Citations d’Oscar Wilde

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Oscar_Wilde_frock_coat.jpg

Photo de Sator [Domaine public], Wikimedia

Parfois, nous pouvons passer des années sans vivre du tout,
et tout à coup notre vie entière est concentrée dans un seul instant.
 
La valeur d’une idée n’a pourtant rien à voir
avec la conviction de celui qui l’exprime.
 
Souffrir de ses propres fautes,
voilà qui est particulièrement amer.
 
N’aimez jamais quelqu’un qui vous traite
comme si vous étiez ordinaire.
 
Vivre, c’est la chose la plus rare dans le monde.
La plupart des gens existent, c’est tout.
 
Tu n’aimes pas une personne pour son apparence
ou pour ses vêtements, ou pour sa voiture de luxe,
mais parce qu’elle chante une chanson
que toi seulement peux entendre.
 
Si tu n’as pas tout ce que tu veux,
réjouis-toi de ne pas avoir tout ce que tu ne veux pas.
 
Quand les gens sont d’accord avec moi,
j’ai toujours le sentiment que je dois me tromper.
 
Nous sommes tous dans le caniveau,
mais certains d’entre nous regardent les étoiles.
 
Le but de la vie est le développement personnel.
Parvenir à une parfaite réalisation de sa nature,
c’est pour cela que nous sommes tous ici.
 
Une chose n’est pas nécessairement vraie
parce qu’un homme meurt pour elle.
 
Je choisis mes amis pour leur bonne présentation,
mes connaissances pour leur bon caractère et mes
ennemis pour leur bonne intelligence. Un homme ne
peut être trop soigneux dans le choix de ses ennemis.
 
L’homme est un animal raisonnable qui se met
régulièrement en colère lorsqu’on lui demande d’agir
en accord avec les préceptes de la raison.
 
L’égoïste n’est pas celui qui vit comme il lui plaît,
c’est celui qui demande aux autres de vivre comme
il lui plaît ; l’altruiste est celui qui laisse
les autres vivre leur vie, sans intervenir.
 
Le pessimiste est celui qui, entre deux maux,
choisit les deux.
 
C’est toujours un tort de donner des conseils,
mais en donner de bons vous sera pardonné.
 
La véritable perfection d’un homme réside,
non dans ce qu’il a, mais dans ce qu’il est.
 
Le succès est un poison qui ne doit être pris que
tard dans la vie et encore à petites doses.
 
Nul homme n’est assez riche pour racheter son passé.
 
La beauté est dans les yeux de celui qui regarde.
 
Il est des moments où il faut choisir entre vivre
sa propre vie pleinement, entièrement, complètement,
ou traîner l’existence dégradante, creuse et fausse
que le monde, dans son hypocrisie, nous impose.
 
Chacun de nous porte en soi le ciel et l’enfer.
 
N’importe qui peut sympathiser avec les souffrances
d’un ami. En revanche, sympathiser avec les succès
d’un ami exige une très délicate nature.
 
Si l’argent n’achète pas l’amour,
ça facilite nettement les négociations.
 
Beaucoup d’entre nous sont à ce point à l’écoute
de ce qu’ils ont à dire qu’ils n’écoutent pas
ce que les autres ont à dire.
 
Il n’existe qu’une certitude sur la nature humaine :
elle est changeante.
 
Beaucoup de pourquoi au malheur, pas de pourquoi au bonheur.
 
La musique met l’âme en harmonie avec tout ce qui existe.
 
La seule chose que la politesse peut nous faire perdre c’est
de temps en temps, un siège dans un autobus bondé.
 
Gardez l’amour dans votre cœur.
Une vie sans amour est comme un jardin sans
soleil lorsque les fleurs sont mortes.
 
La vérité pure et simple est rarement pure et jamais simple.
 
Aujourd’hui les gens connaissent le prix de tout
et la valeur de rien.
 
Dire du mal des autres est une façon malhonnête de se flatter.
 
Il faut viser la lune, parce qu’au moins si vous échouez,
vous finissez dans les étoiles.
 

Biographie d’Oscar Wilde (1854 – 1900) :
Né dans la bourgeoisie irlandaise de Dublin d’une mère poétesse, Oscar Wilde se distingue par un parcours scolaire brillant. Couronné de prix au sein du Trinity College de Dublin, il intègre par la suite l’université d’Oxford, où il se construit un personnage de dandy, sous l’influence des théories de L’art pour l’art. À fin de ses études, il s’installe à Londres, où il parvient à s’insérer dans les cercles cultivés, s’illustrant dans plusieurs genres littéraires. Il se fait le porte-parole de la nouvelle « Renaissance anglaise dans les arts » dans une série de conférences aux États-Unis et au Canada, puis exerce une prolifique activité de journaliste. Au tournant des années 1890, il produit quatre comédies de mœurs, qui font de lui l’un des dramaturges les plus en vue de Londres. Au sommet de sa gloire, Oscar Wilde poursuit le père de son amant pour diffamation, après que celui-ci eut entrepris de révéler son homosexualité. Suite à plusieurs procès retentissants, il est condamné pour « grave immoralité ». À sa sortie de prison en 1897, il quitte la Grande-Bretagne pour la France. C’est dans ce pays d’adoption qu’il met un point final à La Ballade de la geôle de Reading en 1898, un long poème commémorant son expérience de la prison. Il meurt dans la pauvreté à Paris à l’âge de 46 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.