lui toucher sans peine. Le mal n’affecte pas qui ne l’accomplit pas. (Dhammapada)

L’homme se souille par le mal qu’il a fait et il se purifie en l’écartant. La pureté et la souillure sont en lui-même ; personne ne peut purifier un autre. (Dhammapada)

Celui qui subjugue les sens, comme un cavalier dompte le coursier, celui qui s’affranchit de la convoitise et l’arrogance même par les dieux est envié.(Dhammapada)

Celui qui fait du mal à qui ne lui en fait pas, à un homme pur et sans péché, le mal retombe sur celui-là comme une poussière légère jetée contre le vent. (Sutra IX)

Comme un arbre coupé pousse encore si ses racines demeurent intactes et fortes, ainsi la souffrance jaillit encore et toujours, tant que l’on n’a pas aboli la convoitise.

L’homme de bien même voit le malheur fondre sur lui, tant que le bien qu’il a fait n’est point arrivé à maturité. Dès qu’il y est arrivé, il goûte alors le bonheur. (Sutra, IX)

C‘est aussi doux que le miel, ainsi pense l‘insensé du mal qui n‘a pas encore porté ses fruits ; mais quand le mal a fructifié, alors l‘insensé vient à en souffrir. (Dhammapada)

Ne vous occupez pas des fautes d’autrui, ni de leurs actes, ni de leurs négligences. Soyez plutôt conscients de vos propres actes et de vos propres négligences. (Dhammapada)

Il n’existe point en ce monde, ni dans l’air, ni au milieu de l’océan, ni dans les profondeurs des montagnes, d’endroit où l’on puisse se débarrasser du mal qu’on a fait. (Dhammapada, IX)

Facilement vu les fautes des autres, difficiles à voir nos propres fautes ; comme de la menue paille, on trie les fautes des autres, mais on cache les siennes comme se dissimule un habile oiseleur.

De même qu’un marchand accompagné de peu de monde, et porteur de grandes richesses, évite une route périlleuse, de même que celui qui tient à la vie évite le poison, évitez de même le mal. (Sutta IX)

On doit s’associer avec celui qui fait voir les défauts comme s’il montrait un trésor. On doit s’attacher au sage qui réprouve les fautes. En vérité fréquenter un tel homme est un bien et non un mal. (Dhammapada)

Comme un marchand qui transporte d’abondantes richesses et n’a qu’une faible escorte, évite une route dangereuse, et comme un homme qui aime la vie se garde du poison, – ainsi doit-on s’éloigner du mal. (Dhammapada)

Qu’on ne fasse point peu de cas du mal, en disant : « il ne retombera pas sur moi ! » L’eau, tombant même goutte à goutte, finit par remplir la cruche. Le mal, fait même petit à petit, finit par remplir l’âme de l’insensé. (Sutra IX)

Agis et parle avec une pensée malhabile, et la souffrance suit inexorablement, comme le char suit le bœu. Agis et parle avec une pensée habile et le bonheur suit assurément, comme l’ombre suit le promeneur. (Dhammapada)

Quand le moment est venu d’être actif et d’agir, quiconque, étant jeune et fort, ne fait pas son devoir, s’adonne à la paresse, se montre faible, apathique, inerte dans sa volonté, celui-là ne trouvera pas le chemin de la sagesse. (Dhammapada Section XX)

Avant que le mal ne mûrisse le méchant peut rencontrer le bien. Mais dès que le mal a mûri, le méchant ne rencontre que lui. Avant que le bien ne fleurisse le bon peut rencontrer le mal. Mais dès que le bien a fleuri le bon ne rencontre que lui. (Dhammapada)

Il n’existe point en ce monde, ni dans l’air, au milieu de l’océan, ni dans les profondeurs des montagnes, d’endroit où l’on puisse se débarrasser du mal qu’on a fait. Il n’existe point en ce monde, ni dans l’air, ni au milieu de l’Océan, ni dans les profondeurs des montagnes, d’endroit où l’on soit à l’abri des atteintes de la mort. (Sutra IX)

