60 citations de Martin Luther King Jr.

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Martin-Luther-King-1964-leaning-on-a-lectern.jpg

Photo de Marion S. Trikosko

Les barricades sont les voix de ceux qu’on n’entend pas.

Il faut opposer aux forces de la haine le pouvoir de l’amour.

La haine engendre la haine ; la violence engendre la violence.

Au centre de la non-violence se trouve le principe de l’amour.

Le pardon n’est pas un acte occasionnel, mais une attitude permanente.

La question la plus essentielle de la vie est, que faites-vous pour les autres ?

La sagesse de l’expérience devrait nous persuader que la guerre est obsolète.

Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité.

Tout le monde peut être important car, tout le monde peut servir à quelque chose.

Celui qui est dépourvu du pouvoir de pardonner est dépourvu du pourvoir d’aimer.

Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants, c’est l’indifférence des bons.

Il est tout simplement impossible d’obtenir la paix dans le monde sans respect mutuel.

Nous ne devons pas laisser notre protestation créatrice dégénérer en violence physique.

Faites le premier pas avec foi. Vous n’avez pas à voir tout l’escalier, juste la première marche.

Tout ce que nous voyons n’est qu’une ombre projetée par les choses que nous ne voyons pas.

Si l’on m’annonçait que la fin du monde est pour demain, je planterais quand même un pommier.

À la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis.

Le vrai pacifisme n’est pas la non-résistance au mal, mais une résistance non-violente opposée au mal.

Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle.

Rien n’est plus tragique que de rencontrer un individu à bout de souffle, perdu dans le labyrinthe de la vie.

Il nous faut apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons périr ensemble comme des imbéciles.

Il faut développer et entretenir la capacité de pardonner. Celui qui en est dépourvu est dépourvu de la capacité d’aimer.

Il ne s’agit plus de choisir entre la violence et la non-violence en ce monde, mais entre la non-violence et la non-existence.

L’obscurité ne peut aider à sortir de l’obscurité : seule la lumière le peut. La haine ne peut vaincre la haine : seul l’amour le peut.

Si l’on part du principe que la vie vaut d’être vécue, que l’humanité a le droit de survivre, il faut trouver une alternative à la guerre.

La race humaine doit sortir des conflits en rejetant la vengeance, l’agression et l’esprit de revanche. Le moyen d’en sortir est l’amour.

La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit l’homme qui la manie. C’est une épée qui guérit.

Notre pouvoir scientifique a dépassé notre pouvoir spirituel. Nous savons guider des missiles, mais nous détournons l’homme de sa voie.

Ce qui compte, chez un homme, ce n’est pas la couleur de sa peau ou la texture de sa chevelure, mais la texture et la qualité de son âme.

L’homme bon ne regarde pas les particularités physiques mais sait discerner ces qualités profondes qui rendent les gens humains, et donc frères.

Une injustice, où qu’elle se produise, est une menace pour la justice partout ailleurs, car nous sommes tous pris dans un tissu de relations mutuelles.

Celui qui accepte passivement le mal est tout autant responsable que celui qui le commet. Celui qui voit le mal et ne proteste pas, celui-là aide à faire le mal.

L’homme courageux reste enthousiaste, même dans une situation désespérante ; le lâche, écrasé par les incertitudes de l’existence, perd le goût de vivre.

Il y a du bon dans le pire d’entre nous et un certain mal dans le meilleur de nous. Quand nous découvrons cela, nous sommes moins enclins à haïr nos ennemis.

Le passé est jonché des ruines des régimes tyranniques. Chaque ruine reflète non seulement les erreurs de l’homme, mais aussi sa capacité à les surmonter.

Si tu ne peux pas voler, alors cours. Si tu ne peux pas courir, alors marche. Si tu ne peux pas marcher, alors rampe, mais quoi que tu fasses, tu dois continuer à avancer.

