function itsg_allow_nbsp_in_tinymce( $init ) { $init['entities'] = '160,nbsp,38,amp,60,lt,62,gt'; $init['entity_encoding'] = 'named'; return $init; } add_filter( 'tiny_mce_before_init', 'itsg_allow_nbsp_in_tinymce' );

40 citations d’Anatole France

Portrait d'Anatole France peu de temps avant sa mort.

De la fondation Nobel Foundation, [Domaine public], via Wikimedia

Les poètes nous aident à aimer.

En art comme en amour, l’instinct suffit.

Vivre sans illusions, c’est le secret du bonheur.

L’orgueil est la première cause de nos misères.

La douleur est la grande éducatrice des hommes.

La gaieté est la forme la plus aimable du courage.

En histoire, il faut se résoudre à beaucoup ignorer.

Les idées de la veille font les moeurs du lendemain.

Pour digérer le savoir, il faut l’avoir avalé avec appétit.

De toutes les aberrations sexuelles, la pire est la chasteté.

Nous vivons trop dans les livres et pas assez dans la nature.

Les modérés s’opposent toujours modérément à la violence.

On ne meurt pas pour la patrie, on meurt pour les industriels.

L’homme ne croit pas ce qui est, il croit ce qu’il désire qui soit.

La science est infaillible ; mais les savants se trompent toujours.

Le monde du sentiment est le monde de l’action, aimer c’est agir.

La jeunesse a cela de beau qu’elle peut admirer sans comprendre.

C’est la certitude qu’ils tiennent la vérité qui rend les hommes cruels.

La science ne se soucie ni de plaire, ni de déplaire, elle est inhumaine.

À qui sait s’exprimer, la parole abat les violents et fait tomber les forts.

J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.

L’art n’a pas la vérité pour objet. Il faut demander la vérité aux sciences.

Le bien suprême est la bonne humeur, l’absence de crainte, la tranquillité.

Il faut plaindre les riches : leurs biens les environnent et ne les pénètrent pas.

Il est dans la nature humaine de penser sagement et d’agir d’une façon absurde.

Celui qui se contredit a plus de chances qu’un autre d’exprimer quelquefois du vrai.

Vous ne sauriez croire avec quelle facilité l’impossible se fait dès qu’il est nécessaire.

Les plus beaux mots du monde ne sont que des sons inutiles si on ne les comprend pas.

Si l’on doute, il faut se taire ; car quelque discours qu’on puisse tenir, parler, c’est affirmer.

À mesure qu’on s’avance dans la vie, on s’aperçoit que le courage le plus rare est celui de penser.

Quand l’homme qui témoigne est armé d’un sabre, c’est le sabre qu’il faut entendre et non l’homme.

Toutes les idées sur lesquelles repose aujourd’hui la société ont été subversives avant d’être tutélaires.

Les hommes le plus souvent se querellent pour des mots. C’est pour des mots qu’ils tuent et se font tuer.

C’est dans l’absolue ignorance de notre raison d’être qu’est la racine de notre tristesse et de nos dégoûts.

Les perceptions des sens et les jugements de l’esprit sont des sources d’illusion et des causes d’incertitude.

Les vérités découvertes par l’intelligence demeurent stériles. Le cœur est seul capable de féconder ses rêves.

L’homme est ainsi fait qu’il ne peut se détendre qu’en renonçant à une sorte de labeur pour en adopter une autre.

Il faut donner son bien, et non celui des autres, et il faut savoir donner. C’est le secret du bonheur, et peu le savent.

Les rêves des philosophes ont de tout temps suscité les hommes d’action qui se sont mis à l’oeuvre pour les réaliser.

Nous appelons dangereux ceux qui ont l’esprit fait autrement que nous et immoraux ceux qui n’ont pas notre morale.

Ce ne sont point les êtres réels, mais des êtres imaginaires qui exercent sur l’âme l’action la plus profonde et la plus durable.

Ce que les hommes appellent civilisation, c’est l’état actuel des moeurs et ce qu’ils appellent barbarie, ce sont les états antérieurs.

Tous les changements, même les plus désirés, ont leur mélancolie, car ce que nous laissons derrière nous est une partie de nous-mêmes.

Je pense que mes misères viennent du dehors, mais moi-même ne suis-je pas la cause de mes misères ? Et si je les formais de ma propre substance ?

J’aime la vérité. Je crois que l’humanité en a besoin ; mais elle a bien plus grand besoin encore du mensonge qui la flatte, la console, lui donne des espérances infinies. Sans le mensonge, elle périrait de désespoir et d’ennui.

On aime vraiment que lorsqu’on aime sans raison. On n’apprend qu’en s’amusant : l’art d’enseigner n’est que l’art d’éveiller la curiosité des jeunes âmes pour la satisfaire ensuite, et la curiosité n’est vive et saine que dans les esprits heureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.