Les méchants qui outragent les bons ressemblent à celui qui lancerait un crachat vers le ciel. Le ciel ne pouvant pas être sali par le crachat, c’est (l’homme) lui-même qui est sali. Ils ressemblent encore à celui qui jetterait de la poussière contre un adversaire placé du côté d’où vient le vent ; la poussière, ne pouvant pas atteindre l’adversaire, revient (sur elle-même) et contre celui (qui l’a jetée). Les bons n’étant pas accessibles à l’outrage, comme on ne fait pas de tort aux bons, c’est soi-même qu’on amoindrit (en voulant leur nuire). (Le Sûtra, VIII, lien externe Wikisource)

8) Citations de Bouddha sur les désirs :

Une conscience troublée par les désirs ne peut se libérer.

Il est difficile, quand on a vu une chose agréable, de ne pas la désirer. (Sûtra XI)

C’est par le désir que le monde est lié. Par l’assujettissement du désir qu’il est libéré.

Deux montagnes d’or entières ne suffisent pas à combler les désirs d’une seule personne.

Il est difficile, quand on a trouvé un champ d’activité, de n’y pas attacher son cœur. (Sûtra XI)

Ce ne sont pas nos préférences qui créent des problèmes, mais notre attachement à ces préférences.

La plupart des hommes oublient que nous mourrons tous un jour. Pour ceux qui y pensent, la lutte est apaisée. (Dhamma-Cakkappavattana-Sutta)

Celui dont l’esprit n’est pas agité ni troublé par le désir, celui qui est au-delà de bien et du mal, cet homme éveillé ne connaît pas la crainte. (Dhammapada Sutta)

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:BuddhismBarnstarProposal3.png

De Chamal N [Domaine publique], via Wikimedia

9) Citations de Bouddha sur la discipline et la volonté :

Vous ne serez pas puni pour votre colère mais par votre colère.

Mille victoires sur mille ennemis ne valent pas une seule victoire sur soi-même.

Celui qui est maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde.

Mieux vaut une journée de courage et d’ardeur qu’un siècle entier de lâcheté et de torpeur. (Dhammapada)

Plusieurs ne réalisent pas qu’il faut se maîtriser ici-bas. Pour ceux qui réalisent cela, la querelle s’apaisera. (Dhammapada)

Rester en colère, c’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un. C’est vous qui vous brûlez.

Par l’effort, l’ardeur, la discipline et le contrôle, que le sage fasse pour lui-même une île qu’aucun flot ne pourra submerger. Dhammapada

L’esprit est difficile à maîtriser et instable. Il court où il veut. Il est bon de le dominer. L’esprit dompté assure le bonheur. (Dhammapada Sutta)

Grâce à sa détermination, son attention, sa modération et sa maîtrise de lui-même, le sage crée une île qu’aucun raz-de-marée ne saurait submerger. (Dhammapada)

Les attentifs s’exercent sur eux-mêmes, à aucune demeure ils ne sont attachés. Comme des cygnes quittent leur étang, ils abandonnent abri après abri. (Dhammapada, 7)

L’ignorant et le sot se complaisent dans la négligence et le manque d’attention. Tandis que le sage considère la présence attentive et consciente comme son bien le plus précieux. (Dhammapada)

On souffrira soi-même d’une mauvaise action qu’on aura faite. En ne la faisant point, on se purifiera soi-même. Pur ou impur, c’est par soi-même que chacun l’est; on ne se purifie point l’un l’autre. (Dhammapada)

De même que la pluie entre dans une maison dont le chaume est disjoint, ainsi la passion pénètre un esprit non développé. De même que la pluie n’entre pas dans une maison bien couverte de chaume, ainsi la passion ne pénètre pas un esprit bien développé. (Dhammapada)

