120 citations et conseils de Mère Teresa

1) Aider son prochain :

À ceux qui souffrent, ne leur donnez pas seulement des soins, mais donnez-leur aussi votre cœur.

Au cours de mon travail dans les taudis, j’ai appris que ce sont précisément les plus pauvres qui comprennent le mieux la dignité humaine. Leur problème majeur n’est pas le manque d’argent, mais qu’on leur dénie le droit à l’humanité et à l’amour.

Ce n’est pas de sympathie ou de pitié qu’ont besoin les pauvres, mais d’amour, et de compassion.

Engagez-vous de tout votre cœur à être une lumière resplendissante. L’amour pour les pauvres est comme une flamme vive.

Je trouve qu’il est facile de nourrir un affamé ou de fournir un lit à un sans-abri, mais consoler, effacer l’amertume, la colère et l’isolement qui viennent de l’indigence spirituelle, cela demande beaucoup plus de temps.

La soif d’amour est beaucoup plus difficile à enlever que la faim de pain.

L’amour n’est plus l’amour, s’il n’est pas partagé.

Le travail pour le salut et pour la guérison des plus pauvres, c’est notre mission particulière, non seulement dans les bidonvilles mais où qu’ils soient, partout dans le monde.

Les pauvres ont besoin de nous, mais le besoin que nous avons des pauvres n’est pas moins grand.

Les riches sauvent les pauvres et les pauvres sauvent les riches : le fruit de l’amour est le service.

Notre devoir consiste à mettre pauvres et riches en présence les uns les autres, à être leur point de rencontre en quelque sorte.

Notre mission est une mission d’amour et de bonté.

Nous ne saurons jamais tout le bien qu’un simple sourire peut être capable de faire.

Nous savons bien que notre action n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais sans notre action, cette goutte manquerait.

Que personne ne vienne à vous sans repartir meilleur et plus joyeux.

Sois pour ta communauté une raison de se réjouir.

Tu as été envoyée pour servir, non pour te servir. Sers donc d’un cœur humble ! N’évite pas les travaux durs, au contraire sois toujours la première à vouloir les faire.

Portrait dessiné de mère Teresa portant son uniforme bleu et blanc.

Sainte Teresa de Calcutta

2) L’amour :

Aimer doit être aussi naturel que vivre et respirer.

Ce qui compte ce n’est pas ce que l’on donne, mais l’amour avec lequel on donne.

Ceux qui s’aiment réellement et véritablement sont les plus heureux du monde.

Donne tes mains pour servir et ton cœur pour aimer.

Il y a des maladies qui ne guérissent pas avec de l’argent, mais avec de l’amour.

L’amour est un fruit de saison en tout temps et à la portée de chaque main.

L’amour est un fruit toujours de saison, à la portée de tous, qu’on peut consommer sans modération.

L’amour intense ne mesure pas, il fait juste donner.

L’amour n’est plus l’amour s’il n’est pas partagé.

L’amour ne se mesure pas, il se donne.

L’amour, pour être authentique, doit être exigeant… Il doit annihiler le moi.

La foi en actes est l’amour, et l’amour en actes est service.

L’amour est un fruit de saison en tout temps et à la portée de chaque main.

Le bonheur, c’est tout petit, petit comme nos yeux pleins de lumière et comme nos cœurs pleins d’amour.

Le plus grand péché est le manque d’amour, et le manque de charité.

Ne nous contentons pas de donner de l’argent. L’argent ne suffit pas, l’argent peut être obtenu, mais ils ont besoin de ton cœur pour les aimer. Alors, répands ton amour partout où tu vas.

Ne vous imaginez pas que l’amour, pour être vrai, doit être extraordinaire.

Nous n’avons besoin ni de bombes ni d’armes, car notre seule arme, c’est l’amour.

Pour survivre, l’amour doit se nourrir de sacrifices.

Tout acte d’amour est une œuvre de paix, si petit soit-il.

Un cœur joyeux est le résultat normal d’un cœur brûlant d’amour.

3) La famille :

Comment pouvons-nous aimer les pauvres si nous n’aimons pas d’abord nos propres enfants ? L’amour commence chez soi.

L’amour commence par le foyer. Si la famille vit dans l’amour, ses membres répandent l’amour autour d’eux.

Les personnes qui s’aiment réciproquement et réellement, vraiment et pleinement, sont les plus heureuses du monde. Elles aiment leurs enfants et leur maison. Elles peuvent même posséder très peu de choses, peut-être même qu’elles n’ont rien.

4) La joie :

Ce qui est important, c’est l’intensité d’amour que vous mettez dans le plus petit geste. Qui donne avec joie donne mieux.

Ceux qui ont le don de la joie atteignent les sommets de la perfection.

La joie profonde du cœur est une boussole qui nous indique le chemin de la vie.

