Les 75 milleures citations de Karl MARX

Photo de Karl Marx agé cheveux et barbe longue

Portrait de Karl Marx du photographe John Jabez Edwin Mayal

La démocratie est la voie du socialisme.

Les révolutions sont les locomotives de l’histoire.

Je suis une machine condamnée à dévorer des livres.

La classe ouvrière est révolutionnaire ou ce n’est rien.

Allez à votre guise, peu importe ce que les gens disent.

Le communisme commence là où l’athéisme commence.

Je n’aime pas l’argent, l’argent est la raison de notre lutte.

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre.

Une nation qui asservit une autre forme ses propres chaînes.

L’histoire ne fait rien, c’est l’homme, réel et vivant, qui fait tout.

Le luxe est le contraire de ce qui est naturellement nécessaire.

L’émancipation du travail doit être une tâche de la classe ouvrière.

Mon but dans la vie est de détrôner Dieu et de détruire le capitalisme.

La raison a toujours existé, mais pas toujours de manière raisonnable.

La lutte des classes mène nécessairement à la dictature du prolétariat.

La production capitaliste n’existe pas du tout, sans commerce extérieur.

L’homme intégré a du mal à comprendre les besoins de ceux qui ont faim.

Le progrès social peut être mesuré par la position sociale du sexe féminin.

Une idée peut devenir une force lorsqu’elle prend le dessus sur les masses.

L’objectif n’est pas seulement de comprendre le monde, mais de le changer.

L’unité de la bourgeoisie ne peut être ébranlée que par l’unité du prolétariat.

La première exigence pour le bonheur du peuple est l’abolition de la religion.

Une exubérance d’amis ne conduit pas à une meilleure philosophie de la vie.

L’argent dégrade tous les dieux de l’homme et les transforme en marchandises.

L’argent joue le rôle le plus important dans la détermination du cours de l’histoire.

L’écrivain peut très bien servir de mouvement historique en tant que porte-parole.

Le dernier capitaliste que nous accrocherons sera celui qui nous a vendu la corde.

Les salaires sont déterminés par la lutte acharnée entre le capitaliste et le travailleur.

L’aliénation de l’homme apparaît comme le mal fondamental de la Société capitaliste.

Le domaine de la liberté commence là où s’arrête le travail déterminé par la nécessité.

De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins. (L’Idéologie allemande)

Le pays le plus industrialisé ne montre que le moins développé l’image de son avenir.

Tout le prolétariat doit être armé à la fois de fusils, de fusils, de canons et de munitions.

Il n’y a qu’une seule façon de tuer le capitalisme : à travers les taxes, les taxes et les taxes.

Sans la présence de la lutte des classes, il serait difficile de justifier l’existence des syndicats.

La religion est l’impuissance de l’esprit humain à gérer des événements qu’il ne comprend pas.

La théorie du communisme peut se résumer en une phrase: l’abolition de toute propriété privée.

La somme totale des relations de production sociales constitue la structure économique de la Société.

Les réformes sociales ne sont jamais réalisées par la faiblesse des forts; mais par la force des faibles.

La prétendue histoire du monde n’est rien d’autre que la création de l’homme à travers le travail humain.

Toute science serait superflue si l’apparence extérieure et l’essence des choses coïncident directement.

Il faut un impôt sur le revenu lourd, progressif ou progressif pour le développement correct du communisme.

La tâche de l’histoire, une fois que l’autre monde de vérité a disparu, est d’établir la nouvelle vérité du monde.

La théorie ne devient réalité dans une ville que lorsqu’elle représente la réalisation des besoins de ces personnes.

Lorsque le capital commercial occupe une position de suprématie incontestable, il est partout un système de pillage.

Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, nous avons maintenant à le transformer. (Thèses sur Feuerbach)

La capitale est un travail mort qui, comme un vampire ne vit que de sucer le travail en direct et plus il travaille, plus il vit.