On aurait beau, dans une rencontre, vaincre des milliers et des milliers d’hommes : se vaincre soi tout seul est la plus glorieuse des victoires. Mieux vaut se vaincre soi-même que vaincre le reste du monde. L’homme qui s’est dompté lui-même, qui vit dans la continence (Dhammapada 103-104)

10) Citations de Bouddha sur l’esprit et la spiritualité :

Il est difficile de mettre son esprit dans un état de repos complet. (Sûtra XI)

Il est difficile de connaître la vraie nature de l’esprit, de manière à s’instruire dans la voie. (Sûtra XI)

L’esprit instable et dispersé, ignorant la vraie doctrine, aimant la flatterie, ne sera jamais mûr pour la sagesse.

Il faut que la vie spirituelle comporte une forte dose de bon sens. (Le Petit Manuel du Bouddha de Jack Kornfield)

Ceux qui suivent le Dharma, la Doctrine bien enseignée, franchissent le domaine de la mort, si difficile à transcender. (Dhammapada)

Ni père, ni mère, ni aucun proche ne nous fait autant de bien qu’un esprit bien dirigé. (Dhamma-Cakkappavattana-Sutta, La Roue de la Loi)

Si tu laisses reposer une eau boueuse, elle s’éclaircira. De même, si tu laisses reposer ton esprit troublé, la chose à faire t’apparaîtra clairement.

Que le sage reste maître de son esprit car il est subtil et difficile à saisir et il court où il veut. Un esprit contrôlé assure le bonheur. (Dhammapada)

Tous les états mentaux ont l‘esprit pour avant-coureur, pour chef; ils ont été créés par l‘esprit. Si un homme parle ou agit avec un mauvais esprit, la souffrance le suit d‘aussi près que la roue suit le sabot du bœuf tirant le char. (Dhammapada Sutta)

11) Citations de Bouddha sur la haine :

Il n’y a pas de feu plus féroce que l’envie et la haine.

Que nul, par colère ou par haine, ne souhaite du mal à un autre.

Jamais la haine ne cesse par la haine, c‘est la bienveillance qui réconcilie ; telle est la loi immuable.

Qui libère sa vie de toute avidité, de toute haine et de toute ignorance trouve la véritable paix éternelle. (Dhammapada, 36)

La victoire engendre la haine, la défaite engendre la souffrance. L’homme sage ne recherche ni la victoire ni la défaite. (Dhammapada)

Quiconque agresse un être en quête de bonheur tout en cherchant lui-même le bonheur. Ne le trouvera point après sa dernière heure. (Dhammapada)

Il m‘a vilipendé, il m‘a maltraité, il m‘a vaincu, il m‘a volé ». Chez ceux qui n‘accueillent jamais de telles pensées, la haine s‘apaise. (Dhammapada Section I)

En ce monde, la haine n’a encore jamais dissipé la haine. Vivons donc heureusement, sans haïr ceux qui nous haïssent. Seul l’amour dissipe la haine. (Dhammapada, 320)

12) Citations de Bouddha sur la liberté :

Si tu restes silencieux comme un gong fêlé et qu’il n’y a plus de colère en toi, c’est que tu es déjà Libéré. (Dhammapada)

Point d’obsessions enfiévrées pour celui qui a traversé. Il s’est affranchi de toute peine, s’est absolument libéré, et s’est délivré de toutes chaînes. (Dhammapada)

Il n’est pas de détresse pour celui qui a terminé son voyage, qui a abandonné tout souci, qui s’est libéré de toutes parts, qui a rejeté tous ses biens. (Dhammapada)

Une personne résolue et accomplie est inaltérable comme la terre, droite comme une obélisque, transparente comme un lac sans lie : elle a vaincu l’existence cyclique. (Dhammapada)

Apaisées les pensées, paroles et actions de celui qui s’est libéré grâce à la bonne compréhension. Oui, celui-là est vraiment apaisé. (Dhammapada)

