Citations de Joseph Campbell sur les mythes

Photo de Joseph Campbell  en 1985

Joseph Campbell en 1985

Citations de Joseph Campbell extraites de : Puissance du mythe

Allez où vous mène votre coeur.

Un mythe est un rêve public, et un rêve est un mythe privé.

La vérité est une; mais les Sages lui donnent de nombreux noms.

La métaphore est le masque de Dieu qui nous permet d’appréhender l’éternité.

Un héros est celui ou celle qui donne sa vie pour quelque chose de plus grand que lui.

La mythologie est une espèce de carte routière de l’expérience vécue, tracée par des gens qui ont voyagé à l’intérieur d’eux-mêmes.

La société ne leurs a pas donné (aux jeunes) les rites qui leur permettraient de devenir membres de la communauté à part entière. Tous les enfants ont besoin d’une seconde naissance. Il faut leur apprendre à se comporter de façon rationnelle dans le monde actuel en abandonnant leur enfance derrière eux.

Une bonne façon d’apprendre est de trouver un livre ayant pour sujet le problème qui vous préoccupe. Vous trouverez certainement des indices de solution. Dans ma vie j’ai eu pour professeur Thomas Mann et James Joyce, deux auteurs qui ont utilisé les thèmes mythologiques de base pour interpréter les problèmes, les questions, les soucis et les prises de conscience des jeunes qui deviennent des hommes dans le monde moderne. Chacun peut découvrir dans l’œuvre d’un bon écrivain les thèmes mythiques qui l’aideront à mûrir.

L’histoire que nous avons en Occident, dans la mesure où elle s’inspire de la Bible, est basée sur une conception du monde qui est celle du premier millénaire avant Jésus-Christ. Elle ne convient plus à notre conception de l’univers, pas plus qu’elle ne convient à l’idée que nous nous faisons de la dignité humaine. Elle appartient à un monde totalement différent du nôtre. Nous devons apprendre aujourd’hui à rétablir l’harmonie entre la sagesse de la nature et nous, à retrouver le sens de la fraternité avec le monde animal, aquatique et marin.

Citations de Joseph Campbell extraites de : Le Héros aux mille et un visages

Nous devons laisser aller la vie que nous avons planifiée et accepter celle qui nous attend.

Le rituel, la mythologie et la métaphysique ne sont que des guides qui conduisent au bord de l’illumination, à ce pas final que chacun doit accomplir dans sa propre existence silencieuse.

La fonction principale de la mythologie et du rite a toujours été de fournir à l’esprit humain les symboles qui lui permettent d’aller de l’avant et l’aident à faire face à ces fantasmes qui le freinent sans cesse.

Le labyrinthe est parfaitement connu ; il nous suffit de suivre le fil sur les pas du héros. Et là où nous pensions trouver un monstre, nous trouverons un dieu ; là où nous pensions tuer l’autre, c’est notre propre égo que nous sacrifierons ; là où nous pensions cheminer vers un monde extérieur, nous atteindrons le centre de notre propre existence; là où nous pensions être seuls, nous serons avec le monde tout entier.

Autres citations de Joseph Campbell

L’amour est une amitié mis en musique.

Le privilège d’une vie est d’être qui vous êtes.

Votre espace sacré est où vous pouvez vous retrouver encore et encore.

Tu dois abandonner la vie que tu as planifiée pour pouvoir vivre la vie qui t’attend.

La caverne dans laquelle vous redoutez de pénétrer contient le trésor que vous recherchez.

Votre vie est le fruit de votre propre action. Vous n’avez personne à blâmer sauf vous-même.

Les ordinateurs sont comme les dieux de l’Ancien Testament; il y a beaucoup de règles et pas de pitié.

Les occasions de trouver des pouvoirs plus profonds en nous-mêmes viennent quand la vie nous défie le plus.

C’est en descendant dans l’abîme que nous récupérons les trésors de la vie. Là où vous tombez, là se trouve votre trésor.

Trouve un endroit à l’intérieur de toi où il y a de la joie et utilise cette joie afin de brûler ta douleur. (Réflexions sur l’art de vivre)

Lorsque tu poursuivras ton bonheur, des portes s’ouvriront où tu ne pensais pas en trouver et où il n’y aurait pas de porte pour un autre que toi.

Le but de la vie est de faire en sorte que votre rythme cardiaque corresponde au rythme de l’univers, de faire correspondre votre nature à la nature.

La mythologie est souvent considérée comme étant la religion « des autres » alors que la religion peut être définie comme étant de la mythologie mal interprétée.

En l’absence d’une mythologie générale efficace, chacun d’entre nous possède son panthéon privé, méconnu, rudimentaire, mais secrètement puissant, de rêves.

La fonction première de la mythologie et du rite a toujours été de fournir les symboles qui font avancer l’esprit humain, en opposition à ceux qui tendent à le retenir.

Lorsque nous cessons de penser principalement à nous-mêmes et à notre propre préservation, nous subissons une transformation véritablement héroïque de la conscience.

Le rêve est un mythe personnalisé, le mythe est un rêve dépersonnalisé ; le mythe et le rêve sont tous deux symboliques de la même manière générale de la dynamique de la psyché. Mais dans le rêve, les formes sont déformées par les problèmes particuliers du rêveur, alors que dans le mythe, le problème et les solutions présentées sont directement valables pour toute l’humanité.

Le jugement sobre et moderne de l’Occident est fondé sur une incompréhension totale des réalités dépeintes dans les contes de fées, les mythes et les comédies divines de la délivrance. Ces dernières, dans le monde antique, étaient considérées comme d’un rang supérieur à la tragédie, d’une vérité plus profonde, d’une réalisation plus difficile, d’une structure plus solide et d’une révélation plus complète.

Le médecin est le maître actuel du royaume mythologique, il est celui qui sait tous les secrets, qui connaît toutes les formules magiques. Son rôle est précisément celui du Sage Vieillard des mythes et des contes de fées qui, de ses conseils, aide le héros à surmonter les épreuves et les terreurs qui jalonnent l’aventure mystérieuse. C’est lui qui apparaît et montre du doigt l’épée magique fulgurante qui terrassera le dragon-terreur ; c’est lui qui parle de la fiancée lointaine et du château aux trésors, qui applique un baume salutaire sur les blessures dont le héros allait mourir et qui, finalement, le renvoie, vainqueur, au monde de la vie quotidienne, après sa grande aventure dans la nuit enchantée. (Les héros sont éternels)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *