Citations sélectionnées de René CHAR

 Photo de René Char et son chat en 1941 à Céreste

René Char à 34 ans

  • Vivre, c’est s’obstiner à achever un souvenir.
  • L’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant.
  • Le poème est l’amour réalisé du désir demeuré désir.
  • Il faut être l’homme de la pluie et l’enfant du beau temps.
  • L’homme est capable de faire ce qu’il est incapable d’imaginer.
    • Il n’y a pas d’absence irremplaçable. (Poèmes militants, 1932)
    • La souffrance connaît peu de mots. (J’habite une douleur, 1945)
    • L’artiste doit se faire regretter déjà de son vivant. (Art bref, 1950)
    • Ma solitude est son trésor. (Fureur et mystère, Allégeance, 1948)
    • Donne toujours plus que tu ne peux reprendre. (Terme épars, 1971)
    • Comment vivre sans inconnu devant soi ? (Fureur et mystère, 1948)
    • Il n’y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l’accomplit.
    • Celui qui vient au monde sans rien troubler ne mérite ni attention, ni respect.
    • Avec ceux que nous aimons, quand nous cessons de parler, ce n’est pas le silence.
    • Ce n’est pas l’estomac qui réclame la soupe bien chaude, c’est le cœur. (La parole en archipel, 1962)
    • Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience. (Fureur et mystère, 1948)
    • Un homme sans défauts est une montagne sans crevasses ; il ne m’intéresse pas. (Fureur et mystère, 1948)
    • L’impossible nous ne l’atteignons pas, mais il nous sert de lanterne. (Recherche de la base et du sommet, 1955)
    • Les enfants réalisent ce miracle adorable de demeurer des enfants et de voir par nos yeux. (Fureur et mystère, 1948)
    • Le réel quelquefois désaltère l’espérance. C’est pourquoi, contre toute attente, l’espérance survit. (Les matinaux, 1950)
    • Mon amour est triste parce qu’il est dans la nature troublée de l’amour d’être triste. (Dehors la nuit est gouvernée, 1938)
    • Nous n’avons qu’une ressource avec la mort : Faire de l’art avant elle. (La parole en archipel, Les dentelles de Montmirail, 1962)
    • Tout ce qui nous aidera, plus tard, à nous dégager de nos déconvenues s’assemble autour de nos premiers pas. (Fureur et mystère, 1948)
    • Mais qu’est-ce qu’un révolté, Monsieur ? Quand un homme est broyé et qu’il se tait, c’est un individu normal. S’il proteste et réclame son droit, c’est un révolutionnaire ! (Le soleil des eaux, 1949)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.