Ceux dont l’esprit est bien entraîné dans les facteurs de l’Éveil, qui dans le renoncement s’émerveillent et refusent de s’attacher, ont purifié leurs scories. Ces êtres lumineux sauront trouver la complète libération en cette vie. (Dhammapada)

13) Citations de Bouddha sur le matérialisme et le plaisir :

Il est difficile de s’instruire dans la voie, quand on est riche. (Sûtra XI)

Il est difficile de ne pas céder aux passions et de leur tenir tête. (Sûtra XI)

Ne t’attache pas à ce que tu possèdes aujourd’hui, car tu peux très bien le perdre demain.

Il est difficile de posséder la richesse et la puissance sans se laisser dominer par elles. (Sûtra XI)

Qui ne cherche point à obtenir indûment pour soi ou pour autrui richesse, enfants, pouvoir, profit. Est vertueux, juste et pénétrant. (Dhammapada)

Quelles sont les quatre manières (de pécher) par la parole ? Dire des mensonges, dire de vaines paroles, dire des paroles dures, médire. (Le Sûtra, V)

L’homme, qui s’attache à cueillir les plaisirs comme des fleurs, est saisi par la mort qui l’emportera comme un torrent débordé emporte un village endormi.

Celui qui, soit pour lui, soit pour les autres, ne désirerait ni un fils, ni des richesses, ni la royauté, qui ne préférerait point son intérêt propre à la justice, celui-là serait vertueux, savant et juste. (Dhammapada, VI)

Ne cédez pas à la non-attention, ne vous laissez pas absorber par les plaisirs des sens. Celui qui est pleinement présent et conscient, absorbé dans sa concentration méditative, découvre un bonheur immense. (Dhammapada)

Quelles sont les trois manières de pécher par la pensée ? Le désir d’avoir (convoitise ou cupidité), le désir de nuire (haine et envie), l’ignorance qui empêche de croire aux trois joyaux et produit des vues fausses (incrédulité) (Le Sûtra, V)

14) Citations de Bouddha sur la paix :

La seule façon d’apporter la paix au monde est d’apprendre soi-même à vivre en paix.

Bienheureux les pacifiques qui, évitant la malveillance, l’orgueil et l’hypocrisie, pratiquent la compassion, l’humilité et l’amour.

Délicieuses les forêts que la foule considère sans attrait. Les sereins y trouvent l’exaltation : ils ne courent plus les sensations. (Dhammapada)

Calme est le mental, calme est la parole, calme l’action de celui qui, ayant la parfaite connaissance, est pleinement libre, parfaitement paisible et équilibré. (Dhammapada, VII)

Ceux qui veulent atteindre la paix savent vivre simplement et heureux. Ils sont en paix, calmes, ont peu de désirs et ne se laissent pas entraîner par les émotions de la majorité. (Metta Sutta, Sutta Nipata)

15) Citations de Bouddha sur la parole :

Il est difficile de recevoir des outrages sans se mettre en colère. (Sûtra XI)

Il n’est nul être au monde qui n’échappe à la critique. (Dhammapada Sutta)

Il est difficile de garder le silence sur ce qui doit ou ne doit pas être fait. (Sûtra XI)

Mieux vaut une seule parole utile apaisant qui l’entend, que milles discours futiles. (Dhammapada)

De même que le rocher n’est pas agité par le vent. Les sages restent inébranlés par le blâme ou le compliment. (Dhammapada)

Meilleur que mille mots privés de sens, est un seul mot raisonnable, qui peut amener le calme chez celui qui l‘écoute. (Dhammapada)

Quel que soit le nombre de saintes paroles que vous lisez, que vous prononcez, quel bien vous feront-elles si vos actes ne s’y conforment pas ?

