40 citations de Charlie CHAPLIN

    Dessin du personnage de Charlie Chaplin une fleur à la main

    Image par Gerhard de Pixabay

  • Le public aime souffrir par procuration.
  • L’obstination est le chemin de la réussite.
  • Une journée sans rire est une journée perdue.
  • Rien n’est permanent, même pas nos problèmes.
  • La poésie est une lettre d’amour adressée au monde.
  • Le point de vue le plus simple est toujours le meilleur.
  • Le rire est le chemin le plus court entre deux personnes.
  • La connaissance de l’homme est à la base de tout succès.
  • Vous ne verrez jamais l’arc-en-ciel si vous regardez en bas.
  • Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître.
  • Tu ne trouveras jamais d’arc-en-ciel si tu regardes toujours en bas.
  • Le rire est le tonique, le soulagement et la délivrance de la douleur.
  • La chose la plus triste que je puisse imaginer, est de s’habituer au luxe.
  • La vie est l’expression d’un constant désir : personne n’est jamais satisfait.
  • Celui qui a des ennuis ne peut pas les prendre perpétuellement au sérieux.
  • L’humour renforce notre instinct de survie et sauvegarde notre santé d’esprit.
  • Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter. Du chaos naissent les étoiles.
  • Un bon acteur sait mettre de l’émotion dans l’action et de l’action dans l’émotion.
  • Ce n’est pas la réalité qui compte dans un film, mais ce que l’imagination peut en faire.
  • Si, en art, on devait suivre son époque, alors Rembrandt serait bien en retard par rapport à Van Gogh.
  • Un direct dans la mâchoire d’un traître est une façon trop facile de résoudre les problèmes de l’existence.
  • Il faut tendre vers l’impossible. Les grands exploits à travers l’histoire ont été la conquête de ce qui semblait impossible.
  • L’homme est un animal aux instincts de survie primitifs : son ingéniosité s’est donc développée d’abord, et son âme ensuite.
  • Plus que les machines, nous avons besoin de l’humanité ; plus que l’ingéniosité, nous avons besoin de gentillesse et de douceur.
  • Tous les palais sont ridicules : malgré leur intérêt historique, ils ne sont que l’expression dénuée de goût et pénible de l’ostentation.
  • J’aime bien les amis comme j’aime bien la musique : quand je suis d’humeur ; mais une telle liberté se paye parfois d’une certaine solitude.
  • La tragédie stimule le sens du ridicule, car le ridicule est une attitude de défi ; il faut rire de notre impuissance face aux forces de la nature.
  • C’est une erreur de s’attarder longtemps dans l’adulation du public. Comme un soufflé qu’on laisse attendre, elle ne tarde pas à se dégonfler.
  • Nous voulons tous nous entraider. Les humains sont comme ça. Nous voulons vivre avec le bonheur des autres, pas avec le malheur des autres.
  • La solitude est une sorte de tare : elle a un subtil parfum de tristesse, quelque chose qui n’attire, ni n’intéresse personne, et on en a un peu honte.
  • Ce qui est vraiment bon, c’est de se battre avec persuasion, embrasser la vie et vivre avec passion, perdre avec classe et vaincre en osant, parce que le monde appartient à celui qui ose.
  • J’ai découvert que les idées vous viennent quand on éprouve un désir intense d’en trouver ; l’esprit devient ainsi une sorte de tour de guet d’où l’on est à l’affût de tout incident susceptible d’exciter l’imagination.
  • Le jour où je me suis aimé pour vrai,… :

  • j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé. Aujourd’hui, j’ai découvert… l’Humilité.
  • j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi.
  • j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon coeur, elle devient une alliée très précieuse ! Tout ceci, c’est… le Savoir-vivre.
  • j’ai compris qu’à chaque instant, je suis au bon moment et au bon endroit. Tout arrive exactement au moment voulu. Alors je peux être serein. Aujourd’hui, j’appelle cela la confiance en moi.
  • j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Maturité
  • j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Authenticité.
  • j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois. Et cela s’appelle… la Plénitude.
  • j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre.
  • j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plait et à mon rythme. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Simplicité.
  • j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment… Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.