Toute l’humanité est impliquée dans un processus simple, et tous les hommes sont frères. Quand je fais du mal à mon frère, quoi qu’il me fasse, je me fais autant de mal à moi-même.

Au bout du compte, ce qui donne la mesure d’un être humain, ce n’est pas son attitude lors de moments agréables, confortables, mais celle qu’il adopte à l’heure des défis et de la controverse.

Continue à ressentir le besoin d’être le premier. Mais je veux que tu sois le premier amoureux. Je veux que tu sois le premier dans l’excellence morale. Je veux que tu sois le premier en générosité. Jr

Un individu n’a pas commencé à vivre tant qu’il ne s’est pas élevé au-dessus du confinement étroit de ses préoccupations individualistes vers les préoccupations plus larges de toute l’humanité.

Il n’est pas très facile d’admettre que la force morale possède autant de pouvoir et de vertu que le coup de poing ; et que la maîtrise de soi qui refuse la riposte requiert plus de volonté et de courage que le réflexe automatique de rendre coup pour coup.

Souvent, les hommes se haïssent les uns les autres parce qu’ils ont peur les uns des autres ; ils ont peur parce qu’ils ne se connaissent pas ; ils ne se connaissent pas parce qu’ils ne peuvent pas communiquer ; ils ne peuvent pas communiquer parce qu’ils sont séparés.

Le véritable altruisme ne se limite pas à la capacité de plaindre autrui ; c’est aussi la capacité de comprendre. La pitié n’est pas forcément grand-chose d’autre qu’une attention impersonnelle qui pousse à envoyer un chèque, alors que la véritable compréhension est l’attention personnelle qui exige le don de l’âme.

Rendre coup pour coup, c’est propager la violence, rendre plus sombre encore une nuit déjà sans étoiles. Or les ténèbres ne peuvent se dissiper par elles-mêmes. C’est la lumière qui les chasse. De même la haine ne supprime pas la haine. Seul l’amour y parviendra. C’est là la beauté de la non-violence ; libre d’entraves, elle brise les réactions en chaîne du mal

A nos adversaires les plus farouches, nous disons : « A votre capacité d’infliger la souffrance, nous opposerons notre capacité d’endurer la souffrance. A votre force physique nous répondrons par la force de nos âmes. Faites-nous ce que vous voulez, et nous continuerons à vous aimer. Nous ne pouvons, en toute bonne conscience, obéir à vos lois injustes, car la non-coopération avec le mal est, autant que la coopération avec le bien, une obligation morale.

L’amour n’est pas cet élément sentimental dont nous parlons, cette simple émotion. L’amour est une bonne volonté créatrice, compréhensive à l’égard de tous. Il est le refus de dominer quiconque. Parvenu au niveau de l’amour, de sa beauté et de son pouvoir, vous ne cherchez plus qu’à combattre les mauvais systèmes. Quant aux individus, qui peut-être sont pris dans un tel système, vous les aimez, tout en cherchant à vaincre ce système. Sermon Aimer vos ennemis

Attendre a presque toujours signifié jamais.

(Lettre de la prison de Birmingham, 16 avril 1963)

Le moment est toujours juste pour faire ce qui est juste.

(Discours du 22 octobre 1964 au Collège Oberlin)

Celui qui accepte le mal sans lutter contre lui, coopère avec lui.

(Stride toward freedom)

Chacun a la responsabilité morale de désobéir aux lois injustes.

(Lettre de la prison de Birmingham, 16 avril 1963)

L’amour est la seule force capable de transformer un ennemi en ami.

(Sermon de Noël en prison en 1957)

Les idéalistes ne sont pas souvent réalistes ni les réalistes souvent idéalistes.

(La force d’aimer)

Aussi longtemps que l’esprit est mis en esclavage, le corps ne peut jamais être libre.

(Discours au SCLC, le 16 août 1967)

La vie en sa perfection est une synthèse créatrice dans l’harmonie fructueuse des contraires.

(La force d’aimer)

Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils se réaliseront sûrement.

