«Pardonner ce n’est pas oublier, c’est plutôt renoncer à
juger, punir ou même haïr. »

Quelqu’un vous a fait du mal et vous pensez constamment à ce geste "impardonnable". Sachez que cette attitude vous ronge de l'intérieur. Ce ressentiment vous empoisonne la vie et surtout il vous empêche de devenir ou redevenir une personne harmonieuse et heureuse. Il n’y a qu’une seule véritable solution : vous devez pardonner. Ce geste est parfois difficile, voici donc quelques conseils qui pourraient vous aider à pardonner :

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Handshake_(Workshop_Cologne_'06).jpeg

Photo de Tobias Wolter, (CC-SA-3.0)
via Wikimedia Commons

  1. La rancune ne peut vous défendre
    Oubliez la croyance erronée selon laquelle vous devez garder votre rancune pour éviter d’être offensé à nouveau. En fait, c’est souvent l’inverse. La rancune nous empêche de voir avec clarté. Elle nous empêche de mettre l’évènement malheureux derrière nous et de poursuivre notre vie harmonieusement. Pardonner ne signifie pas qu’on ne vous ait pas fait de mal. Le pardon implique simplement que vous ne laisserez plus ce souvenir douloureux envenimer votre vie.
  2. Interprétation des gestes offensants
    Essayez de donner le bénéfice du doute à la personne qui vous a offensé. Ne vous attendez pas à ce que les gens réfléchissent comme vous et soient sensibles aux mêmes choses que vous. Les divergences d’interprétation sont normales. Cette prise de conscience peut modifier radicalement votre perception de la "culpabilité" de la personne qui vous a offensé. Lorsque nous intégrons le fait que les autres perçoivent les choses différemment, nous augmentons grandement notre capacité de pardonner.
  3. Comprendre l'autre
    Est-ce que vous connaissez toutes les circonstances qui ont poussé la personne qui vous a fait du mal à agir ainsi ? Non, nous ne connaissons jamais toute la vérité sur ces choses. Cette personne se trouvait peut-être dans une situation très difficile. Ce que nous avons tous vécu un jour ou l'autre. Alors, pourquoi ne pas lui donner le bénéfice du doute ? Il n’est pas question ici d’excuser des gestes répréhensibles, mais plutôt de voir le côté humain derrière ceux-ci. Si le contexte s'y prête, favorisez votre pardon en pensant : "La personne qui m’a fait du mal souffrait peut-être intensément pour agir ainsi. Dans les mêmes conditions difficiles, j’aurais possiblement agi de la même façon". Ceci contribuera à transformer votre rancoeur initiale en sentiment de compréhension et peut-être même en sympathie.
  4. Considérer ses propres erreurs
    Est-ce que vous avez déjà fait du mal à la personne qui vous a offensé, peut-être sans vous en rendre compte ? Est-ce que vous avez fait déjà du mal à qui que ce soit dans le passé ? La réponse à cette deuxième question est assurément "oui". Donc, en toute justice, c’est peut-être maintenant à vous de pardonner.
  5. Faire les premiers pas
    Suite à un malentendu ou une dispute, nous avons parfois tendance à nous cramponner à une rancœur mesquine. Une telle situation a le pouvoir d'envenimer n'importe quelle relation. Entre autres, si la personne qui vous a offensé fait partie de votre environnement de travail ou de votre famille, la meilleure manière de rétablir la paix en vous est de pardonner et de faire les premiers pas vers la réconciliation.
  6. Un proche vous a fait du mal
    Si vous voulez que votre relation avec votre proche ait un avenir, vous devez pardonner. Même si cette personne vous a fait du mal, vous devez continuer à l’aimer. Réfléchissez aux conséquences de votre rancune. Vous constaterez alors qu'en cessant d'aimer cette personne, vous perdez une partie de votre joie de vivre, en plus de mettre en péril une relation qui vous est chère.
  7. Donner une deuxième chance
    Un membre de votre famille ou de votre entourage vous a offensé sévèrement. Tellement, que vous avez rompu tous les ponts avec lui depuis un bon moment. Pourquoi condamner cet individu à perpétuité ? Son geste répréhensible appartient au passé. Cet individu a mal agi, d'accord, mais depuis il s'est peut-être amélioré. Repartez donc à zéro dans cette relation. Nous méritons tous une deuxième chance.
  8. Si vous êtes croyant, pardonnez pour Dieu !
    Si vous êtes incapable pour l’instant d’éprouver de la compassion envers celui qui vous a offensé, alors pardonnez au nom de Dieu. Dieu est toujours une bonne raison de pardonner.

Limite : ne pas se laisser abuser
Pardonner n’implique pas de laisser vos semblables abuser de vous ou vous maltraiter. Dans certaines circonstances, il est d’ailleurs nécessaire de se protéger, tout en respectant les autres.

« Un petit pardon demande plus d’effort qu’une grande vengeance. »

On vous a fait du mal, ce n’est peut-être pas de votre faute. Mais après un certain temps, si ce mal continue à vous ronger, c’est de votre faute. Si l'offense est très grave, vous avez peut-être le désir de punir la personne en question. Résistez à cette tentation. La vengeance ferait de vous une plus grande victime. Par contre, le pardon peut faire de vous une meilleure personne. Pourquoi interrompre votre progrès vers un mieux-être sous prétexte qu'il vous est arrivé un malheur ? Les épreuves font partie de la vie. Et elles contribuent à notre cheminement.

« Le pardon ne change pas le passé, mais il enrichit le futur. »
Proverbe sanscrit

Sujets complémentaires :
    Tourmenté entre le pardon et la rancune
    Aimer malgré tout
    Réagir humainement à la critique colérique
    Les désaccords
    Conflits inutiles, Conflits d’idées et Conflit avec un proche
    Réjouissez-vous des différences des autres
    Pensées sur le pardon, les conflits, les insultes, l'intolérance et la réconciliation