Réagir humainement à la critique colérique

« Personne ne peut penser clairement les poings fermés. »

Est-ce que vous avez été insulté récemment ? Si oui, est-ce que vous avez répondu à la critique par la critique ? Lorsqu’une personne est en colère, les insultes sont pour elle une façon de laisser la vapeur s’échapper. Lorsque vous êtes injurié par une personne sérieusement irritée, ses paroles offensantes ne s’adressent peut-être pas à vous spécifiquement. C’est-à-dire que si une autre personne avait été à votre place en présence de la personne en colère, c’est peut-être elle qui aurait été insultée plutôt que vous. Vue d'un ciel chargé de nuages orageux sombres

Personnes en situations défavorables :
Le principe illustré ci-dessus s’applique entre autres aux personnes malades, épuisées, déprimées, etc. Lorsqu’une personne se trouve dans une condition qui influence négativement son humeur, nous devons être particulièrement indulgents envers elle. Et si nous sommes victimes de ses critiques, nous devons généralement blâmer la condition défavorable, non pas la personne qui subit cette condition. Par exemple, si une personne sévèrement malade est déplaisante avec vous, blâmer la maladie non pas la personne qui la subit.

« Gardez toujours en tête que la personne devant vous, tout comme vous, mène un dur combat dans la vie. »

D’une façon générale, lorsque vous recevez une critique colérique, cherchez à comprendre pourquoi son auteur est irrité. Qui sait ? Il a peut-être raison de l’être.

  • Si c’est de votre faute :
    Excusez-vous ou demandez pardon, et si possible réparez le tort que vous avez causé.
  • Si vous n’avez rien à vous reprocher :
    Ayez de la compassion pour cet individu. Et gardez en tête qu’il est généralement déconseillé de répondre à l’insulte par l’insulte.

Ceci étant dit, ne laisser personne abuser de vous : voir l’annexe à ce sujet.

« La parole douce rompt la colère, la parole dure excite la fureur. » La Bible

Annexe, ne pas se laisser abuser :

Dans certaines circonstances rarissimes, il est nécessaire de répliquer. Mais peu importe la situation, la façon de réagir à l’insulte doit être votre décision. En d’autres termes, ne laissez pas quelques mots méchants dicter votre conduite. Lorsque vous êtes offensé, le choix de l’attitude à prendre n’appartient à personne d’autre qu’à vous et ce, quelle que soit la sévérité de l’insulte.

1 réponse

  1. Siloa dit :

    Bonjour, j’apprécie la majorité de vos articles sur la colère, sauf celui-ci pour les motifs suivants : la maladie (non débilisante et fiėvreuse) est toujours et puissant révélateur du véritable caractère de la personne. Les personnes colériques sont des personnes orgueilleuses a fuir, car ne se remettent jamais en question ou si peu, et qui temoignent d’une grande immaturité affective, sociale et pédagogique. Ils ont le don malheureux de tuer leur entourage. Puis-je vous suggérer de notifier dans cet article que ces conseils donnés sont bons pour des situations occasionnelles et exceptionnelles, et ne s’appliquent pas a des personnes délibéremment toxiques, qui donnebt libre cours a leurs colères pour mieux dominer autrui. Les personnes victimes de ces colériques qui jouent de cette manipulation, a la lecture de ce post presente un fort risque de se senteur encore plus coupables de ces monstres. Il ne s’agit pas d’un point d’un vue mais d’expérience personnelle traumatisante, qui m’a presque conduite a m’ôter la vie a l’age de 9 ans. J’ai grandi et acquis une bonne maitrise de soi pour vivre et survivre a des proches qui n’ont pas su acquerir de sagesse au grand dam de leur âge vieillissant. Le seul respect a s’accorder, c’est le sien avant tout, ne jamais conforter un orgueilleux dans son orgueil, par des compliments et flatterie. Un orgueilleux est colérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.