Les 150 meilleurs proverbes anglais

Ce drapeau combine le drapeau de l’Angleterre (une croix rouge sur fond blanc, connue comme la croix de saint Georges) et le drapeau de l’Écosse (une croix en X blanche sur fond bleu, la croix de saint André)

Union jack : Le drapeau du Royaume-Uni

À porter ses amis, nul ne devient bossu.

Aime ton voisin, mais ne supprime pas ta clôture.

Aime-toi toi-même, et tu auras des amis.

Aussitôt commencé, aussitôt fait.

Avant d’être capitaine, il faut être matelot.

Beaucoup de gouttes font un océan.

Bien commencer amène à bien terminer.

C’est l’oiseau matinal qui attrape le ver.

Ce qu’on achète coûte moins cher que ce qui vous est offert.

Ce qu’on apprend péniblement, se retient plus longtemps.

Ce que les voiles sont à un vaisseau, les passions le sont à notre esprit.

Celui qui est né pour souffrir, ne trouvera aucun moyen de se réjouir.

Celui qui s’interpose dans les querelles essuie son nez sanglant.

Celui qui souffle la poussière s’en remplit les yeux.

Chacun doit ramer avec les avirons dont il dispose.

Chacun est un lion pour sa propre cause.

Chacun parle de la foire selon le profit qu’il y a fait.

Chaque cuisinier loue sa propre soupe.

Chercher une aiguille dans une botte de foin.

Cœur heureux fait visage épanoui.

Conscience coupable n’attend pas l’accusateur.

D’une petite étincelle un grand feu. Petite cause, grand effet

De deux maux choisis le moindre.

De votre ami, dites du bien, de votre ennemi, ne dites rien.

Dieu donne le lait, mais non le seau.

Dis ton secret à ton serviteur et tu en auras fait ton maître.

Donnez assez de corde à un voleur et il se pendra lui-même.

Fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais.

Homme surpris est à moitié pris.

Il est bon d’avoir des amis et mauvais d’en avoir besoin.

Il faut courber le rameau quand il est jeune.

Il faut être athée là où les gens font de l’or un dieu.

Il faut être sans défaut pour critiquer autrui.

Il n’y a de vraie joie que la joie partagée.

Il ne faut pas faire le diable plus noir qu’il ne l’est.

Il vaut mieux être un grand poisson dans un petit étang qu’un petit poisson dans un grand étang.

Il vaut mieux régner en enfer que servir au paradis.

Il y a un temps pour cligner et un temps pour voir.

L’art de douter est le meilleur secret pour apprendre.

L’art est beau quand la main, la tête et le cœur travaillent ensemble.

L’avare et l’escroc sont vite d’accord.

L’enfant pèse d’abord sur les bras des parents et plus tard sur leur cœur.

L’espoir est le pain du malheureux.

L’herbe est toujours plus verte de l’autre côté.

L’homme patient est toujours serein.

L’honneur doit être un éperon pour la vertu, et non un étrier pour l’orgueil.

L’oisiveté est la mère de tous les vices.

L’orgueil est une fleur qui croît dans le jardin du diable.

La confession d’une faute est à demie pardonnée.

La constance est la base des vertus.

La maison est où le cœur est.

La maladie enseigne ce que nous sommes.

La mer joint les régions qu’elle sépare.

La modération est un fil de soie qui relie toutes les perles de la vertu.

La mort ne consulte aucun calendrier.

La nuit, tous les chats sont gris.

La plus belle rose à la fin se flétrie

La richesse amassée est un fumier puant ; la richesse répandue est un engrais fertile.

La table ruine plus de gens que le voleur.

La véritable élégance consiste à ne pas se faire remarquer.

Le bonheur des uns fait le malheur des autres.

Le bonheur est une habitude à cultiver.

Le contentement est comme la pierre philosophale qui transforme tout ce qu’elle touche en or.

Le diplomate, c’est celui qui se rappelle l’anniversaire d’une lady, mais qui oublie son âge.

Le malheur, comme le hibou, évite la lumière.

Le mouton paresseux trouve sa toison trop lourde.

Le moyen de perdre un ami, c’est de lui prêter de l’argent.

Le paresseux appelle chance le succès du travailleur.

Le premier coup fait la moitié du combat.

Le sage préfère une paix injuste à une guerre juste.

Le sens de la mesure est un trésor.

Le vœu fait dans la tempête est oublié dans le calme.

Les actes sont des fruits, les paroles ne sont que des feuilles.

Les amis sont comme les cordes de violon ; il ne faut pas trop les tendre.

Les belles paroles ne beurrent pas les épinards.

Les bons comptes font les bons amis.

