Vérités et principes du pardon

Un homme et une femme dans la cinquantaine dans les bras l'un de l'autre.

Secrétaire à la défense et une veuve du Viêtnam

1) Principes et leçons sur le pardon :

  • Le vrai pardon doit être volontaire. On ne peut forcer personne à pardonner.
  • Pardonner ce n’est pas minimiser ni oublier la faute commise.
  • Le pardon n’implique pas de dire à la personne concernée qu’elle est pardonnée.
  • Le vrai pardon libère le pardonneur et le pardonné, lorsque ce dernier est informé.
  • Pardonner ne signifie pas que votre blessure émotionnelle est complètement guérie.
  • Le pardon n’est pas facile, en particulier quand nous nous sentons trahis. Il n’y a pas de raccourci.
  • Pardonner ne signifie pas que votre relation avec le pardonné doit redevenir ce qu’elle était avant l’événement blessant.
  • Pardonner n’est pas quelque chose que vous faites pour le pardonné, vous le faire pour vous, pour passer à autre chose.

2) Conditions du pardon :

  • Faire preuve de patience :
    Lors d’une blessure profonde, pardonner nécessite une bonne dose patience, car nous ne pouvons pas nous forcer à pardonner.
  • Pardonner sans excuse :
    Pour pardonner, il n’est pas nécessaire que celui qui a mal agi admette sa faute.
  • Pardonner sans réconciliation :
    Bien que le pardon favorise la réconciliation, il est tout à fait possible de pardonner sans s’être réconcilié.
  • Pardonner pour soi :
    Pardonner est une victoire sur soi-même.

3) Pourquoi pardonner :

  • Nous avons déjà été pardonné :
    Dans le passé, nous avons tous été pardonné pour certaines fautes. Cette dette est une bonne autre raison de pardonner.
  • Heureux malgré la blessure :
    Pardonner c’est reconnaître que l’on peut continuer à vivre et même être heureux, malgré la blessure que nous avons subie.
  • Être en paix :
    Pardonner est une démarche nécessaire même pour être en paix avec soi-même.
  • Pardonner à nos proches :
    Pardonner, c’est aimer malgré tout. C’est permettre à une relation importante de continuer dans l’harmonie sans rancœur.
Panneau avec une flèche contenant 'Pardon' et une autre contenant 'Rancune'.

Vous devez pardonner ou garder votre rancune.

4) Rejeter :

  • Rejet du geste :
    Le pardon n’implique aucunement que nous sommes d’accord avec le comportement de la personne fautive.
  • Rejet de la rancune :
    Le pardon n’est pas un signe de naïveté. Pardonner ne signifie pas que nous sommes des imbéciles qui ne comprennent la situation. Il s’agit plutôt de se conduire en êtres responsables qui ont décidé de rejeter la vengeance et la rancune. Le pardon devient ainsi un refus d’entrer dans le cercle infernal de la haine et du ressentiment.
  • Pardonner sans oublier :
    Pardonner ce n’est pas oublier. Il est d’ailleurs très difficile d’oublier une blessure profonde.

5) Étapes du pardon :

  • Reconnaître sa blessure, bien identifier sa perte pour en faire le deuil ;
  • Prendre le temps nécessaire, cesser s’acharner à pardonner rapidement ;
  • Partager sa blessure avec quelqu’un, autre que la personne fautive ;
  • Accepter sa colère et l’envie de se venger ;
  • Décider de ne pas se venger ;
  • Comprendre l’offenseur si possible, afin de distinguer l’acte de la personne ;
  • Accepter que la personne fautive ne changera pas ;
  • Trouver un sens à l’offense, notamment ce que vous avez appris sur vous-même ;
  • Se pardonner à soi-même de s’être montré trop vulnérable, confiant, patient… ;
  • Reconnaître que vous avez la capacité de pardonner ;
  • Décider de mettre fin à votre relation avec la personne fautive ou la renouveler.

6) Au sujet de l’offenseur :

  • Accepter l’imperfection :
    Pardonner, c’est accepter l’imperfection de l’autre, c’est une façon de reconnaître que l’erreur est humaine.
  • Moralité différente :
    Pardonner, c’est accepter que la vie soit parfois injuste et que les autres agissent selon une moralité différente de la nôtre.
  • Une personne qui a elle-même été blessée :
    Derrière un geste odieux qui nous a blessé profondément, se cache souvent une personne qui a elle-même été profondément blessé dans le passé.
  • Ne pas tenter de changer l’offenseur :
    Pardonner, c’est accepter que nous ne pouvons pas changer la personne qui nous a blessé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.