150 citations du Mahatma Gandhi

À chaque fois que vous êtes dans le doute, faites le test suivant : souvenez-vous de la personne la plus pauvre et la plus faible que vous ayez rencontrée dans votre vie et demandez-vous si ce que vous vous apprêtez à faire lui sera d’une quelconque utilité.

À l’instant où l’esclave décide qu’il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent.

C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort et une pleine victoire.

C’est une erreur de croire nécessairement faux ce qu’on ne comprend pas.

Colère et intolérance sont les ennemis d’une bonne compréhension.

Comment peut-on apprendre à se connaître soi-même ? Par la méditation, jamais, mais bien par l’action.

D’abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez.

Devenons le changement que nous souhaitons voir dans le monde.

Donner un verre d’eau en échange d’un verre d’eau n’est rien ; la vraie grandeur consiste à rendre le bien pour le mal.

Il est plus facile de croire ce que l’on nous affirme officiellement, que de s’aventurer dans l’indépendance intellectuelle… En fait, ce n’est pas l’opposition, mais le conformisme et l’inertie qui ont de tout temps été les plus sérieux obstacles à l’évolution des consciences !

Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l’homme, mais pas assez pour assouvir son avidité.

Il y a beaucoup de causes pour lesquelles je suis prêt à mourir, mais aucune pour laquelle je suis prêt à tuer.

Je m’oppose à la violence parce que lorsqu’elle semble produire le bien, le bien qui en résulte n’est que transitoire, tandis que le mal produit est permanent.

Je ne veux, pour rien au monde, étouffer cette petite voix qu’est ma conscience, ou l’expression de ce qu’il y a de plus profond en moi.

La différence entre ce que nous faisons et ce que nous sommes capables de faire suffirait à résoudre une grande partie des problèmes de ce monde.

La fibre la plus coriace doit s’amollir dans le feu de l’amour. Si elles ne font pas, c’est que le feu n’est pas assez fort.

La haine tue toujours, l’amour ne meurt jamais.

La liberté n’a pas de valeur si elle ne comprend pas la liberté de faire des erreurs.

La méfiance est un signe de faiblesse.

La non-violence est mon premier article de foi. C’est aussi le dernier article de mon credo.

La conscience n’est pas la même pour tous. Elle est un bon guide pour la conduite individuelle, mais si l’on voulait imposer cette conduite à tous, ce serait un empiètement intolérable sur la liberté de conscience de chacun.

Celui qui veut servir, ne gaspillera pas une seule seconde pour son confort personnel.

La vie est un mystère qu’il faut vivre, et non un problème à résoudre.

La vraie moralité ne consiste pas à suivre les chemins battus, mais à trouver la voie véritable pour nous-même et à la suivre de manière intrépide.

Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même.

Le seul tyran que j’accepte en ce monde est la calme voix intérieure.

L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.

Les armes de la vérité et de l’amour sont invincibles.

Les sept fautes sociales de l’humanité sont la politique sans principes, la richesse sans travail, le plaisir sans conscience, la connaissance sans volonté, les affaires sans morale, la science sans humanisme, et la religion sans sacrifice.

Lorsque nous critiquons, il faut le faire avec une humilité et une courtoisie qui ne laisse subsister aucune amertume.

Moins on possède, moins on désire.

Nous devenons ce qui est l’objet de nos aspirations les plus profondes.

Œil pour œil et le monde deviendra aveugle.

On ne peut battre son adversaire que par l’amour et non la haine. La haine est la forme la plus subtile de la violence. La haine blesse celui qui hait, et non le haï.

On ne peut parler à un homme qui a faim qu’en termes de pain.

On obtient justice plus rapidement en rendant justice à la partie adverse.

Par sa nature même, la vérité porte l’évidence en soi. Dès qu’on la débarrasse des toiles d’araignée de l’ignorance, elle brille avec éclat.

Peu importe si ce que vous devez faire est insignifiant. Faites-le aussi bien que possible.