(Discours prononcé en 1963 à Washington)

La haine trouble la vie ; l’amour la rend harmonieuse. La haine obscurcir la vie ; l’amour la rend lumineuse.

(The Words of Martin Luther King)

Une loi ne pourra jamais obliger un homme à m’aimer, mais il est important qu’elle lui interdise de me lyncher.

(Le 18 décembre 1963)

Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir ensemble comme des idiots.

(Discours du 31 mars 1968)

Tant qu’un homme n’a pas découvert quelque chose pour lequel il serait prêt à mourir, il n’est pas à même de vivre.

(Détroit, 23 Juin 1963)

Quel est l’intérêt pour un homme de gagner le monde entier de moyens (avions, télévisions, éclairage électrique) s’il perd la fin : l’âme ?

(Sermon au Temple Israel of Hollywood, 25 février 1965)

J’ai le rêve qu’un jour mes quatre enfants vivront dans une nation où ils ne seront pas jugés pour la couleur de leur peau, mais pour leur caractère.

(J’ai fait un rêve)

Je crois que la vérité et l’amour sans conditions auront le dernier mot effectivement. La vie, même vaincue provisoirement, demeure toujours plus forte que la mort.

(Extrait du discours du prix Nobel de la paix, décembre 1964)

Si vous ne pouvez pas voler, alors courez. Si vous ne pouvez pas courir, alors marchez. Si vous ne pouvez pas marcher, alors rampez, mais quoique que vous fassiez vous devez continuer d’aller de l’avant.

(Discours au Spelman College Museum, avril 1960)

J’ose croire qu’un jour tous les habitants de la terre pourront recevoir trois repas par jour pour la vie de leur corps, pour l’éducation et la culture, pour la santé de leur esprit, l’égalité et la liberté pour la vie de leur cœur.

(Extrait du discours du prix Nobel de la paix, décembre 1964)

Je refuse d’accepter la notion cynique que nations après nations doivent descendre l’escalier militariste vers l’enfer de la destruction thermonucléaire. Je crois que la vérité désarmée et l’amour inconditionnel auront le mot de la fin en réalité. C’est pourquoi le bien, même temporairement vaincu, est plus fort que le mal triomphant.

(Discours d’acceptation du prix Nobel, 1964)

Biographie de Martin Luther King Jr. (1929-1968) :

Pasteur baptiste américain qui a lutté pour la défense des droits civiques des Noirs aux États-Unis, pour la paix et contre la pauvreté. Son action politique visait l’intégration des Noirs dans la société américaine. Il a été lauréat du prix Nobel de la paix en 1964 pour sa lutte non violente contre la ségrégation raciale et pour la paix. Son assassinat survenu à Memphis au Tennessee le 4 avril 1968 a fait de lui une personnalité mythique du XXe siècle. Depuis 1986, le troisième lundi du mois de janvier est le « Martin Luther King Day », un jour férié aux États-Unis.

6 réponses

  1. Eugene ndjamal* dit :

    Celui qui de son vivant, a planté un arbre, n’a pas vécu en vain. merci..

  2. BOUMBA Dietrick dit :

    Je suis très ravi de lire ces grands éducateurs. Leurs pensées, apportent la lumière dans nos modes de vie quotidienne.

  3. Vos pensées sont tellement belles et elles servent des leçons pour la société.

  4. Dan dit :

    Le thème de certaines de ces citations sont tout simplement d’une universalité est de ce qui me semble être du bon sens commun humain ( au-delà de toutes appartenances idéologiques, politiques, religieuses etc…). Cependant le monde dans lequel nous vivons actuellement à l’air de l’avoir oublié…

  5. MBUDI NSIMBA dit :

    Je suis très content des enseignements de Martin Luther King que nous pouvons enseigner à nos enfants.

  6. Mabanza Kakou Elie Giscard dit :

    Dieu merci, car il nous envoie toujours les leaders nécessaires au temps opportun. Que le nom du Seigneur soit béni !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.