Questions pour désamorcer une dispute

Table des matières

« La peine de la dispute excède de bien loin son utilité. » Joseph Joubert

Les questions suivantes ont pour objectif de changer notre perception d’un désaccord avec un proche.

Point d’interrogation à l’intérieur d’un losange jaune

Illustration de Xiong [CC-BY-SA-3.0], Wiki

1) Sévérité du conflit :

  • Est-ce que j’exagère la sévérité de cette dispute ?
  • Est-ce que je vais regretter plus tard mon attitude actuelle ?
  • Est-ce que je néglige de considérer les bons moments que j’ai vécus avec cette personne ?
  • Est-ce que cette dispute me semble plus grave parce que je suis fatigué, malade ou stressé ? Est-ce possible que mon proche soit également influencé par ces conditions défavorables ?
  • Est-ce que j’ai une vision complète de la réalité ou est-ce que je me concentre surtout sur les éléments négatifs de la situation, en ignorant certains éléments positifs ?
  • Si j’ai la possibilité de mettre fin à cette dispute, est-ce que j’ai une raison valable pour ne pas le faire maintenant ?

2) Clarifier la position de chacun :

  • Est-ce que je comprends bien la position de la personne avec qui je suis en conflit ?
  • Est-ce que je lui ai posé des questions pour clarifier sa perception du conflit ?
  • Est-ce que j’ai eu récemment une conversation franche et ouverte avec cette personne ?
  • Plutôt que de penser à nos différences, est-ce que je considère suffisamment les sujets sur lesquels je suis en accord avec cette personne ?

3) Pardonner la faute (questions pour celui qui subit) :

  • Est-ce que la personne, qui m’a offensé, a exprimé des regrets ou de la culpabilité ?
  • Est-ce une faute récurrente ou est-ce la première offense de ce type pour cette personne ?
  • Est-ce que je néglige de considérer, s’il y a lieu, les efforts que cette personne fait pour régler à sa façon ce conflit ?
  • Est-ce que je fais toujours confiance à la personne qui m’a offensé ?

Note : si vous n’êtes pas prêt à pardonner, alors informez respectueusement la personne en question. Sinon vous pourriez causer de la confusion en teintant votre comportement du souvenir de l’offense. De plus, le refus de pardonner est un mécanisme de défense. Il signifie typiquement que vous avez besoin de beaucoup plus de temps pour digérer l’offense que vous avez subie.

4) Se faire pardonner (questions pour celui qui a commis la faute) :

  • Si c’est possible, est-ce que j’ai tenté de réparer ma faute ?
  • Est-ce que ma résistance à régler ce conflit est le résultat d’un orgueil mal placé ? En d’autres termes, est-ce que je suis trop fier pour reconnaître mes torts ?
  • Est-ce que j’ai demandé pardon à la personne que j’ai offensé ?
  • Est-ce que j’ai de l’affection pour cette personne ? Si oui, est-ce que je lui ai dit ou montré récemment ?

5) Mettre fin au conflit :

  • Est-ce que j’ai exploré différentes façons de régler ce conflit, en proposant divers compromis par exemple ?
  • Est-ce possible que cette dispute cause la rupture de ma relation avec cette personne ? Est-ce que je mets en péril une relation importante pour une raison qui n’en vaut peut-être pas la peine ?

« La seule bonne chose au sujet d’un conflit est sa fin. »

Limite :

Cet article ne traite pas des conflits profonds ou prolongés. Ceux-ci demandent des approches plus sophistiquées, incluant possiblement les services de professionnels. Au besoin, n’hésitez pas à les consulter.

2 réponses

  1. Faye dit :

    Le fait de chercher des réponses est déjà une preuve de la bonne volonté à vouloir améliorer la situation.

  2. Andy Kalash dit :

    Impressionnant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.