function itsg_allow_nbsp_in_tinymce( $init ) { $init['entities'] = '160,nbsp,38,amp,60,lt,62,gt'; $init['entity_encoding'] = 'named'; return $init; } add_filter( 'tiny_mce_before_init', 'itsg_allow_nbsp_in_tinymce' );

Citations de Sigmund Freud

Certains actes en apparence non intentionnels sont
en fait parfaitement motivés et déterminés par
des raisons qui échappent à la conscience.
 
On travaille avec tous au bonheur de tous.
 
Rentre en toi-même profondément et
apprends d’abord à te connaître.
 
Il y a quantité de chemins pour conduire au bonheur,
mais il n’en est point qui y mène à coup sûr.
 
Les hommes, en général, ne sont pas sincères,
ils ne se montrent pas tels qu’ils sont.
 
L’homme est rarement tout à fait bon ou tout à fait mauvais.
 
L’homme possède la faculté dangereuse
d’inciter les autres à suivre son exemple.
 
La mort propre est irreprésentable. Dans l’inconscient,
chacun de nous est convaincu de son immortalité.
 
Nous dénigrons volontiers les choses auxquelles nous ne
comprenons rien. Un excellent moyen de se rendre la tâche aisée.
 
Toute la tâche du traitement psychanalytique pouvait
être résumée dans la formule : transformer tout
l’inconscient pathogénique en conscient.
 
On pourrait définir le traitement psychanalytique comme
une éducation progressive pour surmonter chez
chacun de nous les résidus de l’enfance.
 
La plupart des gens ne veulent pas vraiment la liberté,
parce que la liberté implique une responsabilité et
la plupart des gens ont peur de la responsabilité.
 
Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.
 
L’humour a non seulement quelque chose de libérateur,
mais encore quelque chose de sublime et d’élevé.
 
Faute de pouvoir voir clair, nous voulons, à
tout le moins, voir clairement les obscurités.
 
Aucun mortel ne peut garder un secret. Si les lèvres restent
silencieuses, ce sont les doigts qui parlent. La trahison
suinte par tous les pores de sa peau.
 
Le bonheur est un rêve d’enfant réalisé dans l’âge adulte.
 
Les illusions nous rendent le service de nous épargner des
sentiments pénibles et de nous permettre d’éprouver à leur
place des sentiments de satisfaction. Aussi devons-nous
nous attendre à ce qu’elles en viennent un jour à se heurter
contre la réalité, et le mieux que nous ayons à faire, c’est
d’accepter leur destruction sans plaintes ni récriminations.
 
La civilisation est quelque chose d’imposé à une majorité
récalcitrante par une minorité ayant compris comment
s’approprier les moyens de puissance et de coercition.
 
L’homme civil a troqué un peu de son bonheur
contre un peu de sécurité.
 
Le premier homme à jeter une insulte plutôt
qu’une pierre est le fondateur de la civilisation.
 
Il existe infiniment plus d’hommes qui acceptent
la civilisation en hypocrites que d’hommes
vraiment et réellement civilisés.
 
Le maintien de la civilisation offre la possibilité
d’obtenir de chaque nouvelle génération une nouvelle
transformation des penchants, condition
d’une civilisation meilleure.
 
En plaisantant, on peut tout dire, même la vérité.
 
Les poètes et les romanciers sont de précieux alliés.
Ils sont, dans la connaissance de l’âme, nos maîtres à tous,
hommes vulgaires, car ils s’abreuvent à des sources que
nous n’avons pas encore rendues accessibles à la science.
 

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sigmund_Freud_1926.jpg

Sigmund Freud en 1926

Biographie de Sigmund Freud (1856-1939) :
Sigmund Freud était un médecin neurologue d’origine autrichienne, célèbre pour être le fondateur de la psychanalyse. En 1873, il entre à l’Université de Vienne. Il y devient docteur en médecine en 1881. Par la suite, il obtient une bourse et part en France afin de poursuivre ses études auprès du professeur Jean-Martin Charcot, l’un des neurologues les plus renommés de l’époque. Juste avant la fin du XIXe siècle, il développe sa nouvelle approche basée sur l’exploration de la vie psychique consciente et inconsciente : la Psychanalyse. Cette méthode a pour objectif de traiter les troubles psychiques médicalement inexplicables à l’époque. La théorie de Freud du conscient, du préconscient et de l’inconscient est une véritable révolution dans la représentation du psychisme. Grâce à son autoanalyse, il décrit le principe de refoulement, le complexe d’Œdipe, la théorie du transfert, puis celle de l’interprétation des rêves. Ce dernier sujet est l’objet d’une publication célèbre : L’interprétation des rêves en 1900. En 1920, Freud écrit Au-delà du principe de plaisir. Un autre ouvrage majeur qui théorise les pulsions de vie et de mort. Atteint en 1923 d’un cancer, il réussit malgré tout à poursuivre sa pratique médicale et la diffusion de la psychanalyse. Mais la montée du nazisme a pour effet que ses œuvres soient brûlées à Berlin en 1934. Il est forcé de s’enfuir à Londres en 1938. Il y meurt peu de temps après à 83 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.