Ne croyez pas les individus, fiez-vous aux enseignements ; ne croyez pas les mots, fiez-vous au sens ultime, ne croyez pas l’intellect, fiez-vous à la Sagesse.

Ne parlez pas cruellement, car vos victimes retourneront ces mots. Les propos colériques sont souffrance, et freinent votre progrès vers le haut. (Dhammapada)

Si l’on se forme soi-mêmê suivant les conseils qu’on donne aux autres, alors, bien dirigé, on peut diriger autrui. En effet, il est difficile de se maîtriser. (Dhammapada)

Quiconque offense une personne pure, innocente et sans souillure, s’expose au retour du mal, comme si l’on avait jeté de la poussière contre le vent. (Dhammapada)

Ne te fie pas aveuglément aux paroles d’autrui, fût-il le Bouddha. Observe ce qui t’apporte personnellement le contentement, la lucidité et la paix : là est ton chemin.

Ceux qui maîtrisent la parole juste ne font offense à personne. Pourtant ils disent la vérité. Leurs mots sont clairs mais jamais violents. Ils ne se laissent jamais humilier, et ils n’humilient jamais personne.

Mieux vaut un seul mot ayant un sens, que mille mots dépourvus de sens, s’il amène la quiétude chez celui qui l’entend. Mieux vaut un seul vers d’une pièce de vers, que mille pièces de vers dépourvues de sens, s’il amène la quiétude chez celui qui l’entend. Mieux vaut un seul vers de la Loi que la récitation de cent pièces de vers dépourvues de sens, s’il amène la quiétude chez celui qui l’entend. (Dhammapada 100-102)

16) Citations de Bouddha sur le passé, le présent et l’avenir :

Le temps est un grand maître, le malheur, c’est qu’il tue ses élèves.

Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent.

Chaque matin, nous renaissons à nouveau. Ce que nous faisons aujourd’hui est ce qui importe le plus.

Quand tu marches, contente-toi de marcher ; quand tu manges, contente-toi de manger. (Le petit manuel du Bouddha)

Quelles qu’aient été les difficultés du passé, tu peux toujours recommencer à zéro aujourd’hui. (Le petit manuel du Bouddha)

Les hommes qui n’ont pas mené la vie pure et qui n’ont pas recueilli de richesses durant leur jeunesse, dépérissent comme de vieux héron près d’un lac sans poisson. (Dhammapada)

Ni dans les airs, ni au milieu de l’océan, ni dans les antres des rochers, nulle part dans le monde entier, il n’existe une place où l’homme trouverait un abri contre ses mauvaises actions. (Dhammapada)

Si vous pleurez sur le passé, regardez les choses en face et prenez du recul. Toutes les erreurs vous paraîtront alors comme de la gelée ou des gouttes de rose qui s’évaporeront rapidement au soleil de la sagesse.

Il en est comme de l’écho qui suit la voix, de l’ombre qui suit le corps ; ainsi le fruit n’abandonne pas l’acte (non plus que celui qui l’a fait). Qu’on s’abstienne donc des actes pervers et coupables. (Dhammapada VII)

17) Citations de Bouddha sur la pensée :

Ce que tu penses, tu le deviens. Ce que tu ressens, tu l’attires. Ce que tu imagines, tu le crées.

La pensée est difficile à découvrir, très-adroite, courant où il lui plaît. Que le sage la surveille ; surveillée, elle procure le bonheur. (Dhammapada, III)

Ce que nous sommes aujourd’hui résulte de nos pensées d’hier ; et de nos pensées d’aujourd’hui dépendra notre vie de demain : notre esprit bâtit notre vie.

Quoi qu’un ennemi puisse faire à son ennemi. Quoi qu’un méchant puisse faire à un méchant. La pensée malhabile peut faire encore pire. (Dhamma-Cakkappavattana-Sutta)

‘Il m’a injurié, battu, vaincu et volé !’ Qu’on s’attache à ces pensées et la haine s’enflammera. ‘Il m’a injurié, battu, vaincu et volé !’ Qu’on se détache de ces pensées et la haine s’éteindra. (Dhammapada)

De même qu’un singe qui prend ses ébats dans la forêt saisit une branche puis l’abandonne aussitôt pour se. À sa pensée vacillante, mobile, difficile à contenir, difficile à maîtriser, l’homme intelligent impose la même rectitude qu’un faiseur de flèches à une flèche. (Dhammapada, III)

18) Citations de Bouddha sur les relations humaines :

Nous ne sommes pas indépendants, mais interdépendants.

Rien n’existe jamais tout à fait indépendamment du reste. Tout est en lien avec tout.

Si les membres de la famille s’aiment tendrement, la maison sera un beau jardin fleuri.

Quel que soit le lieu où tu vis, il constitue ton temple, pour autant que tu le considères comme tel.

On doit s’attacher au sage qui réprouve les mauvais usages. La fréquentation d’une telle personne est pleinement bonne. (Dhammapada)

Celui qui connaît l’unité de la vie voit son propre Soi dans tous les êtres et tous les êtres dans son propre Soi, et regarde tout avec un œil impartial.

Comme une abeille, sans nuire à la fleur, à sa couleur ou à son parfum s’envole, emportant seulement le miel, ainsi le sage doit parcourir le village (Dhammapada)

Ce n’est point sur les transgressions des autres, sur les actions ou les omissions des autres, qu’il doit fixer son attention, mais sur ce qu’il a fait ou omis de faire lui-même. (Dhammapada, IV)

Si un insensé est associé à un homme sage, même toute sa vie, il reste ignorant de la vérité, comme la cuiller ignore le goût de la soupe. Si un homme intelligent est associé même une seule minute à un homme sage, il connaîtra promptement la vérité, comme la langue perçoit les saveurs de la soupe. (Dhammapada)

19) Citations de Bouddha sur la sagesse :

De la méditation naît la sagesse.

La patience est la plus grande des prières.

Il n’y a pas de lumière plus grande que celle de la sagesse.

L’homme apaisé, sans haine ni peur, mérite d’être appelé sage.

Tous les êtres vivants sont Bouddha et ont en eux sagesse et vertus.

Dans toutes les directions, l’homme sage répand le parfum de sa vertu.

Le pot s’emplit goutte à goutte, ainsi le sage, peu à peu, s’emplira de bien. (Dhammapada)

C’est vous qui devez faire l’effort. Les sages du passé montrent seulement le chemin. (Dhammapada)

Il n’y a pas de lieux sacrés ni de personnes sacrées, il n’y a que des instants sacrés, des instants de sagesse.

Même la mort ne doit pas être craint par celui qui a vécu sagement. (https://en.wikiquote.org/wiki/Gautama_Buddha)

De même qu’un roc solide n’est pas ébranlé par le vent, ainsi le sage n’est pas agité par louange ou blâme. (Dhammapada, VI)

Le paysan laboure les champs, l’armurier façonne la flèche, le charpentier courbe le bois, mais le sage se perfectionne lui-même.

J’appelle sage celui qui, tout innocent qu’il est, supporte les injures et les coups avec une patience égale à sa force. (Dhammapada)

Ne désespère pas du bien en te croyant desservi. Une goutte, presque rien et le sceau est rempli. En accumulant les petits biens, le sage en est rempli. (Dhammapada)

Celui qui boit à la source de l’Enseignement vit heureux dans la sérénité de l’esprit. Toujours le sage se réjouit de la Doctrine transmise par les excellents. (Dhammapada)

Commence par t’établir toi-même dans le droit chemin, puis tu pourras conseiller les autres. Que l’homme sage ne donne aucune occasion de reproches. (Dhammapada)

Les constructeurs d’aqueducs conduisent l’eau à leur gré ; ceux qui fabriquent les flèches les façonnent ; les charpentiers tournent le bois, les sages se contrôlent eux-mêmes. (Dhammapada)

Celui qui se livre à des méditations claires trouve rapidement la joie dans tout ce qui est bon. Il voit que les richesses et la beauté sont impermanentes et que la sagesse est le plus précieux des joyaux.