Puisque j’ai rejeté l’épée, il n’est plus rien d’autre que la coupe de l’amour que je puisse offrir à ceux qui se dressent contre moi.

Que nous devions obéir à toutes les lois, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, est une invention récente.

Si tu veux changer le monde, commence par te changer toi-même.

Toute âme qui s’élève élève le monde.

Un arbre qui s’abat fait beaucoup de bruit. Une forêt qui germe, on ne l’entend pas.

Une once de pratique vaut mieux que des tonnes de discours.

Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.

Vivre plus simplement, pour que d’autres puissent tout simplement vivre.

Vous les Occidentaux, vous avez l’heure, mais vous n’avez jamais le temps.

Vous ne devez pas perdre espoir en l’humanité. L’humanité est un océan : même si quelques gouttes sont souillées, l’océan ne le devient pas.

Ce que tu gagneras par la violence, une violence plus grande te la fera perdre.

Dans votre vie, tout ce que vous ferez sera insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez quand même.

Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes. Aucune tyrannie ne peut l’asservir.

Désaccord honnête est souvent un signe de progrès.

Il est facile de se tenir avec la foule. Il faut du courage pour rester seul.

La force du nombre ne réjouit que le peureux ; celui qui est courageux en esprit se fait gloire de combattre seul.

La force réside dans l’absence de crainte, et non dans la quantité de chair et de muscle que nous avons dans notre corps.

La machine a gagné l’homme, l’homme s’est fait machine, fonctionne et ne vit plus.

La pureté de vie est l’art le plus authentique et le plus élevé qui soit.

L’amour est ce qu’il y a de plus fort au monde cependant on ne peut rien imaginer de plus humble.

Le droit même de vivre ne nous est donné que si nous remplissons notre devoir de citoyens du monde.

Notre contribution au progrès du monde doit consister à mettre notre propre maison en ordre.

S’abstenir de punir n’est pardon que quand il existe le pouvoir de punir.

Si nous nous acquittons de nos devoirs, nos droits nous apparaîtront clairement.

Un humain n’est que le produit de ses pensées. Ce qu’il pense, il devient.

Un individu conscient, éveillé et debout est plus dangereux pour le pouvoir en place que 10.000 individus endormis et apeurés.

Vos croyances engendrent vos pensées, vos pensées engendrent vos paroles, vos paroles engendrent vos gestes, vos gestes engendrent vos habitudes, vos habitudes engendrent vos valeurs et vos valeurs engendrent votre destin.

Ayez de la haine pour le péché et de l’amour pour le pécheur.

Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous.

Il faut faire son devoir sans se soucier de l’opinion des autres.

Je ne crois pas qu’un individu isolé puisse s’élever spirituellement et que ceux qui l’entourent n’en tirent aucun profit. Si donc un seul homme avance d’un pas dans la vie spirituelle, l’humanité toute entière y gagne. En sens contraire, la régression d’un seul fait faire un pas en arrière au monde entier.

Je ne veux pas que ma maison soit murée de toutes parts, ni mes fenêtres bouchées, mais qu’y circule librement la brise que m’apportent les cultures de tous les pays.

La différence entre le possible et l’impossible se trouve dans la détermination.

Là où il n’y a le choix qu’entre lâcheté et violence, je conseillerai la violence.

La vie persiste au sein même de la destruction.

Le ciel et la terre sont en nous.

Le fait d’avoir à cohabiter sur cette petite planète qu’est la terre nous impose d’apprendre à y vivre en paix tous ensemble, en harmonie avec la nature, et il ne s’agit pas d’un rêve mais d’une nécessité.

Le futur dépend de ce que nous faisons au présent.

Le pouvoir fondé sur l’amour est mille fois plus efficace et plus durable que celui qui émane de la peur du châtiment.

Le progrès spirituel exige de nous que nous cessions de tuer les autres êtres vivants pour nos besoins corporels.

Le rire sincère est l’éloquence vraie, il est plus efficace que la parole.

Les systèmes économiques qui négligent les facteurs moraux et sentimentaux sont comme des statues de cire : ils ont l’air d’être vivants et pourtant, il leur manque la vie de l’être en chair et en os.