Quiconque connaît un peu d’histoire sait que de grands changements sociaux sont impossibles sans agitation féminine.

Les fleurs imaginaires de la religion ornent les chaînes de l’homme. L’homme doit se débarrasser des fleurs et des chaînes.

La propriété privée de l’ordre capitaliste a pour condition fondamentale l’annihilation, c’est-à-dire l’expropriation du travailleur.

L’écrivain doit gagner de l’argent pour pouvoir vivre et écrire, mais en aucun cas, il doit vivre et écrire pour gagner de l’argent.

La capitale est souvent indiscrète vis-à-vis de la santé ou de la vie d’un travailleur, à moins que la Société n’en exige autrement.

Il doit y avoir quelque chose de pourri au coeur même d’un système social, qui augmente sa richesse sans diminuer sa misère.

Les ouvriers sont organisés en soldats, en soldats de l’armée industrielle, sous le pouvoir d’une hiérarchie d’officiers et de sergents.

La Société bourgeoise moderne a établi de nouvelles classes, de nouvelles conditions d’oppression et de nouvelles formes de lutte.

La propriété privée nous a rendus si stupides et unilatéraux qu’un objet n’est à nous que lorsque nous l’avons. (Manuscrits de 1844)

Sous aucun prétexte, les armes et les munitions ne doivent être remises; toute tentative de désarmer les travailleurs doit être contrecarrée.

L’éducation de tous les enfants, à partir du moment où ils peuvent se passer des soins de leur mère, se fera dans les institutions de l’Etat.

La religion est le soupir de la créature opprimée, le cœur d’un monde sans pitié et l’âme des conditions sans cœur. C’est l’opium du peuple.

Plus une classe dominante est capable de s’assimiler aux hommes les plus en vue de sa classe, plus ses domaines sont solides et dangereux.

Dans la Société bourgeoise, le capital est indépendant et a l’individualité, tandis que la personne vivante est dépendante et n’a pas d’individualité.

Dans l’activité révolutionnaire, la transformation de soi-même coïncide avec la transformation des circonstances extérieures. (L’idéologie allemande)

Avec la valorisation du monde des choses, la dévalorisation du monde des hommes s’intensifie dans un rapport directement proportionnel. (Manuscrits de 1844)

Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’intérêt général.

Si l’argent, d’après Augier, vient au monde avec une tache naturelle de sang sur la joue, le capital naît dégouttant de sang et de boue des pieds à la tête. (Le Capital)

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. (Oeuvres économiques)

Le but pratique des communistes est la formation du prolétariat dans une classe, le renversement de la bourgeoisie et la conquête du pouvoir politique par le prolétariat.

Ne vous laissez pas berner par le mot abstrait liberté. A qui la liberté ? Pas la liberté d’une personne par rapport à une autre, mais la liberté du capital pour écraser le travailleur.

L’accumulation de richesses dans un pôle est à la fois une accumulation de misère, des tourments du travail, de l’esclavage, de l’ignorance, de la brutalité et de la dégradation mentale, dans le pôle opposé.

La production agricole capitaliste empêche le retour sur terre des éléments consommés par l’homme sous forme de nourriture et de vêtements; par conséquent, il viole les conditions nécessaires pour la durée de la fertilité du sol.

Entoure-toi de personnes qui te rendent heureux. Des personnes qui te font rire, qui t’aident quand tu en as besoin. Des personnes qui s’inquiètent vraiment pour toi. Celles qui en valent la peine dans sa vie. Toutes les autres sont de passage.

Extraits de Manifeste du parti communiste de Karl Marx et Friedrich Engels :

Les travailleurs n’ont pas de patrie.

L’histoire de toute Société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes.

Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation.

Par son exploitation du marché mondial, la bourgeoisie a rendu cosmopolites la production et la consommation de tous les pays.

Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s’implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations.

Laissez les classes dirigeantes trembler avant une révolution communiste. Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Travailleurs de tous les pays, rejoignez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.