Si quelqu’un voit un homme sage qui, comme s’il indiquait un trésor, fait remarquer les fautes et les réprouve, qu’il associe avec une telle sage personne ; le meilleur sera, non le pire, pour celui qui suivra une telle personne. (Dhammapada, VI)

Par sa diligence, sa vigilance, sa maîtrise de soi, l’homme sage doit se faire une île que les flots ne pourront jamais submerger. Les insensés par leur manque de sagesse, s’abandonnent à la négligence. Le sage garde la vigilance comme la richesse la plus précieuse. (Dhammapada Sutta)

20) Citations de Bouddha sur Se connaître :

Faciles à voir sont les fautes d’autrui. Difficiles à voir sont les nôtres.

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin.

Soyez à vous-mêmes votre propre refuge. Soyez à vous-mêmes votre propre lumière. (Dhammapada)

Le sot reste inconscient de ses actions mauvaises, mais elles le brûlent comme une braise. (Dhammapada)

L’insensé qui reconnaît sa sottise est sage en cela. Mais l’insensé qui se croit sage est à juste titre un fou. (Dhammapada)

Nulle personne extérieure à nous-mêmes ne peut nous contrôler intérieurement. Quand nous savons cela, nous sommes libérés.

Considère celui qui te fait voir tes défauts comme s’il te montrait un trésor. Attache-toi au sage qui réprouve tes fautes. En vérité, c’est un bien et non un mal de fréquenter un tel homme. (Dhammapada)

21) Citations de Bouddha sur la vérité :

Le don de vérité est un don qui surpasse tous les autres. (Dhammapada)

Ne crois pas ce que je te dis. Ne rejette pas ce que je te dis. Ce qui restera sera ta vérité.

Si tu ne trouves pas la vérité là où tu es, où crois-tu donc pouvoir la trouver ? (Le Petit Manuel du Bouddha de Jack Kornfield, p. 24)

Il n’existe pas dans le monde plusieurs vérités différentes, car la vérité est une et identique dans tous les temps et dans tous les lieux.

Reconnaissant le mal comme le mal, et le bien comme le bien, les êtres qui embrassent les vues justes, vont dans un état heureux. (Dhammapada Sutta)

Ne vous fiez pas à ce qui a été acquis du fait de l’avoir entendu de façon répétée, ni du fait de la tradition, ni du fait de la rumeur, ni du fait que ça se trouve dans une écriture.

La vérité est la fin et le but de toute vie et les mondes existent pour accueillir la vérité. Ceux qui refusent d’aspirer à la vérité n’ont pas compris le sens de la vie. Béni soit celui qui fait de la vérité sa demeure.

Fiez-vous au message du maître, non à sa personnalité. Fiez-vous au sens, non aux mots seuls. Fiez-vous au message ultime, non au sens relatif. Fiez-vous à votre esprit de sagesse, non à votre esprit ordinaire qui juge. (Kâlâma Soûtra)

Ceux qui prennent l’erreur pour la vérité et la vérité pour l’erreur, ceux qui se nourrissent dans les pâturages des pensées fausses, ceux-là n’arriveront jamais au réel. Mais ceux qui prennent la vérité comme vérité et l’erreur comme erreur, ceux qui se nourrissent dans les pâturages des pensées justes, ceux-là, arriveront au réel. (Dhammapada)

22) Citations de Bouddha sur la vie :

Vis pleinement chaque acte comme s’il devait être le dernier.

Vis comme si l’instant le plus important de ta vie était le moment que tu vis maintenant. (Les sentences bouddhistes – Vie s. av. J.-C.)

