Pardonner est-ce oublier ?

Oubliez suffisamment pour passer à autre chose. Souvenez-vous suffisamment pour que cela ne se reproduise plus.

Un homme pardonne à sa fille et la prend dans ses bras.

Un père pardonne à sa fille et la prend dans ses bras.

Beaucoup confondent le pardon et l’oubli. Mais ces deux termes sont bien distincts. Pardonner le mal que l’on nous a fait n’a pas pour effet de l’oublier. Pardonner, c’est mettre l’offense à sa juste place. Lorsqu’on subit une grande injustice, ce tort a tendance à occuper toute la place dans nos pensées et dans nos émotions. Cela a pour effet d’obscurcir notre vie entière, car on ne peut s’empêcher de ruminer le mal qu’on nous a fait. Pardonner, c’est nous éloigner émotionnellement peu à peu de cette blessure afin de réduire son emprise sur nous. Dans la pratique, c’est un combat très difficile.

Pardonner ne signifie pas oublier, mais nous donner le droit de garder notre cœur ouvert et recevoir de l’amour, au lieu de succomber aux feux destructeurs de la colère et de la haine. Principe bouddhiste

Grâce au pardon, la place qu’occupe l’offense dans nos émotions diminue graduellement. Mais, il est impossible de l’oublier totalement, voici pourquoi. Notre cerveau retient particulièrement bien les événements qui nous ont touchés émotionnellement. Le pardon a pour effet d’adoucir nos sentiments négatifs afin de cicatriser notre blessure. Après un véritable pardon et un temps suffisant, on se souviendra nécessairement de l’événement, mais l’animosité aura disparu. On peut comparer cette guérison à la cicatrisation d’une blessure physique. Celle-ci marque une partie du corps à tout jamais, mais lorsqu’on la touche, l’endroit n’est plus douloureux.

Le pardon n’est pas l’oubli de l’injure, mais la résolution de n’en plus témoigner le ressentiment. Eugène Marbeau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.