Être inspiré par un idéal

« Chaque fois qu’un homme défend un idéal, il envoie une petite vague d’espoir. » Robert F. Kennedy

La barre d’un navire devant le soleil.La vie moderne nous incite à mettre l’accent sur l’aspect matériel de choses. Pourtant s’ils n’ont pas de vie intérieure, tous ceux qui ont « réussi matériellement » finissent un jour ou l’autre par être déçus. Et c’est normal, car ils vivent en surface. Ils négligent l’essentiel. La satisfaction matérielle abusive est un cul-de-sac. Il n’est donc pas étonnant de voir autant de gens « réussir dans la vie » et ne pas être heureux, car il leur manque un élément fondamental : un idéal élevé.

Les plaisirs physiques ne sont pas mauvais en soi. Mais ils le deviennent lorsqu’on en fait notre objectif de vie, c’est-à-dire lorsque l’on nourrit l’illusion que le succès matériel est suffisant pour être heureux. On n’obtient pas le bonheur en satisfaisant à outrance nos besoins physiques, mais plutôt en se vouant à un but qui nous dépasse.

« Rien n’est plus important que d’avoir un haut idéal. » Omraam Mikhaël Aïvanhov

Les personnes heureuses travaillent pour une idée parfaite et c’est cette idée qui les inspire. Si vous travaillez pour un idéal élevé auquel vous croyez vraiment, même si vous n’êtes pas payé, vous percevrez être quand même grandement récompensé. Mettez un idéal noble dans votre tête, travaillez pour cet idéal et vous verrez ce que ce dernier fera pour vous : il améliorera toute votre existence.

Exemple :
Une personne dans la trentaine considère que ses objectifs de vie sont atteints. Elle a un travail stable qui lui procure une existence confortable. Mais elle fait un peu tout par automatisme, sans grande motivation ni passion. Elle est comblée matériellement, mais elle se questionne.
Cette personne décide de donner un sens à sa vie en se vouant à un idéal. Elle choisit la défense des droits de l’homme. Au début, elle a un intérêt passif pour cette cause, c’est-à-dire que ce n’est pas une passion. Alors, elle fait en sorte de développer davantage cet intérêt. Elle s’impose dans un premier temps de lire un peu sur ce sujet tous les jours. Puis, elle devient membre d’un groupe qui milite pour cette cause : Amnistie internationale. Ceci a entre autres pour effet de parfaire ses connaissances. De plus, elle peut voir clairement le résultat des actions de ce groupe de militants. Plus elle en apprend sur ce sujet, plus son intérêt grandit. Finalement, l’appartenance à Amnistie internationale fait en sorte qu’elle est en contact régulièrement avec des gens passionnés par la cause des droits de l’homme. La passion étant contagieuse, la participation assidue à Amnistie internationale développe en elle avec le temps un intérêt vif pour cette cause. Après toutes ces étapes de transformation, elle voit la vie différemment. Son idéal d’aider les gens dans le besoin, a donné un sens profond à sa vie.

« Pour donner un sens à sa vie, il faut vivre pour un idéal plus grand que soi. »

Sans autres ambitions que de mener une vie ordinaire et prosaïque, plusieurs se laissent aller à une existence principalement orientée vers les plaisirs physiques. Cette façon de vivre est néfaste pour la santé physique et psychique. Par ailleurs, certains considèrent les idéaux comme des abstractions sans importance ni conséquences concrètes. Au contraire, ceux-ci ont un effet jusque dans les profondeurs de notre être. Observez votre passé et vous verrez combien certaines grandes orientations de vie ont pu contribuer à votre mieux-être ou l’inverse. Il est donc très important de développer un idéal élevé, car il sera la nourriture de votre âme.

« Notre vie ne peut être constructive sans un idéal qui équilibre et harmonise nos activités, nos pensées et nos sentiments. »