Raisonner pour transformer les épreuves


« La vérité est donnée à ceux qui ont la sagesse de raisonner. »

Chaque situation désagréable peut être améliorée en changeant notre perception de celle-ci. En effet, chacun a terminé son enfance avec une conformation psychique qui le pousse à voir les choses d’une certaine manière. Maintenant que nous sommes adultes, il est utile de nous interroger sur les opinions ainsi héritées de notre passé.

Nous sommes tous confrontés de temps à autre à des épreuves, petites et grandes. Nos opinions automatiques (héritées en grande partie de notre enfance) ne sont pas nécessairement appropriées pour bien réagir. Il est donc utile d’analyser chaque difficulté, plutôt que de laisser notre conditionnement dicter notre comportement.

« Certains regardent la vase au fond de l’étang, d’autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l’eau, il s’agit d’un choix. » Raphaëlle Giordano

Lorsque je suis confronté à une situation difficile, j’essaie de raisonner : « bon, je perçois les choses selon un certain angle ; mais il existe peut-être une autre perspective qui peut régler ou amenuiser ce problème. Je vais donc explorer différentes façons de voir cette situation… » Cette attitude fait en sorte que je considère la difficulté comme une matière première sur laquelle je dois travailler :

Exemple 1 : ralenti par une voiture
Je conduis sur une route trempée et je suis ralenti par une voiture devant moi qui roule seulement à 80 km/h, alors que je veux rouler à 90 km/h. Mon désir de rouler dans à cette vitesse est entièrement arbitraire, il est donc possible que j’aie tort. Il est peut-être préférable de rouler ici à 80 km/h. L’automobiliste, qui me ralentit, m’a peut-être évité un accident que ma plus grande vitesse aurait causé. À tout le moins, il me fait économiser un peu d’essence.

Exemple 2 : file d’attente dans un commerce
J’attends depuis longtemps dans une file à la caisse d’un supermarché. La situation commence à m’énerver. Je décide alors de me questionner : « Est-ce que je me stresse pour rien ? Qui a dit que je dois nécessairement être servi dès mon arrivée à la caisse ? De plus, faire la queue n’est-il pas une excellente occasion de réfléchir et de développer ma patience ? »

Exemple 3 : retard à un rendez-vous
Depuis 15 minutes, j’attends impatiemment un ami qui arrive souvent en retard à nos rendez-vous. En l’attendant, j’imagine différentes façons de le réprimander pour son retard. Puis j’essaie de mieux raisonner : « Suis-je moi-même toujours à temps à mes rendez-vous ? Non. Alors qui suis-je pour lui faire la leçon ? De plus, j’ai sûrement d’autres défauts que mon ami tolère comme je tolère moi-même maintenant son retard ». Celui-ci arrive peu de temps après. Grâce à mon raisonnement, je l’accueille avec un sourire plutôt qu’avec une réprimande.

Exemple 4 : conflit personnel
Un jeune homme en veut à sa femme parce qu’elle a demandé le divorce. Il est fermement persuadé qu’elle a tous les torts et qu’il n’est qu’une victime. Cette pensée le harcèle constamment depuis plusieurs mois. Puis, lorsque sa colère a diminué un peu, il essaie de raisonner : il reconnaît qu’il n’était pas un mari parfait et que les torts sont partagés. Ce raisonnement n’élimine pas la mémoire d’un mariage en difficile. Mais cet exercice mental contribue à réduire un peu sa peine.

Limite 1 : l’épuisement
Les quatre raisonnements précédents sont moins efficaces lorsque nous sommes épuisés. En particulier, la fatigue profonde fait en sorte que notre conditionnement domine notre logique et nous fonctionnons alors spontanément sans réfléchir. Lorsque vous êtes épuisés, il vaut mieux prendre un peu de repos avant d’utiliser le contenu de cette page web.

Limite 2 : ne pas ignorer ses sentiments
L’utilisation de raisonnements ne suggère aucunement d’ignorer ses sentiments. Il s’agit plutôt de les changer un peu ou de les tempérer. Nos sentiments sont parfois basés sur des interprétations discutables ou carrément fausses. Il est alors utile d’explorer d’autres perspectives. Cela afin d’orienter notre perception de la réalité vers un sentiment plus adéquat.

Limite 3 : seulement une partie de la vérité
Chaque raisonnement ne représente généralement qu’une partie de la vérité, laquelle est parfois complexe. L’objectif n’est pas tellement de trouver le raisonnement miracle qui résume toute la réalité. L’objectif initial est plutôt d’explorer différents raisonnements qui améliorent notre état d’âme et notre attitude. Et cela contribue à régler plusieurs problèmes.

« Mes épreuves sont en fait des défis fascinants à résoudre. »

L’approche de raisonnements de cet article n’a rien de magique. Le fait d’explorer différentes façons de voir un problème ne le fait pas disparaître. Mais à tout le moins, cette approche me fait cheminer vers une meilleure compréhension des difficultés auxquelles je suis confrontées. Elle me permet en particulier d’augmenter mon objectivité. Et ceci me débarrasse souvent d’un sentiment de victime ; pour faire de moi quelqu’un qui essaie sincèrement de grandir avec chaque épreuve.

« Tout est dans la façon de considérer les choses. »

Sujets complémentaires :
     – La vérité dans l’opinion des autres
     – Utilisez vos opposants
     – Dédramatisez vos problèmes
     – Prendre du recul
     – Épreuves ou opportunités
     – Échec ou perception d’échec
     – Questions pour apprendre de nos épreuves
     – Souffrances et vérités ignorées
     – Ne créez pas vous-même votre souffrance
     – Pensées sur la perception, le doute, la pensée et la vérité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.