Histoire : Une entraide créative à l’hôpital

Jeune homme couché sur le dos à l'hôpital portant un collier cervical

Auteur de cette image : Maeson Elleman

À la suite d’un grave accident, un homme est amené en matinée dans une chambre d’hôpital comportant deux lits. À cause d’un problème cervical, il doit être couché sur le ventre sur une civière adaptée, il ne peut même pas se retourner. La tête vers le bas, il regarde constamment le plancher. Le second lit de la chambre près de l’unique fenêtre est occupé par une femme âgée atteinte d’un cancer avancé.

La douleur est intense pour l’homme blessé. Heureusement, il a une compagne de chambre. Étant près de la fenêtre, elle décrit ce qu’elle voit à l’extérieur pour faire la conversation. Pour se distraire de sa douleur, l’homme dit être intéressé par la scène. Il demande donc davantage de détails.

Heureuse de la demande, la dame décrit tout ce qu’elle peut voir dehors. Elle explique que la vue de la chambre donne sur un parc avec un étang. Les canards jouent sur l’eau tandis que des enfants font voguer leurs modèles réduits de voiliers. Des amoureux marchent bras dessus bras dessous sur un long sentier. De grands arbres donnent de l’ombre a des enfants occupés à jouer. Puis la conversation s’étant sur divers sujets. Chacun raconte l’histoire de sa vie. Un début de complicité s’établit entre cette femme condamnée par un cancer et cet homme gravement blessé.

Le lendemain matin, le soleil inonde la chambre d’une chaude lumière. Une infirmière entre et trouve la dame sans vie, elle était décédée pendant la nuit.

Quelques heures plus tard, l’homme put enfin être tourné sur le dos. Il est heureux de pouvoir enfin regarder lui-même par la fenêtre. Il tourne la tête péniblement. Il allait finalement pouvoir admirer le beau paysage décrit par la dame. Mais par la fenêtre, il ne voit qu’un mur de briques. L’homme demande à l’infirmière pourquoi sa défunte compagne de chambre avait menti en décrivant un beau parc. Voici sa réponse :
« Cette dame était aveugle. Elle ne pouvait même pas voir le mur devant la fenêtre. Peut-être a-t-elle juste voulu vous changer les idées pendant vos heures de douleurs intenses. »

*************** Fin de l’histoire ***************

Idée originale : auteur inconnu
Texte : Denis St-Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.