L’homme est soumis à l’obligation de se laisser guider dans toutes ses actions par des considérations morales.

L’homme qui est fier de sa vertu devient souvent un fléau pour ses voisins.

Ma vie est mon seul enseignement.

Mieux vaut y mettre tout son cœur et ne pas trouver les mots pour le dire, que trouver les mots pour le dire et ne pas y mettre tout son cœur.

Mon exigence pour la vérité m’a elle-même enseigné la beauté du compromis.

Nous avons mieux à faire de la vie que d’en accélérer le rythme.

Nul homme qui aime son pays ne peut l’aider à progresser s’il ose négliger le moindre de ses compatriotes.

Pour progresser, il ne faut pas répéter l’histoire, mais en produire une nouvelle. Il faut ajouter à l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres.

Si chacun ne concevait que ce dont il a besoin, nul ne manquerait de rien, et chacun se contenterait de ce qu’il a.

Tout compromis repose sur des concessions mutuelles, mais il ne saurait y avoir de concessions mutuelles lorsqu’il s’agit de principes fondamentaux.

Tout être humain a le droit de vivre, d’avoir les moyens de se nourrir, de se vêtir et de se loger.

Une loi doit avant tout être une loi juste. La politique moderne fait de la loi un fétiche simplement parce que c’est la loi.

Il n’est pas nécessaire d’éteindre la lumière de l’autre pour que brille la nôtre

Même si l’on est une minorité d’un seul homme, la vérité est la vérité.

Il vaut mieux mettre son cœur dans la prière sans trouver de paroles que trouver des mots sans y mettre son cœur.

Le bonheur, c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles.

Le fatalisme a des limites. Nous devons nous en remettre au sort uniquement lorsque nous avons épuisé tous les remèdes.

On reconnaît le niveau d’évolution d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux.

Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses.

Chaque jour, la nature produit suffisamment pour nos besoins. Si chacun ne prenait que ce qu’il lui faut, il n’y aurait pas de pauvreté dans le monde, et personne n’y mourrait d’inanition.

Lorsque je désespère, je me souviens que tout au long de l’histoire les voies de la vérité et de l’amour ont toujours gagné. Il y a eu des tyrans, et des assassins, et pendant un temps ils peuvent sembler invincibles, mais à la fin ils s’écroulent toujours. Pensez-y toujours.

Il n’y aura jamais d’égalité tant que l’on se sent inférieur ou supérieur à autrui. Entre égaux, il ne saurait y avoir de condescendance.

Il faut prendre la nourriture comme on prend des médicaments, c’est-à-dire sans se demander si elle est ou non agréable au goût ; il ne faut en prendre que les quantités nécessaires aux besoins du corps.

La vérité ne saurait être atteinte par celui qui n’a pas en soi un sens abondant d’humilité.

Si nous cultivons l’habitude de rendre ce service intentionnellement, notre désir de servir s’accroîtra sans cesse et contribuera non seulement à notre propre bonheur, mais aussi au bonheur du monde en général.

L’homme devient souvent ce qu’il croit être. Si je continue à me dire que je ne peux pas faire une certaine chose, il est possible que je finisse par devenir vraiment incapable de le faire. Au contraire, si j’ai la conviction que je peux le faire, je vais sûrement acquérir la capacité de le faire, même si je ne peux pas l’avoir dès le début.

Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.

La vérité nourrit l’âme, le mensonge la ronge.

La pauvreté est la pire forme de violence.

Il est imprudent d’être trop sûr de sa propre sagesse. Il est sain de se rappeler que le plus fort pourrait affaiblir et le plus sage pourrait se tromper.

Je ne vivrai cette vie qu’une seule fois. Alors laissez-moi faire le bien, être bon, aujourd’hui même.

Il n’y a pas de chemin vers la paix, la paix est le chemin.

Je rejette toute doctrine religieuse qui ne fait pas appel à la raison et qui se trouve en conflit avec la moralité. Je tolère le sentiment religieux déraisonnable quand il n’est pas immoral.