Les petites choses, lorsqu’elles sont faites avec amour, apportent joie et amour.

Pour répandre la joie, il est nécessaire d’avoir de la joie dans sa propre famille.

5) Mieux aimer :

Ayons le courage de nous accepter les uns les autres tels que nous sommes. (Les plus belles paroles de Mère Teresa, 2010)

Bien des gens acceptent de faire de grandes choses. Peu se contentent de faire de petites choses au quotidien.

Des mots aimables peuvent être courts et faciles à dire, mais leur écho est vraiment sans fin.

Fais les petites choses avec un grand amour.

Les gens sont souvent déraisonnables, irrationnels et égocentriques. Pardonnez-leur de toute façon.

Moins nous possédons et plus nous pouvons donner.

N’ayez pas peur d’aimer jusqu’à la souffrance.

Nous devons trouver le temps de nous regarder en face, pour échanger un bonjour, pour partager ensemble un moment de joie, pour être ce que nos enfants attendent de nous.

Pour mieux comprendre ceux avec lesquels nous vivons, il faut d’abord nous comprendre nous-mêmes. (Les pensées spirituelles, 2000)

Si je regardais la masse, je ne ferais rien. Je regarde l’individu et j’agis.

Si véritablement nous désirons aimer, nous savons bien que nous devons apprendre à pardonner.

Souvent, il suffit d’une parole, d’un regard, d’un geste pour que le bonheur comble le cœur de celui que nous aimons.

Soyons sincères dans nos relations à autrui.

6) La paix :

Insistons sur le développement de l’amour, la gentillesse, la compréhension, la paix. Le reste nous sera offert.

Nos oeuvres d’amour ne sont rien d’autre que des oeuvres de paix. Accomplissons-les avec un amour et une efficacité toujours plus grande, chacune et chacun d’entre nous dans son travail quotidien, chez lui, auprès de son prochain.

On ne souhaite pas la paix, on la fait et on la donne aux autres.

Que pouvez-vous faire pour promouvoir la paix dans le monde ? Rentrer chez vous et aimer votre famille.

7) La souffrance :

À notre époque de progrès, tout le monde est pressé, personne n’a le temps, et les malheureux incapables de rivaliser s’effondrent. Ce sont eux que nous voulons aimer, servir, entourer. (Aimer : Inspirations et paroles)

Aux enfants et aux pauvres, à tous ceux qui souffrent, donnez toujours un sourire heureux. (Les plus belles paroles de Mère Teresa, 2010)

Chacun de nous doit porter sa propre croix.

Il y a beaucoup de souffrance dans le Monde, énormément ! Car la souffrance matérielle, c’est souffrir de faim, souffrir d’être sans abri, et souffrir de toutes sortes de maladies. Mais je persiste à croire que la plus grande souffrance, c’est d’être seul(le), de se sentir mal-aimé, et de n’avoir simplement personne. J’en suis venue de plus en plus à me rendre compte, que la pire souffrance que puisse vivre un être humain, c’est de n’être pas aimé et désiré !

L’exclusion est la pire maladie qu’aucun être humain puisse jamais endurer.

La solitude et le sentiment de n’être pas désiré sont les plus grandes pauvretés.

Le monde est saturé de souffrances par manque de paix.

Tu peux t’épuiser au travail, tu peux même t’y tuer, mais tant qu’il n’est pas mêlé d’amour, il est inutile.  Travailler sans amour est un esclavage.

Vous qui habitez en Occident, bien plus que la pauvreté matérielle, vous connaissez la pauvreté spirituelle, et c’est pour cela que vos pauvres sont parmi les plus pauvres.

8) La vie :

À la fin de nos jours, nous ne serons pas jugés par le nombre de diplômes reçus, combien d’argent nous avons accumulé ou combien de réalisations nous avons à notre actif. Nous serons jugés par j’avais faim et vous m’avez nourri, j’étais nu et vous m’avez vêtu, j’étais sans abri et vous m’avez accueilli ! Si vous ne pouvez pas nourrir cent personnes, nourrissez-en au moins une.

Ce dont nous avons besoin est d’aimer sans nous épuiser. C’est ce qu’il y a dans nos cœurs qui donne à nos vies leur qualité.

Dans cette vie, nous ne pouvons pas faire de grandes choses. Nous pouvons seulement faire de petites choses avec un grand amour.

Fidélité, ponctualité, petites paroles de bonté, quelques pensées pour les autres, certains petits actes faits de silences, de regards, de pensées, de paroles, d’oeuvres, ce sont précisément ces choses qui sont les gouttes d’amour qui font que notre vie coule avec tant de splendeur.

La gaieté devrait être un des atouts de notre vie. Une personne gaie est comme le sel d’une communauté. C’est souvent un manteau qui cache une vie de sacrifice.

