10 questions qui aident à pardonner

    Les questions suivantes vous feront faire une certaine introspection sur l’épreuve que vous subissez. Pour faciliter votre réflexion, elles sont rédigées à la première personne :

    1. Quelles sont les conséquences de ne pas pardonner, par exemple : sommeil difficile, humeur négative, pensées obsessives, stress, irritabilité… ?
    2. Qu’est-ce que j’ai à gagner en pardonnant, par exemple : tranquillité d’esprit, sérénité, réduction de la pression, meilleure estime de soi, relations humaines améliorées… ?
    3. Est-ce que ma résistance à pardonner est le résultat d’un orgueil mal placé ?
    4. En refusant de pardonner, est-ce que je mets en péril une relation importante pour moi ?
    5. Est-ce que j’ai blessé des gens dans le passé ? Si oui, est-ce à mon tour de pardonner ?
    6. Est-ce que j’ai eu une conversation franche avec la personne qui m’a blessé, notamment pour lui permettre d’expliquer son point de vue ?
    7. Est-ce qu’on m’a blessé volontairement, ou est-ce, peut-être, un geste maladroit sans méchanceté ?
    8. Est-ce que j’ai considéré que la personne qui m’a blessé ait des valeurs très différentes des miennes? Le geste qu’elle a posé n’est peut-être pas offensant selon son point de vue, lequel est tout aussi légitime que le mien.
    9. Quelle sera ma perception de l’événement blessant dans un an ?
    10. Après une réflexion suffisamment longue au sujet des neuf questions précédentes, qu’est-ce m’empêche maintenant de pardonner ?

    Pardonner, c’est libérer un prisonnier et découvrir que ce prisonnier c’était vous. Lewis B. Smedes .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.