(Young India, 1920)

Le bonheur est quand ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites sont en harmonie.

(https://en.wikiquote.org/wiki/Happiness)

En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur.

(Tous les hommes sont frères)

La force ne vient pas des capacités physiques ; elle vient d’une indomptable volonté.

(La doctrine de l’épée)

La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents.

(Tous les hommes sont frères, 1969)

Les riches ne peuvent faire fortune dans une société donnée sans la coopération des pauvres.

(Tous les hommes sont frères, 1969)

Il faut que chacun ait au moins de quoi subvenir aux besoins de sa nature.

(Tous les hommes sont frères, 1969)

Injuste est le système économique qui méprise les valeurs morales.

(Tous les hommes sont frères, 1969)

La vérité est dure comme le diamant et fragile comme la fleur de pêcher.

(Autobiographie ou mes expériences de vérité, 1929)

Croire en quelque chose et ne pas le vivre, c’est malhonnête.

(Autobiographie ou mes expériences de vérité, 1929)

Il existe un conflit mondial entre le capital et le travail, et les pauvres envient les riches. Si chacun travaillait pour gagner son pain, les distinctions de classes seraient abolies ; les riches seraient toujours là, mais ils se considéreraient seulement comme les gérants de leur fortune, qu’ils emploieraient surtout dans l’intérêt général.

(Lettres à l’Ashram, 1937)

Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n’est pas impossible que tout le monde ait tort.

(Lettres à l’Ashram, 1937)

Nul être humain n’est trop mauvais pour être sauvé. Nul être humain n’est assez parfait pour avoir le droit de tuer celui qu’il considère à tort comme entièrement mauvais.

(Lettres à l’Ashram 1937)

L’amour est la force la plus puissante que possède le monde, et pourtant elle est la plus humble qui se puisse imaginer.

(Lettres à l’Ashram, 1937)

Il ne peut y avoir de paix intérieure sans connaissance véritable. Une fois que nous saurons appliquer ce critère infaillible de la vérité, nous pourrons immédiatement discerner ce qui vaut la peine d’être fait, ou d’être vu, ou d’être lu.

(Lettres à l’Âshram)

C’est assez facile d’être amical avec des amis. Mais créer une amitié avec celui qui se considère comme votre ennemi est la quintessence de la vraie religion.

(Autobiographie ou mes expériences de vérité, 1929)

Les riches devraient prendre l’initiative de se dépouiller de tout afin de répandre l’esprit de contentement.

(Tous les hommes sont frères, 1969)

Cultiver l’humilité revient à cultiver l’hypocrisie ; l’humble n’a pas conscience de son humilité.

(Lettres à l’Ashram, 1937)

La non-violence complète est absence complète de mauvais vouloir envers tout ce qui vit. La non-violence sous sa forme active, est bonne volonté pour tout ce qui vit. Elle est amour parfait.

(Lettres à l’Ashram, 1948)

Les vérités différentes en apparence sont comme d’innombrables feuilles qui paraissent différentes et qui sont sur le même arbre.

(Lettres à l’Ashram, 1948)

La démocratie, d’après l’idée que je m’en fais, devrait assurer au plus faible les mêmes opportunités qu’au plus fort. Seule la non-violence peut aboutir à ce but.

(Tous les hommes sont frères)

La plus grande force dont puisse disposer l’humanité est la non-violence. Elle est plus puissante que la plus puissante des armes de destruction élaborées par l’intelligence de l’homme.

(Tous les hommes sont frères)

La véritable éducation consiste à tirer le meilleur de soi-même. Quel meilleur livre peut-il exister que le livre de l’humanité ?

(Tous les hommes sont frères)

Le vrai démocrate est celui qui, grâce à des moyens purement non violents, défend sa liberté, par conséquent celle de son pays et finalement celle de l’humanité tout entière.

(Tous les hommes sont frères)

La non-violence est la loi de notre espèce tout comme la violence est la loi de l’animal.

