Trop souvent, nous souffrons inutilement en alimentant mentalement nos blessures intérieures, particulièrement lorsque nous nous sentons persécutés ou victime d'injustice. Ressasser nos malheurs ne fait qu'augmenter notre ressentiment. Cela peut donner inutilement à notre existence une note dramatique. Certaines personnes se rendent malheureuses parce qu'elles revivent sans arrêt en pensée des souvenirs difficiles.

« Le pire des bourreaux est parfois soi-même. »

Lorsqu'une idée négative se présente à notre conscience, initialement elle a peu d'emprise sur nous. Et elle est inoffensive tant qu'on ne lui donne pas la force de l'émotion. Par exemple, la pensée suivante vient à l’esprit d'un homme récemment séparé : "J'en veux à ma femme parce qu'elle m'a abandonné". S’il garde cette pensée active, il se fait mal. Plus il y pense, plus il la rend valide à ses yeux, jusqu'à se persuader que son épouse a tous les torts et qu’il n’est qu'une victime. Une meilleure approche serait de prendre conscience que son intellect s'apprête à ressasser une pensée indésirable et repousser rapidement cette dernière. Cela ne signifie pas que son mariage n'a pas été difficile ; mais pour l'instant, il prend la décision de ne pas laisser cette pensée négative s'installer au niveau de sa conscience.

« Il y a des souffrances inévitables et d’autres que nous laissons se développer en nous. »

Voici un autre exemple : un individu découvre que quelqu'un tient des propos déplaisants à son sujet. S’il réagit en pensant constamment qu'il a raison de se sentir blessé, il assombrit son état d'âme. Par contre, s’il tente d'ignorer la calomnie en faisant la sourde oreille, il se protège contre cette offense. Bien sûr, il est impossible d'éviter à 100% d'être affecté par les difficultés de la vie, mais il est possible d'atténuer la souffrance émotionnelle en réagissant de la bonne façon. Trop souvent, nous aggravons notre souffrance en ayant une mauvaise attitude et en repensant sans cesse aux situations déplaisantes du passé.

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:View_from_Horsely_hills_01.jpg

De suffering_socrates (Flickr), Wikimedia Commons, CC-BY-2.0
creativecommons.org/licenses/by/2.0

Lorsque nous éprouvons du ressentiment ou de la colère à l'égard de quelqu'un, si nous avons dès le départ une bonne attitude face à ce sentiment, il est moins probable qu'il s'envenime. Mais si nous repensons constamment aux "injustices" qui nous sont faites ou aux "mauvais traitements" qui nous sont infligés, alors nous aggravons la situation. C'est en alimentant nous-mêmes ces émotions négatives que nous leur permettons de survivre longtemps en nous et de nous faire plus de mal.

« Ce que nous devenons est le résultat direct de nos pensées. »

Sujets complémentaires :
    Influencer nos émotions par nos pensées
    Épreuves ou opportunités
    Dédramatisez vos problèmes
    L’inquiétude : Pourquoi s’attendre au pire ?
    Pensées sur la souffrance, la douleur, les épreuves, les malheurs et l’espoir