Les corbeaux ont beau se plonger dans l’eau, cela ne les blanchit pas.

Les enfants sont la richesse d’un pauvre.

Les épines que je moissonne viennent du buisson que j’ai planté.

Les grandes joies, comme les grandes douleurs, sont muettes.

Les hommes honnêtes ne craignent ni la lumière ni les ténèbres.

Les jours se mesurent par ce qu’on fait.

Les maisons sont faites pour y vivre, et non pour qu’on les regarde.

Les mots percent plus que les javelots.

Les paroles s’envolent, mais les coups restent.

Les petits gains font les bourses lourdes.

Les vieux péchés ont de longues ombres.

Les yeux sont le miroir de l’âme.

Longtemps absent, bientôt oublié.

Même la rose blanche a des épines.

Ménager sa langue, c’est ménager son avenir.

Mieux vaut souffrir d’avoir aimé que de souffrir de n’avoir jamais aimé.

N’offre pas une cravate à qui a besoin d’une chemise.

Ne cherche pas tes ennemis au-dehors, tu n’en as que trop chez toi.

Ne crache pas contre le vent.

Ne mords pas plus que tu ne peux mâcher.

Nous croyons les gens de loi sages, mais eux savent que nous sommes fous.

Nous ne connaissons la valeur de l’eau que lorsque le puits est à sec.

Nul venin pire que celui de la langue.

On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

On ne tire pas du canon pour écraser une punaise.

On ne trouve pas de colombes dans un nid de corbeaux.

On passe à côté de beaucoup de choses faute d’avoir demandé.

On peut conduire un cheval à l’abreuvoir, mais non le forcer à boire.

Pas de douceur sans sueur.

Patience et travail viennent à bout de tout.

Pauvreté n’est pas honte, mais d’en avoir honte est pauvreté.

Petits coups répétés abattent grand chêne.

Petits enfants dont on raffole, devenus grands, ils vous désolent.

Peu de richesses, peu de chagrin

Plus facile à dire qu’à faire.

Point de cordeau pour amarrer le temps. Prends le temps quand il vient, car le temps s’en ira.

Quand il y a une volonté, il y a une solution.

Quand un ami demande, demain n’existe pas.

Que mon pays ait tort ou raison, il reste mon pays.

Qui dénigre veut acheter.

Qui dresse un piège pour autrui, pourra bien y être pris.

Qui écoute aux portes, entendra mal parler sur son compte.

Qui est en enfer ne sait pas que le ciel existe.

Qui mal entend, mal répond.

Qui me trompe une fois, honte à lui ; qui me trompe deux fois, honte à moi.

Qui paie avec l’argent d’autrui achète force soucis.

Qui se marie à la hâte se repent à loisir.

Qui veut recevoir, donner doit savoir.

Qui vous a desservi ne peut vous pardonner.

Rien ne vient sans peine, sauf la pauvreté.

Se coucher et se lever tôt, rend sage, riche et dispos.

Se venger d’une offense, c’est se mettre au niveau de son ennemi. La lui pardonner, c’est se mettre au-dessus de lui.

Si la fortune frappe, ouvrez vite la porte.

Si vous voulez juger le caractère d’un homme, donnez-lui le pouvoir.

Si vous voulez récolter de l’argent, il faut en semer.

Sottise que de vivre pauvre pour mourir riche.

Souhaits et désirs ne mènent pas à s’enrichir.

Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

Tire du temps le meilleur parti possible.

Tout oiseau aime à s’entendre chanter.

Un ami se perd plus aisément qu’il ne s’acquiert.

Un bon caractère vaut un apanage.

Un de ces jours c’est, aucun de ces jours.

Un léopard change rarement ses taches.

Un œil du maître voit plus que dix des domestiques.

Un peu de connaissance est une chose dangereuse.

Un peu de prévention vaut mieux que beaucoup de guérison.

Un pied vaut mieux que deux béquilles.

Un proverbe est l’esprit d’un seul et la sagesse de tous.

Un rat en amène un autre.

Une abeille n’est pas un essaim.

Une bonne conscience est une fête continuelle.

Une bonne parole ne coûte pas plus à dire qu’une mauvaise.

Une demi-vérité est un mensonge entier.

Une fois voleur, toujours voleur.

Une petite dette fait un débiteur, une grosse dette fait un ennemi.

Une pomme par jour éloigne le médecin.

Une vache ne sait pas ce que vaut sa queue jusqu’à ce qu’elle l’ait perdue.

Vieux amours et vieilles braises sont vite rallumés.

Vous pouvez conduire un cheval à l’abreuvoir mais vous ne pouvez l’obliger à boire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.