Citations de Charles de Gaulle

Photo du général de Gaulle en 1942

Charles de Gaulle en 1942, via Wikimedia

À la base de notre civilisation, il y a la liberté de chacun dans
sa pensée, ses croyances, ses opinions, son travail, ses loisirs.
 
C’est purement négatif de toujours remettre tout en cause,
c’est, en somme, la marque des faibles, des incapables.
 
Ce qu’il faut surtout pour la paix, c’est la compréhension des peuples.
Les régimes, nous savons ce que c’est: des choses qui passent.
Mais les peuples ne passent pas.
 
Face à l’événement, c’est à soi-même que recourt l’homme de caractère.
 
Il est plus facile de sortir de Polytechnique que de sortir de l’ordinaire.
 
Il n’y a de réussite qu’à partir de la vérité.
 
Il vaut mieux avoir une méthode mauvaise plutôt que n’en avoir aucune.
 
La chose la plus difficile est de n’attribuer aucune
importance aux choses qui n’ont aucune importance.
 
La difficulté attire l’homme de caractère,
car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même.
 
La fin de l’espoir est le commencement de la mort.
 
La grandeur est un chemin vers quelque chose qu’on ne connaît pas.
 
L’action met les ardeurs en oeuvre.
Mais c’est la parole qui les suscite.
 
L’ambition individuelle est une passion enfantine.
 
Le caractère, c’est d’abord de négliger d’être
outragé ou abandonné par les siens.
 
Le silence est le refuge des faibles et la grandeur des puissants.
 
Les choses capitales qui ont été dites à l’humanité
ont toujours été des choses simples.
 
Les exigences d’un grand peuple sont à l’échelle de ses malheurs.
 
Les grandes choses se font par la valeur des hommes bien plus que par des textes.
 
Les hommes, si lassants à voir dans les manoeuvres de l’ambition,
combien sont-ils attrayants dans l’action pour une grande cause !
 
Les plus nobles principes du monde ne valent que par l’action.
 
Les possédants sont possédés par ce qu’ils possèdent.
 
Prenez invariablement la position la plus élevée,
c’est généralement la moins encombrée.
 

Biographie de Charles de Gaulle (1890-1970) :

Né à Lille, Charles de Gaulle choisit la carrière militaire. Il est fait prisonnier durant la Première Guerre mondiale. Officier Instructeur de 1919 à 1940, il fait activement la promotion des blindés à travers une série d’ouvrages. À la tête de ses chars, il prend part à la campagne de France de 1940. Promu général de brigade, il est nommé en juin 1940, sous-secrétaire d’État à la Guerre et à la Défense nationale dans le gouvernement Reynaud. Immédiatement après la défaite de la France, le général de Gaulle exhorte les Français à continuer le combat à la BBC depuis Londres. Il maintient la France libre dans la guerre aux côtés des Alliés. Après la libération, il se hisse à la tête du gouvernement et restaure la république. En désaccord avec le parti, il démissionne du gouvernement en 1946 et fonde en 1947 le Rassemblement du Peuple Français, qui décline à partir de 1953. Le général de Gaulle se retire alors et rédige ses mémoires de guerre. L’incapacité de la IVème République à résoudre le conflit algérien précipite le retour au pouvoir du général de Gaulle à la tête du gouvernement en mai 1958. Après avoir redressé la situation économique de la France, il mène de profondes réformes, incluant la décolonisation, la construction de l’Europe et l’indépendance nationale. La crise de Mai 1968 lui paraît fournir l’occasion d’une réforme sur la régionalisation et la réforme du Sénat. Il démissionne suite à sa défaite lors du référendum à ce sujet. Il se retire alors définitivement de la vie politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.