(Young India, 11 Août 1920)

Ma vie forme un tout indissociable : un même lien unit toutes mes actions. Elles ont toutes leur source dans un amour inextinguible pour l’humanité.

(La voie de la non-violence, 2006)

Quand j’arriverais à ne plus commettre le moindre mal et que je me serai débarrassé de toute pensée hautaine, alors, mais alors seulement, les cœurs les plus endurcis seront ébranlés par ma non-violence.

(La voie de la non-violence, 2006)

Une vie de sacrifice est le sommet suprême de l’art. Elle est pleine d’une véritable joie.

(Lettres à l’Ashram, 1948)

La dignité de l’homme requiert l’obéissance à une loi supérieure, à la puissance de l’esprit.

(Tous les hommes sont frères)

Citations de Gandhi sur la religion  :

Dès que nous perdons la base morale, nous cessons d’être religieux. La religion ne saurait renverser et supplanter la moralité.

Chaque homme est responsable de sa religion.

Là où il y a la peur, il n’y a pas de religion.

La vie sans religion est une vie sans principe, et une vie sans principe est comme un bateau sans gouvernail.

En réalité, il existe autant de religions que d’individus.

Je ne suis pas visionnaire. Je prétends être un idéaliste pratique. La religion de la non-violence n’est pas réservée aux rishis et aux saints. Elle est aussi destinée à l’homme moyen.

Les principes de la religion sont une chose, les pratiques qui les prennent pour base en sont une autre. Les principes sont absolument indépendants du temps et de l’espace. Les pratiques changent selon l’époque et selon le lieu.

Les religions sont comme des routes différentes convergeant vers un même point. Qu’importe que nous empruntions des voies différentes, pourvu que nous arrivions au même but.

Celui qui est parvenu au coeur même de sa religion est aussi parvenu au cœur des autres religions.

(Tous les hommes sont frères)

Photo de Gandhi étudiant à Londres

Gandhi étudiant, domaine public, Wikimedia

Poème de Gandhi sur l’amour  :

Prends ton sourire, et donne-le à celui qui n’en a jamais eu.
Prends un rayon de soleil, et fais-lui percer les ténèbres.
Découvre une source, et purifie celui qui est dans la boue.
Prends une larme, et dépose-la sur le visage de celui qui ne sait pas pleurer.
Prends le courage, et mets-le au cœur de celui qui ne peut plus lutter.
Découvre un sens à la vie, et partage-le avec celui qui ne sait plus où il va.
Prends dans tes mains l’espérance, et vis dans la lumière de ses rayons.
Prends la bonté, et donne-la à celui qui ne sait pas donner.
Découvre l’amour, et fais-le connaître à tous.

Poème de Gandhi sur la paix  :

Si tu veux la paix dans le monde, il faut la paix dans ton pays.
Si tu veux la paix dans ton pays, il faut la paix dans ta région.
Si tu veux la paix dans ta région, il faut la paix dans ta ville.
Si tu veux la paix dans ta ville, il faut la paix dans ta rue.
Si tu veux la paix dans ta rue, il faut la paix dans ta maison.
Si tu veux la paix dans ta maison, il faut la paix dans ton coeur.

Photo d’une statue de Gandhi avec un bébé bien vivant sur ses genoux.