Cent années d’une vie passée dans l’inconduite et la dissipation ne valent pas un seul jour d’une vie consacrée à la méditation et à la pratique du bien. Cent années d’une vie passée dans l’ignorance et la dissipation ne valent pas un seul jour d’une vie consacrée à la science et à la méditation. Cent années d’une vie passée dans la nonchalance et le manque d’énergie, ne valent pas un seul jour d’une vie vécue avec virilité et énergie. (Dhammapada 110-112)

23) Autres citations de Bouddha

La force est l’arme de ceux qui ont tort.

Ne fais que ce que tu ne regretteras pas.

La douleur est inévitable, mais la souffrance est facultative.

Notre corps est précieux, car il est le véhicule de notre éveil.

Le monde est aveugle. Rares sont ceux qui voient correctement.

De même que le serpent se défait de sa peau, nous devons constamment nous défaire de notre passé.

Le bouvier conduit ses vaches à la baguette comme l’âge et la mort conduisent les vivants. (Dhammapada)

Si le problème a une solution il ne sert à rien de s’inquiéter, mais s’il n’y a pas de solution, s’inquiéter ne changera rien. (Le Petit Manuel du Bouddha)

Mon action est mon seul bien, mon action est mon héritage, mon action est la matrice qui me fait naître, mon action est ma race, mon action est mon refuge.

Notre maison, nos enfants ne nous appartiennent pas, ni même notre propre corps. Ils nous sont simplement alloués pour un temps et nous devons les traiter avec soin et avec respect.

Celui qui gravit une haute montagne doit nécessairement en descendre. Celui qui dédaigne les autres sera à son tour un objet de mépris. Celui qui méprise l’apparence des autres deviendra laid en retour. Celui qui ravit à autrui ses vêtements ou sa nourriture entrera sûrement dans l’état d’avidité… C’est la loi déterminée des causes et des effets ordinaires.

Courte biographie de Bouddha (environ 563 à 483 av. J.-C) :

L’appellation de Bouddha peut référer à plusieurs personnes. Le Bouddha le plus connu est Siddhārtha Gautama, archétype du « Bouddha pur et parfait » (सम्यक्सम्बुद्ध, samyaksambuddha). Siddhārtha Gautama est un philosophe d’origine princière natif de l’Inde Antique. Il est le fils d’un souverain de la tribu des Sãkya. Son véritable nom était Siddhãrtha Gautama. Le surnom de Bouddha signifie en langue sanskrite « l’Éveillé ». Ses enseignements ont mené à la fondation du bouddhisme, une religion qui comporte des centaines de millions d’adeptes. Bouddha n’a rien écrit lui-même, mais il a tenu de très nombreux discours. La transmission de ses élocutions et de son histoire s’est faite oralement pendant quelques siècles. Les récits de sa vie mélangent métaphysique et légende. Certains épisodes, tel celui où il apaise un éléphant furieux, peuvent être d’authentiques souvenirs historiques contrairement à ses conversations avec les dieux ou sa téléportation instantanée au Sri Lanka. Au fil du temps, une riche légende s’est développée dans les Jātakas. Ceci étant dit, l’existence d’un Gautama-Shakyamuni fondateur du bouddhisme n’est pas mise en doute. Il aurait vécu aux environs du VIe siècle av. J.-C. et serait mort environ à l’âge de 80 ans.

Livres suggérés sur le bouddhisme :

4 réponses

  1. Jean dit :

    Merci pour ces belles citations de sagesse.

  2. Jean-Noël BOymas dit :

    Ces citations pertinentes me permettent de mieux vivre. Et aussi de conseiller mon entourage.

  3. Jose dit :

    Merci, je suis ravi de bonheur. Je resterai un lecteur assidu. Merci pour cette mine d’or.

  4. Galinat Alain dit :

    Merci pour l’aide que vous nous apportez, que l’ altruisme et la gratitude nous inonde de bonheur… bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.