Histoire : Le meilleur est à venir

Photo d'une fourchette en métal les dents vers le bas

Auckland Museuam
[CC BY 4.0], Wiki

Sarah demande à rencontrer son pasteur pour régler ses dernières volontés. À 25 ans, elle vient d’apprendre qu’elle était atteinte d’un cancer incurable et qu’elle a au plus quelques mois à vivre. Elle donne au pasteur le choix de la chanson qu’elle veut à ses funérailles de même chose que le texte qui sera lu. Quand tout est réglé et que le pasteur s’apprête à partir, Sarah le retient par la manche…
– Il y a une dernière chose…
– Oui bien sûr, tout ce que vous voulez.
– Ceci est très important. Je veux être enterrée avec une fourchette dans ma main droite.
Surpris, le pasteur reste immobile.
– Cela vous surprend, je le vois dans votre visage.
– Oui en effet, malgré ma longue expérience de pasteur, ceci est sans précédent.

– Voici, ma grand-mère m’a raconté cette histoire il a longtemps, et depuis j’essaie de transmettre son message aux gens qui ont besoin d’encouragement :
« J’ai assisté enfant à plusieurs banquets. Je me souviens qu’à chaque fois quelqu’un se penchait pour me dire ‘garde ta fourchette’. Et c’était mon moment préféré, car je savais que j’allais manger un dessert succulent, comme du gâteau mousse au chocolat ou une tarte aux pommes. »
– Quand les gens me verront dans mon cercueil, ils remarqueront la fourchette dans ma main, je veux qu’ils se demandent : « Pourquoi cette fourchette ? » Alors vous pourrez leur dire à votre façon que le meilleur est à venir.

Le pasteur ému serra tendrement la jeune fille dans ses bras, car il savait qu’il ne la reverrait plus vivante. Il savait également que Sarah avait une meilleure vision de la vie que lui. Sa confiance en l’avenir était bien supérieure à celle de gens du double de son âge, avec le double d’expérience. Elle savait avec certitude que le meilleur était à venir, même pour elle atteinte d’une maladie mortelle.

À ses funérailles, les gens défilaient devant son cercueil et remarquaient la fourchette dans sa main droite. Chacun essayait sans succès de comprendre. Pendant son sermon, le pasteur raconta histoire de la fourchette aussi fidèlement que possible. À la toute fin il dit, la voix remplie d’émotion, qu’il ne pouvait s’arrêter de penser à la fourchette de Sarah. Et combien elle avait raison.

Alors la prochaine fois que vous prendrez une fourchette dans votre main, laissez-la vous rappeler, comme le veut Sarah, que le meilleur est à venir.

Idée originale d’un auteur inconnu
Adaptation de Denis St-Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.