Histoire : Endommager une Jaguar pour être secouru

Photo d’une voiture bleue de maque Jaguar, dont la portière droite est endommagée.

Jaguar, dont la portière droite est endommagée.
Attribution : Bull-Doser, Wikimedia Commons;

Dans sa nouvelle Jaguar dont il est très fier, un jeune homme d’affaires conduit lentement dans un quartier pauvre et surpeuplé. À chaque feu rouge, il surveille attentivement afin d’éviter qu’un enfant surgisse en courant et abîme sa voiture toute neuve. Il est tout près de la sortie de ce quartier populeux, quand une brique fracasse la portière de sa Jag ! Le jeune homme en colère arrête son véhicule et saute hors de celui-ci pour aborder le gamin coupable en apparence.
Mais qu’est-ce que c’était ? Cette voiture est neuve et cette brique va me coûter très cher. Pourquoi l’as-tu lancé.
L’enfant se confond en excuses en pleurant et explique :
Je suis désolé monsieur, mais je ne savais pas quoi faire d’autres. J’ai lancé la brique parce que personne ne s’arrêtait…!
Des larmes roulaient sur son jeune visage, l’enfant pointe l’arrière d’une voiture stationnée.

C’est mon frère malade, il est tombé de sa chaise roulante. J’ai essayé de toutes mes forces, mais je ne réussis pas à le relever.
Le gamin tente d’arrêter de pleurer afin de demander au jeune homme :
Voulez-vous s’il vous plaît m’aider à le remettre dans sa chaise roulante ? Il est peut-être blessé.

 Une personne seule en chaise roulante s'éloigne dans la rue.

© Jorge Royan / http://www.royan.com.ar / CC BY-SA 3.0

Muet d’émotion, le jeune homme soulève immédiatement l’enfant handicapé et le dépose doucement dans sa chaise roulante. Ensuite, il prend un mouchoir pour éponger le sang sur ses égratignures. Après un examen rapide, il constante qu’il n’était pas blessé.
Je suis désolé pour votre voiture. dit l’enfant reconnaissant, qui ajoute :
Et surtout, merci d’avoir secouru mon frère.

Trop ému pour dire quoi que ce soit, le jeune homme observe l’enfant en chaise roulante s’éloigner jusqu’au bout de la rue. Il retourne lentement à sa voiture. Les dommages sont apparents, mais le jeune homme n’a jamais fait réparer la portière abîmée. Il l’a gardé afin de se souvenir de cet événement.

Morale de cette histoire :

Ne vivez pas à si grande vitesse que quelqu’un soit obligé de vous lancer une brique afin d’obtenir votre aide ! L’univers murmure constamment à notre conscience. Malheureusement, il nous arrive de ne pas avoir le temps d’écouter, et il doit alors nous lancer une brique. Nous avons donc le choix, obéir maintenant à notre conscience ou recevoir une brique plus tard.

1 réponse

  1. philippe faucheux dit :

    Belle histoire. Ma voiture est pleine de bosses, comme la vie des gens que j’essaie d’aider. Et ma vie (que je juge creuse!) est pleine de bosses aussi, et on m’a souvent aidé. Je prends conscience et formule cela ce soir grâce à cette histoire. Merci…à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.