Les 60 meilleures citations d’HORACE, célèbre auteur latin

 Statue en cuivre d'Horace portant une toge et une couronne de lauriers.

Statue d’Horace à Venose en Italie

Il est en tout un juste milieu.

La mort rattrape ceux qui la fuient.

Qui promet trop inspire la défiance.

L‘instruction accroît la valeur innée.

Le chant allège les sombres soucis.

Règle ton esprit ou il te gouvernera.

La foule est un monstre à mille têtes.

Il faut de la mesure en toutes choses.

Notre mentalité diffère avec notre âge.

Quel que soit ton conseil, qu‘il soit bref.

Nulle félicité n’est de tout point parfaite.

La patience adoucit tout mal sans remède.

Ose penser par toi-même. (Épîtres I, 2, 40)

Cueille le jour sans te soucier du lendemain.

Il est agréable d’oublier la sagesse à propos.

La fortune ici-bas ne change point les moeurs.

Que celui qui a assez ne souhaite rien de plus.

La crainte d‘un défaut fait tomber dans un pire.

Quand les rois délirent, c‘est le peuple qui paie.

L’homme influençable n‘est qu‘une glaise molle.

Celui qui vit dans la crainte, ne sera jamais libre.

Qui a confiance en soi conduit les autres. (Épîtres)

Celui qui a commencé a fait la moitié de la besogne.

Soyez content de votre sort, ami, c‘est là la sagesse.

L‘adversité révèle le génie, la prospérité le dissimule.

Sauver un homme malgré lui, c’est quasiment le tuer.

La patience rend tolérable ce qu‘on ne peut empêcher.

Une confidence est un grand fardeau pour certaines gens.

Que ce que vous ferez soit toujours simple et ne soit qu‘un.

Dominez vos pensées ou ce sont elles qui vous domineront.

La force sans l‘intelligence s‘effondre sous sa propre masse.

Le pin le plus haut est celui que le vent agite le plus souvent.

Il emporte tous les suffrages, celui qui mêle l‘utile à l‘agréable.

Ne charge pas tes épaules d‘un fardeau qui excède tes forces.

Pour fuir un défaut, les maladroits tombent dans le défaut contraire.

Il faut essayer de soumettre les circonstances et non s’y soumettre.

La sagesse est comme une flèche. L’esprit serein est l’arc qui le tire.

La résignation allège tous les maux auxquels il ne peut être remédié.

Nul homme n‘est sans défauts : le meilleur est celui qui en a le moins.

Faute d‘art, la crainte d‘un mal nous conduit à un vice. (l‘Art poétique)

Cueille le jour ou Carpe Diem. (Odes, I,11,8 , lien externe : wikisource)

Beaucoup manquent à ceux qui demandent beaucoup. (Odes, III, XVI, 40)

Pour une chose bien conçue, les mots s‘offriront et couleront d‘eux-mêmes.

Mêle à ta sagesse un grain de folie ; il est bon de faire à propos quelque folie.

Courir au-delà des mers, c’est changer de climat, mais non changer de coeur.

Et je m‘efforce de me soumettre les choses et non de me soumettre aux choses.

Les richesses ne dissipent point les misérables troubles de l’esprit. (Odes, II, XVI, 10)

Pourquoi dans une vie si courte, visons-nous audacieusement des buts si nombreux ?

Chassez le naturel avec une fourche, il reviendra toujours en courant. (Épîtres, I, X, 24)

Que ce soit là le fort de l‘honnête homme, une conscience sans reproche. (Épîtres, I, 1)

Sans un travail énorme et toujours obstiné L’existence aux mortels n’a jamais rien donné.

Lorsque nous sommes heureux, gardons-nous de porter nos pensées au-delà du présent.

La terre s’ouvre également pour le pauvre et pour les enfants des rois. (Odes, II, XVII, 30)

On veut éviter une faute, on tombe dans un mal, si l‘on n‘est pas habile. (Art poétique, I, 30)

Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur.