De Sarkar Souradip [CC BY-SA 4.0], via Wiki

Biographie de Gandhi (né Mohandas Karamchand Gandhi) 1868-1948 :
Gandhi est issu d’une famille aisée de l’état du Gujarat en Inde. Il fait des études de droit à Londres. En 1893, il devient conseiller juridique pour une société indienne en Afrique du Sud. Gandhi y fait la découverte d’un racisme sévère envers les Noirs et les Indiens. Il entreprend alors un combat de résistance à cette injustice qui durera 20 ans. C’est dans le cadre de cette lutte qu’il développe ses théories sur la désobéissance civile de masse non violente. Ayant obtenu un certain succès en Afrique du Sud, Gandhi retourne en Inde en 1914. Il organise et participe directement à la résistance civique pour forcer le gouvernement britannique à accorder l’indépendance à son pays natal. Ce qui lui vaut d’être emprisonné à plusieurs reprises. Sa célébrité lui mérite le surnom de « Mahatma » (la Grande âme). Suite à une longue lutte, les Britanniques accordent l’indépendance à leur colonie indienne en créant deux pays : l’Inde et le Pakistan. Gandhi ne peut empêcher le déchaînement de violence entre musulmans et hindous causé par cette partition. Il meurt assassiné le 30 janvier 1948 par un fanatique hindou. L’approche de résistance non violente de Gandhi a eu une grande influence sur les mouvements de défense des droits civiques dans le monde entier.

20 réponses

  1. Sawadogo adjaratou dit :

    Juste un grand merci pour ces merveilles.

  2. Onadja Lamourdia dit :

    Gandhi constitue une source intarissable de sagesse. Il peut servir de tremplin a réaliser beaucoup de projets et de rêves dans la vie d’un homme. Sa doctrine de non-violence devrait être l’idéal de tous les meneurs de trouble dans le monde.

  3. Valentin dit :

    Après avoir suivi les interventions publiques de quelques personnalités, les citations qu’ils faisaient, je trouve qu’il est important d’aller à la source et m’en instruire. L’humanité est riche des hommes sages qui ont marqué notre histoire. Merci pour ceux qui ont mis en ligne cette richesse.

  4. Sawadogo Namaneguezanga dit :

    Il a compris le sens de l’existence.

  5. vigot dit :

    La sagesse de cet homme est comme le soleil sur le monde, il inonde les hommes de son humanité, sa grandeur d’âme, est exemplaire. Il est la dignité de l’humain.

  6. lodonou kodjo yves a. dit :

    Si notre humanité apprenait un temps soit peu de toutes ces belles leçons (citations) de vie, notre planète sera épargnée de beaucoup de conflits inutiles.
    Je ne me plains quasi jamais car à côté de mes déboires il y a une ou plusieurs qui connaissent pire. C’est pour cela je me sens toujours heureux.

  7. Prof Chitour dit :

    Gandhi est une référence pour l’humanité toute entière. C’est une prophète de vivre ensemble, de la tolérance et du respect de la nature; Avec lui point d’égoïsme que de l’empathie.

    Puissions-nous être guidés par des hommes politiques qui ont en partage le bien commun de l’humanité et la préservation de la nature.

  8. junior ngongo dit :

    C’est comme s’il vivait encore. En effet, il vit dans tout cet océan de sagesse qu’on ne sait pas trop quantifier. Heureusement pour nous, c’est un véritable régal.

  9. Anonyme dit :

    Ces citations m’ont redonné une force, un conseil pour pouvoir mieux vivre en harmonie. Vraiment, je suis vachement ravis car les mots me manquent franchement.

  10. Anonyme dit :

    Un grand est un grand.

  11. Abdel dit :

    La vie sans la sagesse est un monde sans amour, nul ne peut ignorer le sens de ces citations sur notre vie de tous les jours. Elles nous éclairent la vie et nous donnent un sens à notre existence.

  12. Cheikh dit :

    Mahatma est un génie de la noblesse un vecteur de paix incontestable. J’adore quand t il nous invite à la non-violence. Je remercie le bon dieu de nous avoir donner un homme tel que lui.

  13. Je respecte encore Mr Mahatma Gandhi pour sa sagesse, ses conseils résument l’existence.

  14. Anonyme dit :

    Il est à suivre pour l’épanouissement du monde entier.

  15. Ces citations donnent du goût particulier pour bien mener sa vie à bon escient.

  16. Mon coeur plein des joies par ces citations puisque je ne peux jamais les abandonner car elles servent l’humanité au combat.

  17. Giresse dit :

    Profond comme citation.

  18. mane dit :

    je targue sans risque de se tromper que ces citations doivent être nos référence quotidienne car quelle que soit la situation de la personne on s’y retrouvera. Encore une fois merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.