Histoire : La tolérance


Un jeune voyageur attend son vol dans un aéroport. Puisqu’il doit patienter pour un certain temps, il décide de s’acheter un livre et quelques biscuits pour calmer sa fringale. Ses achats terminés, il s’installe confortablement dans un fauteuil de la salle d’attente avec l’intention de lire. Alors, un vieil homme s’assoit immédiatement à côté de lui puisque c’était la dernière place disponible.

Le jeune homme commence immédiatement sa lecture. Dix minutes plus tard, il se rappelle qu’il a acheté des biscuits. Et il en prend un dans le sac entre lui et le vieil homme. À sa grande surprise, le vieil homme prend également un biscuit dans le même sac. Le jeune homme est profondément irrité par ce geste sans gêne, mais ne dit rien. À chaque biscuit qu’il prend dans le sac, l’homme en fait autant. Le jeune homme est dans tous ses états, mais ne veut pas faire de scène, alors il continue simplement de lire.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Butter_Biscuits_of_Salem.jpg

De Thamizhpparithi Maari [CC BY-SA 4.0]

Après un certain temps, le vieil homme prend le dernier biscuit. Avec le plus grand naturel du monde, il coupe celui-ci en deux et tend la moitié au jeune homme. En un éclair, le jeune homme referme son livre, rassemble ses affaires et se lève d’un bond. Très irrité, il prononce de vives insultes à l’intention du vieil homme et file en trombe vers son embarquement. Une fois dans l’avion, après s’être confortablement installé dans son siège, il ouvre son sac de voyage pour y prendre son iPad. À sa grande surprise, il voit son sac de biscuits intact. Il comprend alors qu’il a mangé les biscuits du vieil homme. Celui-ci avait partagé ses biscuits avec gentillesse sans l’avoir réprimandé.

Sujets complémentaires :
    Les gens difficiles
    Accepter les autres tels qu’ils sont
    Pensées sur la tolérance et l’intolérance

1 réponse

  1. FOURNIERE dit :

    Le mot tolérance est affreux je le remplace par respect ou vertu du coeur.
    La tolérance s’impose quand nous sommes impuissants à interdire! Prenons conscience que notre vérité est mise en doute par notre raison.
    Vu l’aspect actuel de notre monde, le chemin qui mène à la perfection est encore loin,le bonheur se joue dans l’indulgence de nos balbutiements à atteindre la perfection. Tolérer c’est admettre que nous sommes faillibles. Il y a des vérités intolérables qui ne supportent aucunes compromissions. Auquel cas ce n’est ni de la complaisance de l’indulgence ou de l’indifférence: des valeurs fondamentales et universelles sont en jeux. Il ne s’agit pas de balbutiements, la scène internationale en n’est le principal exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.