La pâle mort heurte d’un pied égal les tavernes des pauvres et les tours des rois. (Odes, I, IV, 10)

Il vit heureux de peu. Ni la crainte ni le désir sordide ne lui ôtent son tranquille sommeil. (Odes, II, XVI, 15)

Celui qui ajourne le moment de bien vivre attend comme les paysans que la rivière ait fini de couler. (Épîtres)

Cessez de vous demander ce que le futur vous réserve et prenez comme cadeau ce que la journée vous apporte.

Garde-toi de chercher ce qui sera demain et mets à profit le jour, quel qu‘il soit, que le sort te donnera. (Odes, I, IX, 10)

Sois ferme et courageux dans l’adversité, et réduis sagement tes voiles trop enflées par le vent propice. (Odes, II, X, 20)

L’argent n’a point de couleur, caché dans la terre avare, à moins qu’il ne reçoive son éclat d’un sage emploi. (Odes, II, II, 1)

Dans les difficultés, garde ton âme égale; parmi la prospérité, sache avec même probité t‘interdire une joie insolente et brutale.

L‘intelligence dans un cœur mauvais conduit à l‘écrasement des petits, des faibles, des orphelins. L‘intelligence dans un cœur bon conduit à faire rayonner la justice et le bien-être collectif.

Les forêts changent de feuilles à mesure que l’année décline, et les premières tombent : ainsi meurent les vieilles générations de mots, et les nouvelles, comme des jeunes gens, s’épanouissent et prennent force. (Art poétique, I, 60)

Courte biographie d’Horace (8 décembre 65 av. J.-C. – 27 novembre 8 av. J.-C.) :

Quintus Horatius Flaccus ou Horace est un poète latin né à Vénose dans le sud de l’Italie. Plusieurs de ses citations sont célèbres, dont la fameuse « Carpe Diem » ou « Cueille le jour ». Son père est devenu esclave dans des circonstances mal connues historiquement, puis a été affranchi. Le nom Horatius était probablement, selon l’usage de l’époque, celui de son ancien maître. À environ vingt ans, Horace part pour Athènes afin d’étudier le grec et la philosophie. Il étudie à l’Académie auprès d’Aristos d’Ascalon. Horace réside en Grèce lors de l’assassinat de Jules César. Peu de temps après ce meurtre, Brutus et Cassius enrôlent de jeunes éduqués dans leur armée. C’est ainsi qu’Horace obtient immédiatement le grade de tribun militaire en 42 av. J.-C. Lors de sa deuxième bataille, il subit la défaite contre Octave et Marc-Antoine. Brutus se suicide. Horace fait partie des fuyards. Lorsque l’amnistie est accordée aux vaincus, Horace retourne en Italie ; ses terres lui ont été confisquées. Avec le peu d’argent qu’il lui reste, il achète la charge de scriba quaestorius, c’est-à-dire de secrétaire au trésor. Il occupera cette position très longtemps. Rapidement, il se lie d’amitié avec Virgile. Celui-ci le présente à Mécène, confident d’Auguste, protecteur des arts et des lettres. Mécène le prend sous sa protection quelques mois plus tard. Il l’introduit dans les cercles littéraires de Pollion et Messala, et lui offre une villa en Sabinea. Ses premières satires sont rédigées à cette époque. Leurs publications continuent à l’élever socialement. Peu de temps après, il devient Juge de paix. Les revenus tirés de la villa offerte par Mécène lui procurent une retraite confortable. Il meurt brutalement en 8 av. J.-C., quelques mois seulement après le décès de Mécène. Il est enterré au cimetière de l’Esquilin, près de la tombe de Mécène. L’œuvre d’Horace a eu une influence importante sur la littérature latine. Il est cité par de nombreux auteurs. Après sa mort, il devient rapidement l’objet d’études. Sa virtuosité métrique occupe une part importante du traité de versification De metris de Césius Bassus (milieu du 1er siècle). Il est un des auteurs latins les plus traduits.

Sujets complémentaires, citations de  :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.