40 citations de Peter Deunov

Peter Deunov très agé

Fort est celui qui a de l’amour.

Le bien est le fondement de la vie.

Nul ne peut intervenir dans le bonheur d’autrui.

Le sens de la vie réside dans la conquête perpétuelle de l’amour.

En dehors de l’amour, il n’existe pas une force qui puisse nous conduire au bien.

Aucune religion ne pourra vous sauver si vous n’avez pas l’amour en vous-mêmes.

L’amour se manifeste par le service et le travail. Si tu ne l’aimes pas, tu ne le sers pas.

C’est de l’amour que découle le sentiment du pardon. Il n’y a que l’amour qui pardonne.

Si l’amour manque dans ton âme, tout ce que tu fais à l’extérieur ne comptera pour rien.

Laissez libres tous les êtres vivants pour que chaque être puisse suivre son propre chemin.

Tant que l’amour ne sera pas entré dans le monde, aucune transformation ne sera possible.

L’amour universel crée ces conditions favorables qui suppriment tous les poisons dans la société.

Que chacun apprenne, avant toute chose, à utiliser avec amour et sagesse ce qui est réel dans la vie. (Le grain de blé)

Pour chaque pensée ou sentiment négatif en toi, crée une pensée ou un sentiment positif qui neutraliseront les premiers.

Tu ne pourras point être heureux tant que tu n’aimeras sans aucun intérêt au moins une personne ou un être quelconque.

Toute théorie doit être éprouvée, essayée, mise en pratique, pour connaître les résultats qu’elle peut donner dans la vie réelle.

L’Amour est l’élément fondamental de la vie. La lumière, le savoir, la liberté sont les conditions nécessaires à sa manifestation.

C’est seulement avec l’Amour désintéressé et impersonnel que nous pouvons avoir, en n’importe quelle condition, une activité profitable.

C’est en appliquant l’Amour que nous pouvons libérer notre âme des entraves et des souffrances, devenir libres, acquérir la paix et la joie.

Tout homme ou femme qui veut avoir des pensées claires et joyeuses doit entretenir dans son coeur un élan d’amour envers tous les êtres.

Chaque talent est un capital qu’il faut mettre en circulation. Les gens souffrent parce qu’ils n’ont pas cultivé le capital qu’il leur a été confié.

Place la bonté comme base de ta vie, la justice comme mesure, la sagesse comme limite, l’amour comme délectation et la vérité comme lumière.

Place la bonté comme base de ta demeure, la justice comme mesure, l’amour comme délectation, la sagesse comme limite et la vérité comme lumière.

Sois courageux et décisif dans la Vie et dans les luttes qui apparaissent. Ne considère pas la lutte comme un malheur mais comme un processus de travail.

Si nous regardons notre prochain avec les yeux de l’Amour, nous découvrirons la beauté dans laquelle vit l’âme humaine, ce que tous ne peuvent pas encore voir.

Si vous aimez une personne, vous retiendrez ses paroles, si vous ne l’aimez pas, vous ne vous en souviendrez rien. Votre mémoire est à la mesure de votre amour.

L’Amour est une force puissante. Bien compris et justement appliqué, il apporte les plus grandes bénédictions ; il permet d’atteindre la Sagesse et de connaître la Vérité.

En enfonçant ses racines dans le sol, la plante ne prend que la nourriture dont elle a besoin. Le bien que tu fais, c’est lui qui demeure et c’est là-dessus que tu bâtiras ton avenir.

Celui qui a trouvé pour lui-même une réponse à la question pourquoi il est venu sur la Terre, peut se considérer comme un homme heureux. Il a acquis la paix intérieure et le calme.

Exercez-vous à entretenir des pensées positives en toutes circonstances. Le doute, le découragement, ne trouveront alors pas de place en vous et la paix et le bonheur couronneront votre vie.

Les meilleures idées viennent quand on souffre. On peut dire que les souffrances ont donné naissance aux meilleures idées, aux impulsions les plus agréables, aux aspirations les plus agréables.

Mais l’homme doit être bon, parce que le bien est la base de la vie. Sans le bien donc, la vie de l’homme ne repose sur aucun fondement. Si l’homme ne fait pas le bien, le mal naît inévitablement.

C’est dans le corps que l’état de notre volonté s’exprime de la façon la plus complète. L’homme mesure la force de sa volonté par le degré de contrôle qu’il exerce sur son corps et sur ses organes.

Je vous parle mais je ne peux pas vous imposer des règles. Je ne demande qu’une chose de vous ; que vous rivalisiez dans les efforts de vous respecter l’un l’autre. C’est la chose la plus importante.

La bonté est la base de la vie et le bien est sa manifestation. L’homme doit cultiver le bien en lui et autour de lui; s’il néglige de le faire, c’est le mal qui apparaîtra, avec ses contradictions et ses souffrances.

Tu peux gagner l’une de plus grandes batailles, tu peux élever toute une nation, mais si un jour ton cœur te dit de nouer les lacets des souliers d’un vieil homme et tu ne le fais pas, tout ce que tu avais fait auparavant sera inutile.

Le chemin pour atteindre le bonheur est l’équilibre dans le plan physique, l’équilibre de vos sentiments pour qu’il n’y ait pas de chute après chaque émotion, l’équilibre aussi des pensées pour que vous mettiez tout à sa place sans limiter personne.

Mais pourquoi vouloir mobiliser toutes les puissances célestes pour une affaire minuscule que vous pourriez bien régler vous-même? Un regard, quelques mots, un geste désintéressé suffiraient pour que cette personne comprenne que vous êtes toujours son ami.

L’homme se développe et vieillit; ses opinions évolue : et changent, mais son aspiration intime demeure constant qui stimule son âme à toujours s’élever et à aller de l’avant. Cette aspiration, on la nomme l’amour, qui est l’éternel principe créateur en l’homme.

Exercez-vous à cet art d’aimer impartialement, sans vous demander, si l’être le mérite ou non; vous expérimenterez ainsi, la loi de la force du véritable Amour. Tant que vous aimerez avec mesure, avec particularité, vous aurez toujours une idée étroite et limitée des choses.

Vous rencontrez une personne découragée, affligée. Si vous constatez que, sans lui avoir dit même un môt, cette personne reprend un air presque enjoué, c’est que le sentiment d’amour que vous avez manifesté à son égard par la douceur de votre regard, a touché son âme. (Le grain de blé)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.