La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter.

Le bonheur, c’est tout petit, si petit que, parfois, on ne le voit pas. Il ne se cache pas, c’est là son secret. Il est là, tout près de nous, et parfois en nous.

9) Autres citations de Mère Teresa :

Ce qui me scandalise, ce n’est pas qu’il y ait des riches et des pauvres : c’est le gaspillage.

Chez nous, il y a toujours un lit prêt pour un enfant de plus.

Hier n’est plus, demain n’est pas encore. Nous n’avons que ce jour. Mettons-nous à l’oeuvre.

Je ne peux pas arrêter de travailler. J’aurai toute l’éternité pour me reposer. Mère Teresa

Le diable est le père des mensonges. Il n’apparaîtra pas comme un lion mais comme un ange de lumière.

Le silence nous fait voir chaque chose autrement. (Il n’y a pas de plus grand amour)

Ne vous laissez jamais décourager par l’échec, si vous avez fait de votre mieux.

On m’a souvent demandé pourquoi je ne participe pas à des manifestations contre la guerre. Je réponds que je n’y participerai jamais, mais qu’à chaque fois que l’on organisera un rassemblement pour la paix, je serai là.

Plus les choses sont petites, et plus grand doit être l’amour que nous mettons à les réaliser.

Un cœur joyeux sait très bien se protéger de la malpropreté que le diable tente de semer en nos cœurs.

10) Conseils de Mère Teresa :

Accepter injures et insultes.

Ayez un sourire pour votre prochain, donnez-lui du temps.

Céder face à la volonté des autres.

Choisir toujours le plus difficile.

De parler le moins possible de soi-même.

Diffuse l’amour partout où tu vas. Ne quitte jamais personne sans le laisser partir plus heureux.

Évitez la curiosité.

La révolution de l’amour commence avec un sourire ! Souriez cinq fois par jour à quelqu’un à qui vous n’avez pas du tout envie de sourire. Vous devez le faire pour la paix.

Ne pas chercher à être admiré ou aimé.

Ne pas essayer d’avoir le dernier mot dans une discussion, même si on a raison.

Ne pas s’arrêter aux défauts des autres.

Ne pas se retrancher derrière sa propre dignité.

Répandez l’amour partout où vous allez, mais d’abord et avant tout dans votre propre maison. Aimez vos enfants, votre épouse ou votre mari, votre voisin…

Rester poli et délicat même si quelqu’un nous provoque.

Si tu juges les gens, tu n’as pas le temps de les aimer.

S’occuper de son propre travail.

Soyez l’expression vivante de la bonté, que ce soit la bonté de votre visage, la bonté de votre regard, la bonté de votre sourire ou la bonté de votre accueil chaleureux.

Va auprès des pauvres avec zèle et amour.

11) Poème, La vie est la vie :

La vie est une chance, saisis-la.

La vie est beauté, admire-la.

La vie est béatitude, savoure-la.

La vie est un rêve, fais-en une réalité.

La vie est un défi, fais-lui face.

La vie est un devoir, accomplis-le.

La vie est précieuse, prends-en soin.

La vie est une richesse, conserve-la.

La vie est amour, jouis-en.

La vie est un mystère, perce-le.

La vie est tristesse, surmonte-la.

La vie est un hymne, chante-la.

La vie est un combat, accepte-le.

La vie est une aventure, ose-la.

La vie est une promesse, remplis-la.

La vie est bonheur, mérite-le.

La vie est la vie, défends-la.

Photo de Mère Teresa les mains jointes.

De Evert Odekerken [CC BY 2.5]

Sélection des citations :

Lors de la création de cette liste, mon but n’était pas de recopier le plus grand nombre possible de citations de Mère Teresa. D’autres sites web ont déjà fait cet inventaire. Mon objectif était plutôt de sélectionner des pensées qui favorisent la réflexion. D’autre part, pour respecter le principe de non-association de ce site Internet, les citations de Mère Teresa qui traitent directement de sa religion sont exclues de cette page.

Briève biographie de Mère Teresa, née Agnès Gonxha Bojaxhiu (1910-1997) :

Mère Teresa est surtout connue pour son action personnelle caritative. Perçue comme un exemple d’altruisme concret, elle est régulièrement citée dans la presse indienne et occidentale. Religieuse de l’ordre missionnaire des sœurs de Notre-Dame de Lorette dès 1929, elle quitte cette communauté pour fonder sa propre congrégation en 1950. Son œuvre auprès des plus pauvres commence par l’éducation des enfants des rues et un premier du mouroir à Calcutta. Elle consacre plus de 40 ans de sa vie aux malades, aux pauvres et aux mourants. Au moment de sa mort, son œuvre comportait 610 missions réparties dans 123 pays.