Fable sur les défauts et les qualités

Porc-épic : animal de la taille d’un castor recouvert de longues épines.

Gloverderivative work: WolfmanSF (Porcupine-BioDome.jpg) [CCBYSA 2.5] via Wiki

C’était l’hiver le plus glacial du siècle. Plusieurs animaux de la forêt étaient morts de froid extrême. Se rendant compte de la situation, les porc-épics avaient pris la décision de se regrouper côte à côte. Ainsi, leur chaleur corporelle combinée était suffisante pour les protéger de la froideur mortelle ; mais chacun était alors blessé par les piquants de ses compagnons adjacents. Conséquemment, ils ont décidé de prendre leur distance. Aussitôt, le froid glacial les a fait souffrir à nouveau.

Ils avaient le choix entre accepter les piquants de leurs semblables ou mourir de froid. Résolus à un certain niveau de douleur, ils ont décidé de se regrouper une deuxième fois. Et ils ont appris à vivre avec les petites blessures causées par la présence côte à côte de leurs compagnons. La survie venait des autres avec leur chaleur et leurs piquants, impossible de d’avoir l’un sans l’autre.

La morale de cette fable :
La meilleure relation n’est pas celle qui rassemble des individus parfaits. Une relation enrichissante est plutôt constituée de gens qui font l’effort d’apprendre à vivre avec les imperfections des autres, afin de découvrir et d’apprécier leurs qualités.

***  ***  ***

Inspiré de la fable « Les porcs-épics » du philosophe allemand Schopenhauer (1788-1860)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.